Où se trouve le « Crédo » dans la Bible ? Quand les apôtres ont utilisé ce symbole ?

Par : pasteur Marc Pernot

un mouton dans un parc fermé par une clôture - Image par Benjamin Nelan de Pixabay

Le Credo : une clôture de doctrines pour unir l’église ?

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur.
Ma question est de savoir le Credo se trouve où dans la Bible je veux comprendre car dans mon Église on parle de symbole des apôtres.
Où et quand les apôtres ont utilisé ce symbole.
Merci

Réponse d’un pasteur :

Bonjour cher Monsieur

Ce « Crédo » (voir le texte ci-dessous) a été composé bien des générations après que tous les apôtres de Jésus aient disparus. C’est comme un hommage aux apôtres de l’avoir appelé « symbole des apôtres », mais ils n’y sont pour rien.

Jésus en berger - catacombes de Rome

Unis par une personne : Jésus (illustration du IIIe siècle représentant Jésus en berger sauvant les pécheur)

La confession de foi des apôtres étaient plus simples :

  • Par exemple : « Je crois que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde. » (Jean 11:27),
  • ou plus simplement encore « Jésus est le Christ, le Fils de Dieu » (Jean 20:31 ; Actes 8:37),
  • ou « Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant. » (Matthieu 16:16),
  • ou « Jésus est le Seigneur. » (1 Corinthiens 12:3).
  • ou, peut-être la plus belle confession de foi, celle d’un homme tout simple disant à Jésus comme une prière « Je crois ! viens au secours de mon manque de foi ! » (Marc 9:24).

Vous voyez, la foi des apôtres n’étaient pas définie par un catalogue de doctrines, le foi des apôtres ne se définissaient pas par une frontière, mais par un centre, par une personne, Jésus, reconnue comme source du salut pour le monde. Et ce centre suffit à unir tous les chrétiens dans une communion, dans un corps, respectant la diversité des membres (1 Corinthiens 12:12).

Ce texte n’est donc pas dans la Bible. Même s’il y a un rapport, bien sûr, et que bien des idées qui y sont représentées trouvent leurs origine dans le Nouveau Testament.

Ce texte a été rédigé au IIIe et IVe siècles dans un but bien précis : afin de pouvoir tracer comme une frontière de ce que les fidèles ont le devoir de penser pour faire partie de l’église officielle, et donc exclure de cette église officielle tout ceux qui ne pensaient pas comme les autorités. Ce texte est donc un texte polémique, un texte un peu haineux, en vérité, et il lui manque l’essentiel, il lui manque les points qui unissaient alors tous les chrétiens, puisque ces points n’étaient pas utile pour exclure quelques pensée théologique originale ! Ce texte passe donc par tous les points les plus discutables de la théologie de l’époque. Et dans ce texte, il manque le meilleur : l’annonce de l’Évangile, à ce texte il manque l’évocation de la foi, l’espérance et l’amour. Dan ce texte, Jésus passe d’une conception miraculeuse à sa mort horrible avec rien entre les deux : pas un mot sur Jésus parlant et agissant pour faire du bien…

Reste que ce texte est pour nous comme un vieux souvenir qui nous vient du fond des âges, et il m’arrive de le dire avec émotion, par exemple dans un contexte œcuménique, ou avec une famille unissant des membres de diverses confessions chrétiennes.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

PS. Le texte du symbole dit « des apôtres »

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant,
créateur du ciel et de la terre.
Je crois en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur,
qui a été conçu du Saint-Esprit
et qui est né de la Vierge Marie;
il a souffert sous Ponce Pilate,
il a été crucifié, il est mort, il a été enseveli,
il est descendu aux enfers ;
le troisième jour, il est ressuscité des morts ;
Il est monté au ciel ;
il siège à la droite de Dieu, le Père tout-puissant ;
il viendra de là pour juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit Saint.
Je crois la sainte Église universelle (dans l’église de Rome on dit « catholique » qui est le mot grec signifiant universel),
la communion des saints, la rémission des péchés,
la résurrection de la chair et la vie éternelle.
Amen.
Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Gilles René dit :

    Bonjour, paix et joie dans chaque cœur : Alléluia !
    Je cherche les références évangéliques à l’origine de la création du Symbole des Apôtres et du Symbole de Nicée (je crois qu’il y en a plus dans le deuxième).
    Bonne continuation.
    Fraternellement, en Christ.

  2. Patrac Alain dit :

    Ou Jésus Christ et dieu créateur du ciel et de la terre tout simplement.

  3. carole dit :

    Le royaume de DIEU est en nous et tout autour de nous, par la FOI j’ouvre la connexion avec nôtre SEIGNEUR JÉSUS CHRIST et TOUT les maîtres attentionné afin d’être DIGNE de le servir GRÂCE à nôtre CHEMIN DE VIE établie POUR CHACUN DE NOUS. AMEN. QUE DIEU VOUS BÉNISSE.

  4. Michelle dit :

    Pourquoi réciter une prière qui n’est pas biblique ? par contre le «  »Notre père » » l’est et je ne récite que celle-là. Sinon je dis ma propre prière avec mes mots à moi .

    • Marc Pernot dit :

      D’accord pour les prières bibliques, elles sont une grande source d’inspiration.
      Mais la vraie prière n’est pas biblique, elle consiste à se tenir soi-même devant Dieu, tel qu’on est, dans l’intimité, dans la plus profonde sincérité. Elle est balbutiement de l’Esprit en nous, elle est cri de joie et gémissement.
      Si tel texte de prière laissé par un homme ou une femme nous aide à entrer en prière, pourquoi ne pas l’utiliser ? L’essentiel et que nous accédions à cet état de nous tenir le plus sincèrement possible devant Dieu.

  5. Jacoberger dit :

    Bonjour ! Paix et joie en Christ !
    Merci pour les 1ères références sur le credo ; et les suivantes, s’il vous plaît ?
    Bonne continuation avec Jésus et, j’ose l’écrire, Marie Sa Mère, qu’Il nous a confiée et à qui Il nous a confiés alors qu’elle était au pied de la croix avec St Jean.
    Oui, c’est le jour tant attendu ; oui, c’est le moment favorable. Oui, je le crois !
    Fraternellement en Christ ;
    Gilles (Gilles-René) – France –
    PS : attention, il n’y a que 2 e à ensembl(e) dans mon adresse.

  6. Jacoberger dit :

    S’il vous plaît, s’il vous était demandé de compléter le credo pour qu’il n’y manque rien et d’enlever toute trace de haine, comment l’écririez- vous ? [avec Jésus et Son Esprit, bien entendu = si c’était Jésus qui l’écrivait aujourd’hui].
    Fraternellement en Christ Jesus-Sauveur.

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour
      C’est une excellente question.
      Le crédo ne répond pas à cette question. Il cherche à faire le tour des points les plus controversés à son époque, et propose (ou impose) une ligne. Cela peut être intéressant, mais en même temps ce serait fâcheux que cela soit un prétexte pour exclure de sincères disciples de Jésus-Christ.
      La question que vous posez me semble bien plus importante.
      A mon avis, c’est à chacun de chercher en soi-même, et d’écrire ce qui, dans ma propre foi en Christ, me fait vivre ?
      Personnellement, je mettrais :

      1. Jésus-Christ, sa personne, sa façon d’être.
      2. la confiance qu’il nous donne en Dieu, aimant même son ennemi, cherchant même la plus perdue des brebis perdue.
      3. la force de l’amour de l’autre, du service.
      4. L’enthousiasme de vivre, la vie en abondance en nous, la vie qui déborde.

      Et vous, quel seraient vos résumé du résumé de l’essentiel ?
      Dieu vous bénit et vous accompagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.