Je souhaiterais votre éclairage sur la nature divine ou non de Jésus.

détail d'un tableau de Rembrandt représentant lle visage de Jésus - Head of Christ (Rembrandt, Philadelphia - wikicommons)

Détail d’un tableau de Rembrandt donnant au Christ un visage très humain, sans auréole ni flottant au dessus du sol…

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour M le Pasteur, à la suite d’une rencontre avec un groupe de chrétiens évangéliques je reviens depuis peu vers le Christianisme que j’avais délaissé à l’adolescence peu convaincue par les prêtres catholiques que j’avais rencontrés.

J’ai lu certaines de vos réponses auxquelles j’adhère pleinement et je souhaiterais donc votre éclairage sur la nature divine ou non de Jésus. Je suis un peu perdue dans toutes les doctrines qui s’affrontent à ce sujet !

Pour moi je ne peux comprendre que Jesus soit Dieu lui même. Dans ce cas pourquoi parlerait t il toujours de « son Père » en particulier sur la croix « Père pourquoi m’as tu abandonné »? Je n’ose en parler à mes amis chrétiens pour qui on ne peut l’être si on ne considère pas que Jesus est Dieu lui même. Et pourtant je me sens chrétienne dans la mesure où j’adhère à 150% à l’enseignement de Jesus et que je crois en sa Résurrection.

Merci pour votre éclairage.

Réponse d’un pasteur :

Chère Madame

Bravo pour votre démarche de foi intelligente, sincère et libre.
Cette question de la nature divine du Christ est très sensible parmi les chrétiens, depuis le 3e siècle (où cette question était, parait il,  discutée jusque dans les filles d’attente devant les boulangeries. Cette question est devenue encore plus brûlante quand l’empereur de Rome a eu l’idée de faire légiférer sur cette question à grand coup de conciles. Cette question est devenue même, ô horreur et honte, littéralement brûlante quand des chrétiens se sont mis à persécuter d’autres chrétiens parce que leur avis sur cette question n’était pas celui des « autorités » (humaines, bien entendu, parce que Dieu n’est pas du genre à foudroyer quelqu’un, pour quelque raison que ce soit). Même notre réformateur Calvin n’a pas résisté, hélas, trois fois hélas, à cette folie.
Aujourd’hui, heureusement, les chrétiens ne brûlent plus trop d’autres chrétiens pour divergences d’opinions théologiques sur cette question, à moins d’être très très profondément perturbé psychologiquement, bien sûr. Mais je peux témoigner qu’il y a des chrétiens acharnés sur cette questions, à faire peur ! Certaines personnes sont prêtes à promettre les flammes de l’enfer à d’autres pour divergences d’opinions là dessus, et à refuser de considérer comme chrétienne une personne ou une église ne professant pas la saine et pure doctrine (ou ce qui est considéré comme telle). Que cela ne vous inquiète pas, ce genre d’attitude révèle ce qui anime son auteur, cela ne dit rien sur la qualité de votre théologie ou de votre foi.
Par définition, être chrétien est s’intéresser à la personne de Jésus comme Christ, c’est à dire comme ayant une importance centrale pour le salut de l’humanité. Il y a déjà débat entre chrétiens pour savoir de quoi il nous sauve et comment il nous sauve. Cela laisse donc une grande latitude d’interprétation personnelle, et donc une belle diversité entre chrétiens. Ce qui nous rassemble tous est ce regard fondamentale que nous portons tous vers cette personne et ce qu’elle apporte. Vous pouvez manifestement vous considérer comme chrétienne, et même chrétienne à 150% !!!
Quant au fait que Jésus soit Dieu lui-même, on a le droit de le penser, bien sûr. Mais il me semble difficile de dire que c’est obligatoire de le penser. En effet, comme vous le soulignez, il y a plusieurs passages des évangiles qui insistent pour faire une distinction très nette entre Jésus et Dieu, par exemple :
  • Jésus dit « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. »(Matthieu 26:39) et « je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. » (Jn 6:38)
  • Jésus dit : « Mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné » (Mt 27:46),
  • Jésus dit : « Pour ce qui est du jour ou de l’heure, personne ne le sait, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais le Père seul. » (Marc 13:32).
  • Jésus dit « le Père est plus grand que moi. » (Jean 14:28).
  • Jésus appelle Dieu « mon Père et votre Père », et pour parler de l’unité à Dieu, il dit que sa mission est que nous soyons « parfaitement un » nous-même avec Dieu et avec lui. (Jean 17:23).
D’un autre côté, certains versets des évangiles sont avancés par ceux qui soutiennent que Jésus serait Dieu, par exemple :
  • Que la Parole de Dieu, qui est Dieu s’est faite chair en Jésus-Christ (Jean 1)
  • Que Thomas appelle le Christ « Mon Seigneur et mon Dieu » (Jean 20)
  • Que Jésus calme une tempête, ressuscite un mort…
  • Paul dit que Jésus était « en forme de Dieu » (Philippiens 2)
Donc, les choses sont, pour le moins, complexes, ce qui est évident puisqu’il y a eu débat là dessus pendant des siècles. Cela devrait inviter au respect de ceux qui ont une expression de leur foi chrétienne un peu différente de la nôtre. Cela devrai nous inspirer une certaine humilité face à l’insondable réalité qu’est toute personne, et encore plus la personne du Christ, et encore infiniment plus la personne qu’est Dieu.
Je pense qu’il est pour le moins possible de confesser qu’il y a du divin en Jésus, mais n’y a-t-il pas du divin en chaque personen dès lors que pour nous créer Dieu a donné de son souffle à l’animal que nous sommes (Genèse 2:7) ? Et si Christ est « un » avec le Père, cela nous invite à être uni à lui, en communion avec lui. En communion n’est pas une identité, ni une photocopie à l’identique.
Personnellement, je préfère ne pas confondre Jésus-Christ et Dieu. En effet :
  • j’ai déjà un Dieu pour le prier, d’autant plus que Jésus nous a révélé ce Dieu comme amour,comme lumière dont nous n’avons rien à craindre mais tout à espérer.
  • et j’aime beaucoup Jésus-Christ comme frère, cela est très inspirant comme type de ce qu’est être humain, dans sa complexité. Mais du coup si je considérais comme Dieu, je craindrais de trop diviniser la personne humaine.
Mais bon, chacun sa façon de vivre sa foi.
Dieu vous bénit et sous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Si vous voulez, vous pouvez voir aussi, dans le petit dictionnaire de théologie :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Le mécréant dit :

    Dit comme ça j’adhère… a 150% allez 200% et on en parle plus.. lol.

  2. Bonjour,
    Bien que réformé, j’adhère à la compréhension d’un Dieu trinitaire : Trois aspects d’un seul et même Dieu. Le Dieu créateur de Vie et de relation qu’on prie. Le Dieu incarné dans l’humain et donc proche, différent de ceux des autres mythologies qui les plaçaient au ciel seulement. En Jésus, Dieu offre un visage fraternel comme vis-à-vis. Et un Dieu Souffle qu’on ne peut maîtriser mais sentir dans nos vies comme un vent qui nous pousse.
    En fait, avec nos propres mots humains et par définition limités, il nous sera toujours impossible de définir complètement Dieu. Il reste le Tout-autre. « JE SUIS QUI JE SUIS », tel est son nom, qui selon moi marque l’altérité avec nous humains.
    Merci Marc de ton éclairage éclairant

  3. Afif DOGHRI dit :

    Je me retrouve dans la conception livrée par ce post Pour moi Jésus ne peut être Dieu et heurter le Dieu Unique mais en même temps il a un plus divin qui donne sens à son existence dans le contexte de l’humanité. On a toujours pensé que ce coté divin pallie à l’absence d’un père humain je pense en fait qu’il en est totalement déconnecté car Jésus peut aussi bien être issu d’un embryon 100 % humain implanté en Marie

  4. Jean-pierre Loux dit :

    Né par GPA en somme..
    Bizarre,Bizarre..Je préfère de beaucoup garder l’image du mystère de l’incarnation dont les évangélistes font le récit .

    • Marc Pernot dit :

      GPA ?

      • « le mystère de l’incarnation », il n’y a littéralement que Jean qui en parle, ce n’est pas pour lui une conception miraculeuse, mais une réalité plus spirituelle qui concerne toute personne vivant au monde : la Parole qui est faite chair, Parole qui donne à chacune et chacun de devenir enfant de Dieu.
      • Luc parle d’une conception miraculeuse par l’Esprit.
      • Matthieu est plus ambigu sur ce point, l’enfant à naître vient du Saint-Esprit, ce qui n’est pas incompatible avec une fécondation par un homme guidé par l’Esprit.
      • Marc et Jean, donc, ne parlent pas de fécondation miraculeuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *