Ne suis-je pas en train de m’inventer un Dieu qui colle à mes besoins ou à mes envies ?

image d'un sage indou - Image par Mihir Upadhyay de Pixabay

Prière ? ou Méditation ? Ou bien illusion ?

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour
Tout d’abord je tiens à vous exprimer ma reconnaissance pour toutes ces ressources offertes. Je n’ose imaginer le nombre d’heures de travail que cela représente !
Une question me travaille tout particulièrement en ce moment. Certains chrétiens voient en Dieu une sorte d’énergie qui donne la force de vivre, la capacité d’aimer, … La prière devient alors une méditation au cours de laquelle on peut se connecter à cette énergie. Après tout on ne sait pas grand-chose de la prière de Jésus, d’ailleurs comment pourrait-on être témoin d’une chose aussi intime ?
Personnellement je ne partage pas ce point de vue et je pense que Dieu est bien plus que cela. Mais cela m’interroge. Ne suis-je pas en train de m’inventer un Dieu qui colle à mes besoins ou à mes envies, autrement dit me fabriquer une idole ?
Selon vous, est-il raisonnable de penser qu’on peut réellement avoir une relation personnelle avec Dieu, que cela a un sens de lui parler, qu’il nous répond à sa façon dans notre vie et qu’on peut en faire l’expérience ?
En vous remerciant par avance de votre réponse,

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Et mil mercis pour ces encouragements chaleureux. Et merci à l’Eglise Protestante de Genève qui porte ce travail au service des hommes et des femmes de la galaxie, bien bien au-delà du canton de Genève.

Je serais d’accord avec cette idée d’énergie, d’accord par l’expérience, c’est vrai que dans la prière, je trouve une énergie, une « pêche » (sans vouloir faire de jeu de mots digne d’un pauvre pécheur) miraculeuse, bien au delà de ce que je trouve dans un simple moment de réflexion avec moi-même.

Mais à vrai dire, je suis bien d’accord avec vous pour dire que la prière est bien plus que cela. Et que Dieu est bien plus que le suggère cette image de l’énergie. Car il y a aussi de l’énergie dans le chaos. La matière brute est énergie. Et cette énergie peut tuer, écraser de façon aveugle, transformer une belle œuvre d’art en énergie informe. Alors que Dieu est créativité, il est invention sans cesse nouvelle, il est intention bonne, il est soin et consolation… C’est bien plus qu’une énergie. Jean Sébastien Bach est il une énergie ? Il est bien plus que cela, et pourtant il devait lui en falloir pour créer une cantate par semaine, s’occuper de sa nombreuse famille, prendre le temps de prier et de faire quantité d’autres choses. Si Bach est mil fois plus qu’une simple énergie, à combien plus celui qui a inventé la possibilité même qu’il existe un tel créateur.

Alors, je ne sais rien en particulier de la « méditation », personnellement j’ai essayé à plusieurs reprises et je n’en suis pas un grand amateur. Mais l’humain est complexe et si cet exercice d’origine bouddhiste fait du bien à des personnes tant mieux ! Seulement, à mon avis, il faudrait adjoindre de la prière juste dans la foulée de la méditation, afin d’aller au delà.

Votre interrogation est juste : « Ne suis-je pas en train de m’inventer un Dieu qui colle à mes besoins ou à mes envies, autrement dit me fabriquer une idole ? »
Le fait même que vous vous posiez la question me semble être un excellent signe. Car je pense que le bon geste consiste : faire de la théologie, tout en mettant la théologie à sa juste place :

  • Se faisant ainsi une certaine conception personnelle de Dieu, la faisant évoluer.
  • Tout en sachant que Dieu, la source ultime de ce qui existe de bon, est d’un autre ordre que tout ce qui existe, et que nous ne pouvons en parler qu’avec des images tirées de ce monde.
    Cela dit, il me semble effectivement qu’il est bon et juste de se forger comme théologie à partir de ce que nous pensons être le bon, le beau, le juste ultime, et la source du meilleur, du plus beau et de plus de justice.

C’est bien car par définition c’est ce qu’est Dieu, qu’il existe en réalité « quelque chose » au delà de la matière (je pense que oui).
Et c’est utile, fécond, car en priant ce Dieu là, nous sommes créés peu à peu chaque jour par l’idéal que nous plaçons devant nos yeux. Qu’on le veuille ou non, que l’on soit ou non conscient de ce en quoi on croit. Mieux vaut donc travailler cette question, et l’affiner.

Je ne suis pas certain que cela nous simplifie tellement la vie de croire en un tel Dieu, un Dieu qui aime, travaille à soigner, servir, créer, rechercher les méchants pour les aider à avancer. Car cela nous introduit à une vie plus vivante et plus belle (à mon avis), mais bien plus complexe et fatigante que de faire son petit bonhomme ( ou bonne femme) de chemin en égoïste profitant de la vie, « carpe diem » et « après moi le déluge », « c’est pas mes affaires » et « chacun ses problèmes », « chacun chez soi et les vaches seront bien gardées ». Il me semble donc que c’est de vivre sans Dieu (ou sans autre dieu que soi-même et son cercle), plus simple encore : surtout sans se poser de question. Mais bon, chacun vit sa vie.

Ensuite, une fois que l’on fait de la théologie, oui, il me semble utile de travailler (si je puis dire) un rapport entre ce que nous sommes, nous et notre vie, en regard avec notre idée de Dieu. C’est ce que l’on appelle la prière. Des athées moqueurs disent que l’on parle avec notre ami imaginaire ? Laissons les dire, ils ne savent pas ce que c’est, et ne veulent pas le savoir. Même si notre conception de Dieu est en effet une construction mentale de notre idéal (ce qui est bien autre chose qu’une imagination), c’est tout à fait excellent de vivre dans un dialogue, un aller et retour entre ce que je suis et ce que je vise. Car la vie humaine est ainsi, en tension entre un idéal et une source (Dieu) et la réalité complexe où nous vivons. Avec une certaine part de tragique entre les deux.

Oui, je pense que c’est possible, et même bon, de tutoyer Dieu dan sla prière. Bien entendu, Dieu est infiniment plus qu’un « ami », mais il est amical, bienveillant et tendre (si l’on écoute ce que manifeste Jésus), et c’est ainsi qu’interfère de toute façon toute source de vie qui se respecte !

Dieu vous bénit et vous accompagne

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *