Je ne comprends pas comment on peut concilier science et foi quand on parle du péché originel et de la Genèse

Par : pasteur Marc Pernot

jeu de texteure bleue sur fond noir - Photo by Adrien Converse on Unsplash

Question d’un visiteur :

Bonjour, je ne comprends pas comment on peut concilier science et foi quand on parle du péché originel; en effet la science nous prouve que les espèces ont évolué et que l’homme, lui aussi est le prolongement d’une évolution; alors comment concevoir l’épisode du jardin d’Eden, où l’homme et la femme crées de toute pièce se retrouve en train de manger du fruit de l’arbre de la connaissance; c’est, me semble-t-il le fondement de l’entrée du mal dans le monde; je ne comprends pas. merci

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Je suis bien d’accord avec vous.

C’est pourquoi nous ne lisons pas le récit de la Genèse comme une page d’histoire, mais comme une prédication qui parle de nous, qui parle de l’humain à toute génération et donc de nous.

  • Il est question de Dieu créant un monde vivable puis de la vie à partir du chaos. Cela parle de nous, d’une manière générale et quand notre vie est frappée par du chaos, quel qu’il soit.
  • Il est question de Dieu créant l’humain à son image, à partir de la poussière du sol et de son propre souffle créateur de vie. C’est de l’humain en général dont il est question et aussi de nosu en particulier, et c’est chaque jour que nous avons besoin de son souffle (de son Esprit) pour qu’il nous fasse évoluer, étant nous-même plus créateur, plus aimant
  • Il est question de l’humain prenant son propre plaisir comme le critère du bien et du mal, et se prenant pour dieu. Au Ve siècle, St Augustin a inventé cette notion de « péché originel », mais il s’agit plutôt du péché fondamental qui nous menace tous les jours plus ou moins de nous prendre pour dieu à la place de Dieu. C’est cela qui fait entrer le mal dans notre monde, dans notre vie et aussi autour de nous parce qu’un personne égocentrique, se prenant pour dieu, est source de souffrances.

Ces textes sont très très inspirants.

Par ailleurs, la science, elle travaille ardemment et progresse très bien dans la recherche de l’histoire de l’évolution du monde. Ce n’est absolument pas contraire à la foi. Au contraire. Science et foi se complètent d’une très belle façon. Comme domaines d’étude, et dans notre existence.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Olivier dit :

    Merci Monsieur le Pasteur,
    Dans la traduction Chouraqui la terre était tohu bohu. Adam était le glaiseux (pardon je ne sais plus comment ça s’écrit) Adam était aussi Ish et Eve Isha traduction homme et hommese
    Mais ces récits sont empruntés à des mythes et la genèse est plus un poème qu’une description de faits
    C’est vrai que cette doctrine du pèche originel est aussi pour certaines églises une obsession quand à la sexualité
    Sexualité qui serait l’effet declancheur de la théologie thomiste en particulier
    Soyez bénit .

    • Marc Pernot dit :

      La traduction de Chouraqui est pleine de trouvailles intéressantes, rendant souvent compte de l’étymologie des mots hébreux. C’est effectivement souvent très inspirant. C’est vrai que pour une première lecture, cela ne facilite pas. Cela peut servir pour étudier, ou renouveler sa lecture.
      Les théories du péché originel sont assez nocives, hélas, elles ont pourtant fait recette à partir du Ve siècle. Rien ne nous oblige évidemment à suivre cette pensée.
      Quand à l’obsession de certains théologiens, religieux ou églises pour la morale sexuelle, j’en laisse l’interprétation au camarade Sigmund Freud. C’est tout à fait exagéré si l’on compare à l’Evangile du Christ qui se place à un tout autre niveau de l’être que cela. Non pas en dessous de la ceinture mais dans la qualité de relation avec cette source qu’est Dieu, avec notre prochain, et avec nous-même.
      Dieu nous bénit et nous accompagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *