Bible – Incarnation

Une jolie fleur jaune ayant poussé dans une fente d'un sol desséché - Image par klimkin de Pixabay

Par : pasteur Marc Pernot

Incarnation

Quand la Parole de Dieu se fait chair, s’incarne.

Jean ouvre le livre de son témoignage sur l’Évangile du Christ par un étourdissant prologue disant en particulier : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu… Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père…. » (Jean 1:1 et 14).

C’est de là que vient ce terme d’incarnation en théologie.

Il y a bien des façons de comprendre cela :

  • Que Jésus est enfin un humain au sens où Dieu l’avait toujours espéré, réalisant son plan (sa Parole).
  • Que Jésus manifeste ce qui est connaissable de Dieu pour nous, par ses paroles et sa façon d’être, de vivre, et même de mourir, manifestant l’amour de Dieu par son amour.
  • Certains pensent que cela signifie que Christ est Dieu fait chair, et donc vrai Dieu et vrai humain. C’est ce qui a été affirmé avec force par l’église majoritaire à partir du 4e siècle.

Cette diversité vous autorise à penser, même sur ce sujet tout à fait librement. Reste qu’en Christ, Dieu se rend particulièrement proche de nous, et même en nous. C’est une incarnation à découvrir par nous même, comme Saint Augustin parlant à Dieu de sa joie de l’avoir enfin accepté : « Où étais-tu donc alors pour moi ? Bien loin ! Et bien loin, j’errais en terre étrangère, séparé de toi… c’est toi que je cherchais ! Mais toi, tu étais plus interne que l’intérieur de moi, et plus élevé que le sommet de moi. » (Confessions III :11)

 

Suite :
Liste des 'mots qui piquent' en théologie et sciences bibliques

 

Participez au débat (dans le respect, bien entendu) :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...