Vous parlez de « choisir d’avoir la foi », il me semble que la foi est toujours un don de Dieu.

Par : pasteur Marc Pernot

Femme marchant sur une crête en montagne (Haiku Stairs, Kaneohe, US) - Photo by Kalen Emsley on Unsplash

Choisir d’aller explorer les hauteurs

Question d’une visiteuse, suite à la question précédente :

Je ne comprends pas, Marc c’est quand vous parlez de choisir d’avoir la foi. Il me semble que la foi on c’est toujours un don de Dieu.
Amitiés fraternelle

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

C’est vrai que c’est ce que l’on dit souvent, que la foi est un don de Dieu (Éphésiens 2:8). C’est vrai d’un point de vue théorique, dans le sens où l’humain serait bien incapable d’accéder à Dieu par ses propres forces si Dieu n’avait pas choisi de rendre ce contact possible, d’en rendre l’humain capable.

Et c’est vrai pour un certain nombre de personne qui n’avaient pas la foi et ne s’intéressaient pas à la théologie ni à la religion, et qui ont tout d’un coup senti quelque chose comme un amour infini qui les entoure. Des personnes équilibrées et qui ne sont pas sujettes à des troubles psychiques, ni des hallucinations, qui n’usent pas de produits psychotiques… C’est parfois le cas, donc. Mais pas toujours;

Mais Quand on dit que la foi serait un pur don de Dieu, c’est de fait assez culpabilisant et désespérant pour les personnes qui ne ressentent a priori rien qui serait de l’ordre de la foi dans leur être et leur existence. Si la foi était purement et simplement un don de Dieu, que pourrait-on en conclure en ce qui concerne une telle personne ?

  • Qu’elle n’a pas été choisie par Dieu ? Ce serait horrible tant pour la personne à qui l’on affirmerait tranquillement qu’elle n’a aucune chance et qu’elle peut laisser tomber.
  • Ou que c’est elle, qui par son péché, refuse de laisser Dieu la rejoindre ? C’est culpabilisant, alors que cette personne n’a même pas l’impression d’avoir été appelée par Dieu.

Pour ces personnes là, on peut dire que si, la foi peut être un choix. Et je connais bien des personnes, plusieurs dizaines, qui ont choisi de s’intéresser à Dieu, ou à la théologie, ou à la Bible, et qui ont peu à peu été amenées à intégrer une dimension de foi dans leur cheminement personnel. Je dirais même que c’est la moitié des personnes que j’ai connues entreprendre un chemin spirituel, autant que les personnes qui ont eu une expérience de foi non choisie au départ.
C’est simplement le fait que tout le monde n’est pas fait sur le même moule. Certaines personnes ont une fibre plus ou moins mystique, sentimentale, émotive, et d’autre moins, ou même pas du tout, et peuvent avoir une fibre, si je puis dire, plus dans la réflexion et le discernement.

D’ailleurs, Jésus lui-même appelle à plusieurs reprise à « avoir foi en Dieu », à l’impératif. Cela n’aurait pas de sens si nous ne pouvions pas chosir d’avoir la foi de nous donner ce commandement d’avoir foi.

  • Marc 11:22 «Jésus leur dit: Ayez foi en Dieu. »
  • Marc 5:36 « Ne crains pas, aies foi seulement. »
  • Jean 14:1 « Que votre cœur ne se trouble pas. ayez foi en Dieu, et ayez foi en moi. »

Et je pense que je ne m’avance pas trop en disant à une personne qui n’a pas la foi d’essayer pour voir ce que cela donne. De commencer à lire les évangiles (chacun des 4 évangiles se lit en 3 ou 4 heures seulement), de commencer à prier même si elles doute qu’un dieu existe, de commencer à chercher que pourrait-on dire de Dieu, ce en quoi elles seraient d’accord et ce en quoi elles ne seraient pas d’accord…

C’est parce que certaines personnes pourraient choisir d’avoir la foi et que cela serait pour elles un grand bénéfice qu’il est utile de témoigner autour de nous de ce que la foi nous apporte. Ce n’est pas faire la leçon aux gens, comme s’ils étaient nuls de ne pas avoir la foi. Mais simplement de dire ce que cela nous apporte à nous personnellement, surtout sans réciter une leçon que l’on a entendue à l’église sur ce que la foi serait censée nous apporter. Simplement creuser en soi-même, en sincérité, sur ce que cela nous apporte, en vrai, authentiquement. On n’est pas obligé de cocher toutes les cases des ressentis possibles ! Bien sûr que la personne à qui nous parlons n’a aucune raison d’être intéressée pour elle-même, et il faut évidemment respecter cela, chacun son chemin. Cependant, si cette personne a un peu d’amitié ou de respect pour nous, elle sera intéressée de mieux nous connaître. C’est tout. Et peut-être que cela lui donnera aussi de choisir d’approfondir un peu pour voir…

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Pascale dit :

    Par ailleurs la foi est loin d’être toujours un long fleuve tranquille et on peut être amené à en faire le choix à plusieurs reprises dans sa vie.

  2. Gérard dit :

    Bonjour Marc et bonjour à l internaute,
    Tout d’abord je rejoins le commentaire de l internaute rappelant que la foi est un don de Dieu , et donc en conséquence, ce qui nous est donné on peut l utiliser. Mais encore faut-il savoir que la foi nous est donnée et bien utile.
    À l exemple qu une maison est fournie en électricité, tout le monde le sait, et quand la personne se lève le matin, elle allume la lumière pour y voir plus clair, car c’est plus qu utile. Elle sait qu en appuyant sur l interrupteur ça fonctionne. Elle ne se pose pas de questions. C est une évidence.
    En conséquence, le savoir est certes nécessaire de lire la Bible, un bon accompagnement. Mais j’ai lu et remarqué que dans la vie où tout va globalement bien , certaines personnes ne recherchent pas ce contact avec Dieu. Pour quelle raison, se disent elles. Pour certaines personnes en tout cas.
    Je pense donc que la foi, dans des épreuves nous est bien utile pour traverser les ténèbres. Pour certaines personnes, lors de drames, elles se retrouvent dans les ténèbres, elles ne comprennent plus rien. Dans l exemple d une maladie mortelle, les personnes se mettent à essayer de comprendre  » pourquoi , ça m arrive ?  »  » Qu est-ce que j’ai fait au bon Dieu ? « .
    Et les interrogations peuvent durer des mois voire bien sûr des années.
    J avais vu une émission sur KTO, et l animateur disait qu’il faut revoir le mot pourquoi et le transformer en pour quoi , donnant le sens à un cheminement.
    Personnellement, dans différents problèmes de ma vie, combien de fois j’ai essayé de comprendre , savoir si je m étais mal conduit. Et plus je réfléchissais , plus mon cerveau s alourdissait d incompréhension, et devenait pesant. Car souvent il n’y a pas de logique. D où l importance de savoir que malgré cela Dieu nous aime et nous accompagne. Donc bien des fois, je me suis arrêté de penser pour occuper mon esprit à réfléchir, par exemple dans du bricolage, ou en faisant du sport, ou en partant faire une bonne marche dans la nature.
    J’ai un tout jeune collègue de travail qui m’a dit un jour  » Gérard, je ne sais pas quoi faire. J’ai perdu mon papa il y a quelques mois, et je viens de perdre mon oncle et ma tante tous deux assassinés. Je n’arrête pas d y penser. « . Je lui ai répondu des possibilités pour qu’il se porte mieux telles que  » fais ce que tu aimes. Regarde un bon film, fais du jogging si tu aimes ça, sors avec des copains, occupes ton esprit sainement. Le coeur, c’est comme une cheminée, quand il n’y a plus de flamme, alors il faut l alimenter, mettre une bûche et ça va réchauffer le corps  » . C est ainsi pour la prière qui va alimenter notre corps spirituel, nous faire garder le lien avec Dieu, notre Père spirituel, qui au delà des apparences nous aime.
    J’ai un collègue de travail, parti sur le chemin de Compostelle, a vécu une rencontre spirituelle. En s asseyant sur le banc d une église, Jésus l a rencontré. Il a eu un énorme réchauffement du cœur soudainement, puis son cœur n a cessé de battre bien fort en lui. Il a compris tout de suite que c était le Christ. Il s est mis à pleurer abondamment. Il m’a dit  » moi, je ne me suis jamais intéressé à Dieu plus que ça, et je ne pouvais pas dire que je croyais. Désormais rien ne sera plus pareil.  »
    Merci, Marc pour votre site et aussi pour les internautes qui l animent.
    Que Dieu vous bénisse.

  3. Ani dit :

    Merci Marc pour votre attention à ma question cela me touche.

    Et je suis d’accord qu’il.ne faut pas juger ni culpabiliser les personnes qui ne croient pas.

    On peut choisir de persévérer dans la foi, de l’approfondir.
    Mais pas réellement  » choisir d’avoir la foi ». Si on fait un tel choix c’est qu’en réalité on a déjà la foi. Si on est vraiment athée, cela ne nous viendrais même pas à l’idée de choisir de croire.

    • Marc Pernot dit :

      Sauf si un personne sympa lui donne envie de chercher, en disant ce que lui apporte la foi.

      Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru ?
      Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler ?
      Et comment en entendront-ils parler, s’il n’y a personne qui proclame ?

      Romains 10:14.

    • Pascale dit :

      Je pense que, si on est vraiment athée, on a au moins réfléchi à la question de Dieu, on a certainement évalué la possibilité de croire et on a fait le choix de ne pas croire. Mais bien des gens ne prennent pas vraiment la peine de faire ce travail de réflexion, ont peut-être rejeté une certaine idée de Dieu, sans aller plus loin ; certains (j’en connais personnellement) font justement l’erreur de penser que la foi, c’est uniquement un truc qui nous tombe dessus, ou pas. Ils ne sont donc, à mon sens, pas réellement athées et peut-être qu’un jour, quelque chose ou quelqu’un leur donnera envie d’y réfléchir sérieusement et de faire leur choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.