Théologie – Hénothéisme, monothéisme, dualisme

Une jolie fleur jaune ayant poussé dans une fente d'un sol desséché - Image par klimkin de Pixabay

Par : pasteur Marc Pernot

Hénothéisme, monothéisme, dualisme

Le plus grand dieu, un seul Dieu, deux dieux complémentaires ?

Les textes de la Bible ne sont pas tous monothéistes.

Le monothéisme s’attache à penser l’existence d’une unique source transcendante. Certains textes de la Bible sont radicalement monothéistes, par exemple dans le premier chapitre de la Genèse, il y a une soule source d’action et elle est bonne, met en lumière, crée la vie, bénit. Son action ne lutte pas contre un adversaire mais fait émerger progressivement quelque chose du chaos. D’autres textes tirent plus vers le dualisme en mettant en scène la confrontation de deux puissances transcendantes dans le monde : Dieu et un adversaire (satan ou diable).

D’autres textes sont hénothéistes, croyant qu’il existe plusieurs dieux, et choisissant d’en adorer un seul (c’est le sens du mot εἷς θεός : un seul Dieu), alors que les polythéistes en adorent plusieurs. C’est ce que l’on voit par exemple dans ce passage de la Torah : « Tu craindras l’Éternel, ton Dieu, tu le serviras, et tu jureras par son nom. Vous n’irez pas après d’autres dieux, d’entre les dieux des peuples qui sont autour de vous, car l’Eternel, ton Dieu, est un Dieu jaloux au milieu de toi. La colère de l’Eternel, ton Dieu, s’enflammerait contre toi, et il t’exterminerait de dessus la terre. » (Deutéronome 6:13-15, bien dans le style -très discutable- deutéronomiste, avec une alliance de fidélité mutuelle sous le régime de la menace et non de l’amour). Autre étape dans ce cheminement vers le monothéisme avec ce Psaume, où non seulement l’Éternel est notre Dieu à nous, mais en plus il est le plus grand Dieu : « Dieu se tient dans l’assemblée des dieux, il gouverne au milieu des dieux » (Psaume 82). Cette réforme du judaïsme vers l’hénothéisme est datée du règne de Josias vers -620 avant Jésus-Christ. YWHWH est alors compris comme le Dieu N°1 avant de devenir le Dieu unique, le seul vrai Dieu, les autres étant des bouts de bois sculptés, dorés et peints, des idoles inertes :

Notre Dieu est au ciel, Il fait tout ce qu’il veut.
Leurs idoles sont de l’argent et de l’or, Elles sont l’ouvrage de la main des hommes.
Elles ont une bouche et ne parlent pas, Elles ont des yeux et ne voient pas, Elles ont des oreilles et n’entendent pas, Elles ont un nez et ne sentent pas,
Elles ont des mains et ne touchent pas, Des pieds et ne marchent pas, Elles ne produisent aucun son dans leur gosier.
Ils leur ressemblent, ceux qui les fabriquent, Tous ceux qui se confient en elles.
(Psaumes 115:3-8)

Ce monothéisme strict va s’imposer dans le peuple hébreu, peu à peu, cela va prendre quelques siècles.

En hébreu, le mot « Dieu » (אֱלֹהִים Élohim) est un pluriel ; cela pourrait faire penser qu’il est pour les hébreux une synthèse de tout le divin. Seulement, quand ce mot Élohim est sujet d’un verbe, ce verbe est alors conjugué au singulier (en général), manifestant ainsi le monothéïsme hébreu.

D’autres évoquent un Dieu créateur et un diable destructeur. Cela peut être parfois un reste du dualisme mésopotamien. C’est parfois une figure de ce qui nous agite, nous, en bien ou en mal.

 

Suite :
Liste des 'mots qui piquent' en théologie et sciences bibliques

 

Participez au débat (dans le respect, bien entendu) :

Vous aimerez aussi...