Comment faire pour se libérer d’un péché dont on ne parvient pas à se séparer ?

Par : pasteur Marc Pernot

Illustration : une chaïne brisée, sous l'eau - Image: 'Underwater chain and light' by Gerry Thomasen https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/ http://www.flickr.com/photos/99326392@N00/174311171

Question d’un visiteur :

Bonjour pasteur

Ma question est la suivante : comment faire pour se libérer d’un péché dont on est conscient et dont on ne parvient pas à se séparer ? Je suis dans un péché qui me retient captif et j’aimerais m’en séparer mais je n’y arrive pas je finis toujours par retomber dans ce péché !

Merci

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Monsieur

D’abord deux choses :

  • Bravo de chercher à progresser dans le sens du bien. C’est tout à fait excellent, et c’est bien comme cela que l’on avance.
  • L’amour et donc le pardon de Dieu vous est de toute façon acquis, sans condition. Ce qui n’empêche pas qu’il espère de tous ses vœux que nous progressions, tous.

Vous n’êtes pas le seul à connaître cette difficulté, c’est quasiment un miracle d’arriver à se changer soi-même. Regardez la difficulté qu’a une personne pour arrêter de fumer, ou pour perdre quelques kilos quand on est en surpoids ! L’apôtre Paul remarque cela dans sa lettre aux Romains :

J’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas…
Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon ma conscience; mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de mon intelligence, et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres. Misérable que je suis! Qui me délivrera de ce corps de mort? Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!… (Romains 7:18-25).

Effectivement, la prière aide bien. Et c’est précisément parce que nous savons que nous n’avons rien à craindre de Dieu que nous pouvons nous présenter devant lui avec confiance et espérance tel que nous sommes, avec nos difficultés à avancer. Et lui demander son aide, son éclairage, sa compréhension, sa force, son action pour nous rendre meilleur.

C’est ainsi que nous arrivons, parfois, à avancer d’un pas ou deux. Et c’est une joie, une occasion de rendre grâce à Dieu et d’être aussi un petit peu content de nous. Puis de prendre là des forces pour le pas suivant.

Ensuite, tout dépend de quel « péché » il s’agit. Si c’est de maltraiter une personne, évidemment : il vous faut prendre des mesures radicales pour que cela cesse immédiatement, sans attendre de changer. Puis de chercher à résoudre votre problème intérieur.

Mais si votre péché est une addiction, par exemple, il est possible d’essayer de prendre des mesures pratiques concrètes afin de vous empêcher physiquement de chuter mais cela ne résout pas vraiment le problème. Là aussi, il faut chercher à résoudre votre problème intérieur en progressant. Vous pouvez travailler par la prière. Vous pouvez échanger avec des personnes qui ont le même problème que vous, ou des personnes qui vous aiment afin de pouvoir en parler et puiser dans d’autres personnes une force pour vous soutenir, pour faire le point régulièrement, dans les échecs comme dans les progrès. Cela prend parfois un peu de temps, comme une plante qui pousse. Il faut garder de l’espoir en toute circonstance.

Dieu vous bénit et vous accompagne sur ce chemin.

Bien amicalement

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

114 réponses

  1. Lise dit :

    J’aurais une autre question pasteur
    Est-ce que c’est un pêcher de cacher quelque chose de mon passer à mon mari si je c’est que ça va lui faire du mal ?
    Je voudrais vraiment savoir la réponse pour que je puisse passer à autre chose car j’y arrive pas j’ai toujours ça qui me trotte dans la tête et sa me donne beaucoup d’anxiété car je ne c’est pas quoi faire 🙏🏽🙏🏽

  2. MJ dit :

    Bonjour a vous,
    Mon problème c’est que j’aime Dieu de tout mon cœur et déjà converti je souhaitais être baptisé, mais depuis que j’ai pris cette décision je suis de plus en plus addicte à un péché que j’essaie depuis toujours de refusé, c’est un péché que Dieu condamne  » la masturbation » je n’ai pas honte de le dire car je veux changer.

    • Glody dit :

      Salut moi je me suis baptisé mais je retombe toujours dans la masturbations

    • Abraham dit :

      Pour s’éloignent de la masturbation
      1) il faut marier si vous êtes célibataire car DIEU dit en genèse 38:8-10 Alors Juda dit à onan va vers la femme de ton

      • Marc Pernot dit :

        La relation sexuelle ne peut se faire que dans le cadre de ce principe chrétien fondamental donné par Paul « Que personne ne cherche son propre intérêt, mais que chacun cherche celui d’autrui. » (1 Corinthiens 10:24) ou en Philippiens 2:4 « Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère ceux des autres ».

        Par conséquent, une épouse ne peut en aucun cas être le défouloir des envies de sexe de son mari. Ce serait du viol (du viol conjugal ce qui est une circonstance aggravante, car infligé à une personne que l’on a promis devant Dieu d’aimer et de respecter, de chérir). Là , oui, on pourrait parler de péché et de crime.

        Par contre, la masturbation n’est pas un péché, contrairement à des prédicateurs qui prêchent cela sous influence des coutumes humaines (les versets cité de Genèse 28 n’ont rien à voir avec de la masturbation, mais avec une trahison par rapport aux devoirs vis à vis de son frère). La masturbation peut effectivement aider à ne pas imposer ses envies sexuelles à d’autres personnes quand elles n’y aspirent pas particulièrement. Chacun sa façon d’être, son rythme, son temps et ses moments, les gestes appréciés ou non… Aimer, c’est d’abord respecter l’autre (c’est la base de la base), ensuite c’est chercher à l’épanouir. Le sexe peut participer à cet épanouissement de l’autre et du couple, mais uniquement quand le désir de chacune des deux personnes se rejoint pour faire un.

        Dieu vous bénit et vous accompagne

  3. MJ dit :

    Conseiller moi je vous prie pour me défaire de ce corps de mort

  4. Grâce dit :

    Bonjour Pasteur
    Et si on a personne avec qui en parler
    Que dois-je faire ??

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour
      Il y a en tout cas toujours Dieu, bien entendu, qui est un « quelqu’un à qui l’on peut parler » de ce que l’on a sur le cœur, sans aucune crainte d’être méprisé, ni condamné, ni rejeté.
      Ensuite, il peut arriver que l’on ait besoin de dire quelque chose que l’on a sur le cœur à une personne humaine bienveillante et discrète. Le pasteur ou prêtre de la paroisse devrait pouvoir accomplir ce service. Dans le protestantisme, la confession n’est pas obligatoire, mais elle est possible. Dans les cas où une grande souffrance se fait sentir, un bon psychiatre peut apporter des services qu’un pasteur ne peut pas donner.
      Dieu vous bénit et vous accompagne

  5. Louis Ruth dit :

    Ok j’accepte a toute les réponses mais je suis un peu confondue dans ce qu’ a dit le pasteur la masturbation n’est pas un péché pour quoi selon moi Dieu créa un homme et une femme si Dieu savait cela était bon pourquoi il ne laissait pas un exemple

  6. Massamba dit :

    Merci que dieu vous bénisse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.