Théologie – Anthropologie

Une jolie fleur jaune ayant poussé dans une fente d'un sol desséché - Image par klimkin de Pixabay

Par : pasteur Marc Pernot

Anthropologie

Façon de comprendre l’humain, la personne, l’humanité.

L’anthropologie biblique considère à la fois la personne individuelle ainsi que l’humanité dans son ensemble, les deux étant à développer et à bénir.

La base de l’anthropologie biblique est Dieu faisant l’humain et le bénissant (Genèse 1:27…). L’humain est considéré comme une créature faite à l’image de Dieu, à la fois animale et douée de quelque chose de divin, à la fois créature et co-créateur. L’une et l’autre de ces deux faces de l’humain sont bénies, appelées à se développer.

Dans un second récit de création ajouté dans le livre de la Genèse après le premier récit, l’humain est dit créé de la poussière du sol (de l’humus) et du souffle divin mis dans ses narines (Genèse 2:7), chargé de participer au service aux côtés de Dieu (Ge 2:15)…

La personne du Christ est un livre d’anthropologie, au sens où « être Christ » n’est pas seulement être chargé d’une mission spéciale, le Christ est aussi l’archétype de l’humain accompli. C’est ce qu’exprime Pilate (sans en mesurer la portée) montrant Jésus à la foule et disant : « Voici l’humain ! ».

Contrairement aux cultures où seule la partie spirituelle de la personne est valorisée et la vie en ce monde regardée avec suspicion, l’anthropologie biblique considère que la personne individuelle est vivante de multiples belles dimensions. Le corps et sa vie biologique sont une bénédiction, ses sens et ses plaisirs sont des bénédictions. La vie spirituelle, la personnalité profonde, la qualité des relations sont seulement mises sur le dessus, aux commandes, mais sans nier les autres dimensions. L’intelligence et les connaissances sont également un champ important… La vocation personnelle (puisque nous sommes appelés à être, dans la mesure du possible, un être créateur).

La personne humaine est ainsi un animal spirituel. Elle est aussi un animal social. Cette dimension collective de l’humain est sans cesse en dialogue dans la Bible avec le côté individuel de l’humain. Par exemple dans la bénédiction en Nombres 6:23ss : « Vous bénirez ainsi les enfants d’Israël (collectif) vous leur direz : Que l’Éternel te bénisse… (au singulier) ». De même dans la prière qu’il a enseignée, Jésus dit de prier seul dans sa chambre en privé (Matthieu 6:6) et de prier en pensant au pluriel « Notre Père… donne nous… » (Matthieu 6:9). C’est ce que théorise Paul en parlant de corps mystique du Christ (l’humanité) fait de membres (individuels), par l’Esprit, la compassion et la complémentarité des vocations.

 

Suite :
Liste des 'mots qui piquent' en théologie et sciences bibliques

 

Participez au débat (dans le respect, bien entendu) :

Vous aimerez aussi...