Théologie – Déréliction

Une jolie fleur jaune ayant poussé dans une fente d'un sol desséché - Image par klimkin de Pixabay

Par : pasteur Marc Pernot

Déréliction

Sentiment d’être abandonné par Dieu.

L’exemple typique est Jésus proche de son exécution, dans sa prière à Gethsémané ou sur la croix, quand il prie : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as tu abandonné » (Marc 15:34). Comme quoi, ce sentiment peut arriver même au meilleur, et ne doit pas être un sujet de honte. La réaction de Jésus montre à mon avis que la meilleure solution est de continuer à prier en ce Dieu dont on se met alors à douter.

Ce sentiment peut survenir peut-être quand la souffrance est trop forte. Il faut alors laisser le temps de l’aide de Dieu, c’est comme une graine plantée qui germe.

Ce sentiment peut être le signe que notre théologie doit être réformée : la déréliction apparaît parfois quand nous découvrons que le Dieu que nous imaginions n’existe pas, en réalité, qu’il est ailleurs et autre que nous le pensions. Par exemple, quand une personne pensait que Dieu était un magicien tout puissant qui accordait ce que l’on demandait avec assez de foi… et que malgré ses ardentes et incessantes prière son enfant meurt d’une cruelle maladie. Malgré une grande intensité de foi, Dieu n’était pas cherché là où il est. C’est malgré toute la bonne volonté de Dieu, malgré son espérance que l’enfant est mort, et l’aide qu’il cherchait à apporter était bien réelle néanmoins. Il a de quoi désespérer de lui quand on l’imagine magicien, il ya à vivre de lui quand on le cherche comme puissance d’amour, d’accompagnement, d’évolution et de vie… (voir ThéodicéePuissant – Tout-PuissantExistence du mal & de la souffrance).

 

Suite :
Liste des 'mots qui piquent' en théologie et sciences bibliques

 

Participez au débat (dans le respect, bien entendu) :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...