Théologie – Substitution

Une jolie fleur jaune ayant poussé dans une fente d'un sol desséché - Image par klimkin de Pixabay

Par : pasteur Marc Pernot

Substitution

Théorie où l’église serait le nouvel Israël, à la place d’Israël qui aurait refusé d’accueillir le Messie donné par Dieu en Jésus. Cette interprétation a été source d’antisémitisme.

Il est toujours funeste, à mon avis, de lire les textes bibliques en identifiant le méchant de l’histoire à quelqu’un de précis (c’est encore pire quand on pense que le méchant est un autre). Dans tout texte et récit biblique, chacun est à la fois le juste et le méchant de l’histoire, appelé à cheminer dans le bon sens, se « convertir » un petit peu plus.

Il me semble que l’on peut oublier cette théorie de la « substitution », ou s’en souvenir juste pour l’écarter.

La vocation d’Israël est d’être un peuple de prêtres révélant l’Éternel-Dieu au monde. Cette mission est encore en cours. La vocation des chrétiens est de manifester l’Évangile du Christ en paroles et en actes. Avec tendresse et fidélité (normalement). D’ailleurs, Jésus lui-même était juif pratiquant ainsi que sa mère et ses apôtres. Il ne remet pas en cause l’alliance de Dieu avec Israël.

Il nous est souvent difficile de comprendre que ce que nous ressentons comme étant notre vocation est une vocation personnelle et qu’il est juste et bon qu’une autre personne ait possiblement une vocation différente. C’est comme cela qu’un corps fonctionne, avec une diversité de membres ayant chacun une vocation propre au bénéfice de l’ensemble.

 

Suite :
Liste des 'mots qui piquent' en théologie et sciences bibliques

 

Participez au débat (dans le respect, bien entendu) :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...