Où se trouve le « Crédo » dans la Bible ? Quand les apôtres ont utilisé ce symbole ?

un mouton dans un parc fermé par une clôture - Image par Benjamin Nelan de Pixabay

Le Credo : une clôture de doctrines pour unir l’église ?

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur.
Ma question est de savoir le Credo se trouve où dans la Bible je veux comprendre car dans mon Église on parle de symbole des apôtres.
Où et quand les apôtres ont utilisé ce symbole.
Merci

Réponse d’un pasteur :

Bonjour cher Monsieur

Ce « Crédo » (voir le texte ci-dessous) a été composé bien des générations après que tous les apôtres de Jésus aient disparus. C’est comme un hommage aux apôtres de l’avoir appelé « symbole des apôtres », mais ils n’y sont pour rien.

Jésus en berger - catacombes de Rome

Unis par une personne : Jésus (illustration du IIIe siècle représentant Jésus en berger sauvant les pécheur)

La confession de foi des apôtres étaient plus simples :

  • Par exemple : « Je crois que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde. » (Jean 11:27),
  • ou plus simplement encore « Jésus est le Christ, le Fils de Dieu » (Jean 20:31 ; Actes 8:37),
  • ou « Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant. » (Matthieu 16:16),
  • ou « Jésus est le Seigneur. » (1 Corinthiens 12:3).
  • ou, peut-être la plus belle confession de foi, celle d’un homme tout simple disant à Jésus comme une prière « Je crois ! viens au secours de mon manque de foi ! » (Marc 9:24).

Vous voyez, la foi des apôtres n’étaient pas définie par un catalogue de doctrines, le foi des apôtres ne se définissaient pas par une frontière, mais par un centre, par une personne, Jésus, reconnue comme source du salut pour le monde. Et ce centre suffit à unir tous les chrétiens dans une communion, dans un corps, respectant la diversité des membres (1 Corinthiens 12:12).

Ce texte n’est donc pas dans la Bible. Même s’il y a un rapport, bien sûr, et que bien des idées qui y sont représentées trouvent leurs origine dans le Nouveau Testament.

Ce texte a été rédigé au IIIe et IVe siècles dans un but bien précis : afin de pouvoir tracer comme une frontière de ce que les fidèles ont le devoir de penser pour faire partie de l’église officielle, et donc exclure de cette église officielle tout ceux qui ne pensaient pas comme les autorités. Ce texte est donc un texte polémique, un texte un peu haineux, en vérité, et il lui manque l’essentiel, il lui manque les points qui unissaient alors tous les chrétiens, puisque ces points n’étaient pas utile pour exclure quelques pensée théologique originale ! Ce texte passe donc par tous les points les plus discutables de la théologie de l’époque. Et dans ce texte, il manque le meilleur : l’annonce de l’Évangile, à ce texte il manque l’évocation de la foi, l’espérance et l’amour. Dan ce texte, Jésus passe d’une conception miraculeuse à sa mort horrible avec rien entre les deux : pas un mot sur Jésus parlant et agissant pour faire du bien…

Reste que ce texte est pour nous comme un vieux souvenir qui nous vient du fond des âges, et il m’arrive de le dire avec émotion, par exemple dans un contexte œcuménique, ou avec une famille unissant des membres de diverses confessions chrétiennes.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

PS. Le texte du symbole dit « des apôtres »

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant,
créateur du ciel et de la terre.
Je crois en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur,
qui a été conçu du Saint-Esprit
et qui est né de la Vierge Marie;
il a souffert sous Ponce Pilate,
il a été crucifié, il est mort, il a été enseveli,
il est descendu aux enfers ;
le troisième jour, il est ressuscité des morts ;
Il est monté au ciel ;
il siège à la droite de Dieu, le Père tout-puissant ;
il viendra de là pour juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit Saint.
Je crois la sainte Église universelle (dans l’église de Rome on dit « catholique » qui est le mot grec signifiant universel),
la communion des saints, la rémission des péchés,
la résurrection de la chair et la vie éternelle.
Amen.
Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Gilles René dit :

    Bonjour, paix et joie dans chaque cœur : Alléluia !
    Je cherche les références évangéliques à l’origine de la création du Symbole des Apôtres et du Symbole de Nicée (je crois qu’il y en a plus dans le deuxième).
    Bonne continuation.
    Fraternellement, en Christ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *