Bible – Métanoia, conversion, repentance

Une jolie fleur jaune ayant poussé dans une fente d'un sol desséché - Image par klimkin de Pixabay

Par : pasteur Marc Pernot

Métanoia

Choisir Dieu comme la plus prioritaire de nos priorités.

Du mot grec μετάνοια venant de μετά (au-delà) et de νοέω (penser), celai évoque donc un changement de mentalité, une réorientation de nos priorités en mettant Dieu en premier, et même comme hors concours, au dessus de tout le reste. Cela ne veut pas dire que l’on ne s’intéresserait à rien d’autre, mais que notre foi en Dieu inspirera notre façon de vivre et d’espérer, de choisir.

Il est question aussi d’épistrophè (ἐπιστροφή) qui signifie se tourner, soit physiquement soit au sens figuré.

Les deux notions sont à entendre au sens d’une importante notion hébraïque, la teshouvah du verbe shouv (שׁוב) retourner, revenir. En effet, quand Dieu nous a aimé le premier, Dieu est origine de notre vie, de notre mouvement et de notre être. Par conséquent toute ouverture vers lui est en quelque sorte un retour, un retour sur soi, un retour en soi-même (au lieu d’être aliéné à soi) et un retour en Dieu.

Il ne s’agit pas d’être arrivé au bout de ce trajet, mais déjà de se tourner vers, de chercher, d’écouter, d’espérer encore. A partir de là, tout pas en avant sera un pas de plus dans la communion avec la source de la vie, Dieu.

Les traductions du mot métanoia varient beaucoup :

  • la conversion (pour ceux qui mettent l’accent sur la religion), l
  • la repentance (pour ceux qui mettent l’accent sur la morale),
  • un changement radical (pour ceux qui mettent l’accent sur la psychologie de la personne)…

C’est pourquoi le mot metanoïa est parfois laissé tel quel, non traduit, dans le texte français d’un livre de théologie.

 

Suite :
Liste des 'mots qui piquent' en théologie et sciences bibliques

 

Participez au débat (dans le respect, bien entendu) :

Vous aimerez aussi...