Théologie – Gnose, Gnostique

Une jolie fleur jaune ayant poussé dans une fente d'un sol desséché - Image par klimkin de Pixabay

Par : pasteur Marc Pernot

Gnose, Gnostique

La connaissance, comprise comme sacrée, dictée par Dieu.

Du grec gnosis « connaissance ».

La foi chrétienne n’est pas d’abord une doctrine (Jésus n’a pas écrit ni dicté de livre), mais principalement une foi, une façon d’être et de vivre dans la confiance en Dieu.

Il est à noter que dans le texte des évangiles quant il est question de « croire », le verbe grec qui est traduit ainsi n’est pas du domaine de la croyance (de la connaissance) mais de celui de la foi : de l’attachement personnel à une personne : Dieu, ou le Christ.

Le verbe « connaître » en hébreu est souvent synonyme d’aimer une personne, parfois même au sens de faire l’amour. C’est cette connaissance que nous avons de Dieu et Dieu de nous, une connaissance plus relationnelle que celle de formules théologiques.

Le Gnosticisme est un sensibilité religieuse qui existait à la fois dans et hors du christianisme antique, avec des connaissances réservées à des initiés (ésotérisme), valorisant en général un choix à faire entre deux voies, celle du bien et celle du mal, parfois avec deux dieux : un source de vie et l’autre source de mort. L’Évangile selon Thomas est un intéressant texte apocryphe contenant des paroles de Jésus apparemment assez anciennes, mêlées à des paroles manifestement appartenant aux courants gnostiques.

 

Suite :
Liste des 'mots qui piquent' en théologie et sciences bibliques

 

Participez au débat (dans le respect, bien entendu) :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...