Bible – Monde

Une jolie fleur jaune ayant poussé dans une fente d'un sol desséché - Image par klimkin de Pixabay

Par : pasteur Marc Pernot

Monde

La La totalité des choses créées.

Comme le montre ce verset des plus célèbres « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique… » (Jean 3:16) : Dieu aime ce monde, et il le voit comme étant bon, et même très bon (Genèse 1:31).

Par contre, ce qui pose problème est d’être « du monde », ou de vivre « selon la chair », c’est à dire de considérer la création comme étant la finalité et la source de sa propre vie. Cela revient à adorer la créature au lieu de son créateur, d’aimer tellement les fruits que l’on en oublie l’arbre, ou qu’on le coupe pour faire des bûches.

L’Evangile n’est donc pas négatif vis à vis du monde, bien au contraire. C’est la base même de la théologie de l’incarnation. C’est une question seulement de le mettre à sa place, en perspective.

Cette vision positive de la vie en ce monde et des bénédictions nombreuses qu’il y a à vivre en ce monde (et non « selon ce monde ») est une importante différence avec des philosophies ou des religions prônant un détachement du monde.

Dans cette magnifique prière de Jésus, il prie Dieu pour ses disciples, et à un moment, transparait cette question de notre rapport au monde, qui n’est pas notre créateur, mais qui est néanmoins notre place :

Jésus dit, en s’adressant : « … Je leur ai donné ta parole; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Consacre-les par ta fidélité : ta parole est fidélité. Comme tu m’as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde… » (Jean 17:14-18).

Suite :
Liste des 'mots qui piquent' en théologie et sciences bibliques

 

Participez au débat (dans le respect, bien entendu) :

Vous aimerez aussi...