Théologie – Parénèse, Parénétique

Une jolie fleur jaune ayant poussé dans une fente d'un sol desséché - Image par klimkin de Pixabay

Par : pasteur Marc Pernot

Parénèse

Exhortation morale.

Parénèse est un mot grec (παραίνεσις) signifiant un conseil moral.

Il est parfois important de déterminer quelle est l’intention du passage biblique analysé. Est-ce que l’objectif est parénétique ou théologique ?

Il arrive qu’un passage vise à répondre à une situation particulière vécue par les destinataires du texte, l’auteur va donner un conseil moral dont il ne faut pas nécessairement tirer des conclusions théologiques ou anthropologiques fondamentales.

Par exemple

Quand Paul écrit aux Corinthiens « Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler ; mais qu’elles soient soumises, comme le dit aussi la loi. Si elles veulent s’instruire sur quelque chose, qu’elles interrogent leur mari à la maison… » (1 Cor 14:34)

  • Si l’on comprend ce passage comme étant parénétique, lié au contexte local, c’est une chose.
  • Si on le lit comme une volonté universelle de Dieu en ce qui concerne l’humain, homme et femme, c’est tout autre chose. Ce texte prend alors une dimension anthropologique.

A mon avis cet enseignement est parénétique et je ne lui accorde pas de portée théologique, ni anthropologique. En effet, nous constatons par ailleurs que Paul salue Junia comme une femme apôtre, il va chez Lydie qui est femme et responsable d’une église. Et Paul écrit qu’en Christ « Il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. » (Galates 3:28).

 

Suite :
Liste des 'mots qui piquent' en théologie et sciences bibliques

 

Participez au débat (dans le respect, bien entendu) :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...