Est ce que notre seigneur voit comme un crime le suicide ?

Par : pasteur Marc Pernot

illustration : bulle de bande dessinée évoquant un cri de souffrance AAARGH ! - Image parOpenClipart-Vectors de Pixabay

Question d’un visiteur :

Bonjour
J ai 3 questions à vous poser

1) Pourquoi les prêtes,les curée, les évêques,…. ne peuvent pas se marier ? Ou aimer une femme comme son épouse ?

2) Est ce que notre seigneur voit comme un crime le suicide, est ce une faute de sa propre pensée de ne plus vivre et pardonne t il ce geste ? Je vous avoue, mon père, que mainte fois, j’ai demandé au seigneur de ne plus me réveiller le matin, certainement au mal que je fais à autrui, je suis tout le temps soumis à la tentation, j’ai demandé de l’aide au seigneur qui me sorte de cette tentation, en vain, donc j’ai demandé au seigneur de ne plus être sur terre, afin que cette tentation ne soit plus dans mes pensées sur terre.

2) Qu’est que l’enfer en réalité ? Est ce notre seigneur qui envoi les personnes en enfer ou est ce malin du mal, qui vient nous chercher ? Qui déterminé qui va en enfer ou au paradis ?

Je vous en prie, mon père, si dieu ne donne pas un signe, pas un symbole, il me reste que vous, je pense que vous êtes une liaison entre nous et notre seigneur

Je vous apprécie énormément, mon père, je suis en perdition, en désespoirs, je souhaite que tous redevienne amour, beauté autour de moi mon père mais malheureusement, rien n’y fait, voilà ma conviction à vouloir du seigneur qu’il m’aide à quitter la terre

J implore votre pardon, si je vous ai offensé par mes mots

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir cher monsieur

1) Je suis un pasteur de l’église protestante de Genève, les pasteurs ont le droit de se marier (sans que ce soit obligatoire), je suis moi-même marié à une femme qui est théologienne.

L’église catholique a choisi d’avoir d’imposer le célibat aux prêtres (donc aussi aux curés, évêques et papes). Cela date du moyen-âge, et donc pas du tout de l’époque du Christ. Une des meilleures raisons que j’ai entendues est que c’est afin que le prêtre soit bien concentré sur sa mission de prêtre, avec une totale disponibilité. Je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée, mais je trouve que cela n’est pas aberrant non plus : ces personnes ne sont pas prises en traître, elles choisissent de s’engager avec cette contrainte, qu’elle assume ensuite en restant vraiment célibataire ou en quittant pour se marier. Ce que je trouve plus choquant est le refus que plusieurs églises oppose aux femmes et aux homosexuels de devenir prêtre ou pasteur. Je pense que c’est une profonde et essentielle erreur théologique, philosophique et éthique.

2) Seul Dieu sait ce que pense Dieu. Mais personnellement, oui, je pense que le suicide est un crime puisque c’est tuer une personne. Le fait que ce soit soi-même que l’on tue ne change pas ce fait. En particulier parce que nous sommes, à mon avis, seulement copropriétaire de notre propre vie. En effet, l’apôtre Paul compare à juste raison l’humanité à un corps donc chaque personne est un membre, chacun ayant une fonction propre au bénéfice de l’ensemble du corps, et l’ensemble souffrant quand un membre souffre. On pourrait dire que si un membre se supprime c’est tant pis pour lui mais que chacun fait ce qu’il veut, mais ce n’est pas si simple : ce membre manque aux autres, il est volé aux autres en rendant le corps handicapé de sa présence, de sa personnalité, de sa créativité possible. Et cet arrachement fait souffrir tout le corps avec une grande violence. Ce manque d’un membre dans le corps du Christ est tout particulièrement un manque essentiel et cruel pour Dieu en Christ, qui est la tête de ce corps (voir 1 Corinthiens 12, et Romains 12).

Je ne sais pas quelle horrible tentation ou crimes vous pourriez commettre, c’est vrai que si vous aviez une manie du genre de celle de Jack the Ripper ou que celle du Père Preynat, il faudrait trouver une façon de vous empêcher de nuire à autrui mais cela ne mériterait quand même pas la peine de mort, rien ne la justifie, ni pour un véritable humaniste, ni pour un chrétien (pour la raison que je vous ai indiquée). Et parce que même dans une personne commettant des crimes n’est pas seulement un criminel, elle est aussi une personne qui vibre, qui s’émeut, qui espère, qui souffre et qui est capable de joie, une personne vivante peut toujours évoluer. C’est une personne digne d’être heureuse. Donc, tuer le criminel serait comme mettre à la casse une Maserati parce qu’une portière est rayée. Un sacré gâchis.

3) A mon avis, l’enfer est une façon de présenter ce qui est en nous de souffrant, et le paradis ce qui est en nous en paix. Manifestement ces deux dimensions se battent en vous. Vous préférez apparemment le paradis à l’enfer et cela est une bonne impulsion. Une impulsion vitale et cela vient de Dieu en vous. Cela montre clairement que vous n’êtes pas perdu, mais seulement souffrant. Cela appelle plus à la compassion. C’est la souffrance qu’il faut combattre, pas le bonhomme. Seulement, quand nous souffrons tant, il est difficile de voir lucidement le monde qui nous entoure, à commencer par soi-même et notre propre vie. Vos remords ne sont pas agréables à vivres, certes, mais ils sont aussi un signe de bonne santé, les personnes qui n’ont même pas de remords d’avoir fait du mal m’inquiètent bien plus. Et puis Dieu, qui est amour, travaille pour vous aider à avancer dans la paix. Petit pas par petits pas, mais réellement.

Ce que j’espère pour vous est que ce meilleur diffuse dans votre être tout entier et l’emporte sur la négativité.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

pasteur Marc Pernot, église protestante de Genève

PS. Voici le message proposé par la pasteure Carolina Costa concernant le suicide :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *