J’aurais aimé croire en Dieu, mais les religions ont conduit aux pires massacres…

Par : pasteur Marc Pernot

Explosion d'une bombe atomique à Nagasaki en 1945 - Charles Levy — U.S. National Archives and Records Administration - wikicommons

Explosion d’une bombe atomique à Nagasaki en 1945

Question d’un visiteur :

Bonjour Mesdames, Messieurs,

Entre toutes ces religions, il y a un Dieu, personnellement j’aurais aimé y croire, mais quand je constate, autant dans le passé lointain, proche et actuel, que ces religions, même proche l’une des autres, ont conduit aux pires massacres entrent hommes, femmes et enfants, le tout pour résumer, à la soif du pouvoir !

S’il y a ou avait un Dieu, je ne crois pas qu’il ait ou aurait de préférences religieuses !

Cordialement.

Michel

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Michel

A vrai dire, je pense que c’est tout particulièrement un scandale quand une église ou un croyant fait preuve de violence, ou même d’intolérance, voie seulement de manque de solidarité. Car à la base de ces religions il y a, officiellement, un idéal de créativité au service de la vie la plus belle possible. Une conduite qui ne cherche pas à incarner cet idéal pose donc un problème de cohérence.

Mais à vrai dire aussi, je ne trouve pas que l’accusation que vous rapportez soit tout à fait juste.

  • Les religions sont parfois source de violence, mais elles ont aussi été souvent, elles sont toujours très souvent source de solidarité, d’éducation et de développement du meilleur de la personne humaine. On ne peut pas dire en voyant vivre une dame comme sœur Emmanuelle que sa foi a été source de violence. Même des idées comme les droits de l’homme sont en réalité profondément inspirés de l’Evangile du Christ
    => Il n’est pas juste de condamner tous les marteaux parce qu’il est possible d’utiliser un marteau pour tuer quelqu’un, le problème n’est pas le marteau mais le fait qu’un homme fou a détourné l’usage de ce marteau pour assouvir sa propre violence. On ne peut donc pas juger Dieu et la religion seulement à ce qu’en font les personnes qui l’utilisent comme outil pour asservir des personnes fragiles.
  • Les religions et les croyants sont parfois source de violence, mais c’est bien l’athéisme qui a été source des pires violences, et en particulier au cours du XXe siècle. Et de très très très loin.
    => Il faudrait donc rejeter la religion à cause des méchants religieux et rejeter aussi l’athéisme à cause des méchants athées. Hum, pas facile de trouver une solution avec cette logique.
  • Comme vous dites très bien, il faut voir derrière ces problèmes en premier lieu la soif de pouvoir et la folie des humains. C’est donc souvent une question de rapport avec sa propre religion : il est facile d’y être tellement attaché que l’on devient intégriste, puis intégriste agressif. (Voir cet article)
    => Donc bravo de vous indigner contre les mauvaises choses commises au nom de Dieu est juste : votre indignation est juste et bonne : elle relève une scandaleuse contradiction entre l’idéal annoncé par la foi en un Dieu créateur de la vie ≠ et des actes de morts par des personnes se disant inspirées par ce Dieu. Votre indignation est juste, et je la partage. Elle rend honneur à Dieu et elle appelle les humains à plus de cohérence avec leur foi.
  • Mais parfois c’est réellement un problème de théologie ou de philosophie. Si l’on croit en un Dieu vengeur, punissant ceux qui ne sont pas assez performant, il est assez logique de voir ensuite les adeptes de cette religion faire preuve de jugement et d’agressivité envers ceux qu’ils pensent ne pas être en conformité avec leurs valeurs. C’est la même chose si l’on a une philosophie xénophobe, ou élitiste, ou un engagement politique extrémiste.
    => il est donc essentiel, à mon avis, de bien bien réfléchir à ce que l’on croit : et donc faire de la théologie, de la philosophie, articuler ces réflexions dans un dialogue avec d’autres formes de recherche (sciences humaines et physiques, histoire) mais encore sur l’observation du monde et sur des gestes concrets de mise en œuvre de cette idéal.
  • Mais malheureusement, trois fois hélas : la plupart des viols, des incestes et des meurtres, violences quotidiennes ont lieu dans le cadre de la famille. Non seulement c’est horrible en soi, mais il faudrait ajouter la souffrance de ces victimes qui est d’autant plus horribles qu’elles ont été commises par des personnes qui auraient dû aimer le plus, avec souvent des mois et des années de souffrances !
    => ce n’est donc pas moins d’effort pour être meilleur qu’il nous faut, mais au contraire travailler sur le développement sur la qualité d’être, sur l’éthique, sur l’épanouissement, sur la justice, les soins… et la foi est très souvent un facteur très positif dans le développement de l’humain. Ou en tout cas il peut vraiment l’être. Quand on a un idéal comem celui annoncé et vécu par Jésus-Christ, et que l’on recherche humblement à avancer vers cet idéal, cela fait avancer.

Cela dit vous avez le droit de ne pas vous intéresser à Dieu, c’est tout à fait respectable.

La meilleure lutte contre le dévoiement de la religion est encore de choisir de vivre une belle foi de belle façon, associant de l’intelligence, du dialogue, du service. La solution au problème n’est pas d’être moins religieux mais mieux religieux. Cela a aussi l’avantage de souvent apporter énormément à celui qui s’y exerce un peu. Et pour pratiquer une religion, il n’est point indispensable de « croire en Dieu », mais comme vous le dites de vouloir s’intéresser à cela. Se poser la question : si Dieu existait, comment est-ce que j’aimerais qu’il soit ? Et espérer ce Dieu, en discuter, le prier même.

Amitiés

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Malgowski dit :

    Semblablement à ce titre planté la haut ! Moi je dis alors : J’AURAIS AIME TE RENDRE SERVICE TOI QUI EST A LA RUE MAIS JE N’AI PAS QUE CELA A FAIRE ET D’AILLEURS ÇA NE ME SERVIRA À RIEN CAR TU N’AS PAS A ETRE DEHORS TA FAUTE BIEN SUR …Croire en Dieu n’est pas une opinion un avis C’EST L’ENGAGEMENT QUE L’ON RECOIT DU CIEL ET DE LA TERRE …Un grand chemin à parcourir avec des drames et des joies .Ah si c’était si facile tout le monde serait sans personnalité …Et d’ailleurs cette différence est le fondement même de l’Amour sur la Terre…M.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *