Adolescente et chrétienne, je me pose énormément de questions au sujet de l’amour

Par : pasteur Marc Pernot

Rodin : le baiser - by Diego Maia https://creativecommons.org/licenses/by-nc/2.0/ http://www.flickr.com/photos/14012786@N00/2584804971

Question d’un visiteur :

Bonsoir,
je suis une adolescente, en tant que chrétienne, je me pose énormément de question au sujet de l’amour.
Je voulais s’avoir si Dieu permettait de se mettre en couple sans parler de mariage par derrière? Etant donné que je suis encore jeune? Si l’on pouvait être proche de quelqu’un du sexe différent sans aller jusqu’au rapport sexuel? Quelles sont les limites? Si cela est vu comme un péché de se mettre en couple?

Merci pour votre réponse!

Réponse d’un pasteur :

Bravo de vous poser des questions et de penser à Dieu.

Mais vous savez, Dieu n’est pas une sorte d’examinateur de morale, surveillant que tel couple a bien le visa de la mairie et de l’église sur son passeport…

La question est de favoriser le meilleur cheminement possible pour sa propre vie, de bâtir une vie belle et digne, de construire, année après année son être, son cœur, sa tête, sa façon d’être en relation avec les autres, avec le monde, avec soi-même… Et cela, c’est assez délicat. Tout dépend de mille petits choix que l’on fait dans la vie quotidienne.

Or, la question que vous abordez est assez déterminante, en réalité. Car le couple est une dimension très profonde dans notre façon d’être, et donc d’évoluer. Celui qui choisit de vivre en s’attachant dans la fidélité à une personne pendant plus de 70 ans… n’évoluera pas de la même façon s’il choisit de vivre en couchant à gauche et à droite comme un bonobo en rut. Cela est clair. Mais quelle conclusion en tirer ? C’est une décision assez fine et délicate. Tout dépend de la personne, de sa sensibilité, de l’esprit dans lequel on va vers l’autre, de l’esprit que met l’autre allant vers nous. Il est certainement bon d’avoir des relations avec des personnes du sexe qui nous attire sexuellement parlant, sinon, comment apprendrait-on à construire une vraie relation plus tard ? Mais effectivement cette attirance physique n’est pas neutre sur le type de relation que l’on peut avoir. C’est même pour cela qu’il n’est pas inutile de s’exercer à sentir en quoi les relations avec les personnes qui nous attirent physiquement, sont à la fois les mêmes et différentes que celles que nous avons avec des personnes qui ne nous attirent pas physiquement. Et apprendre à analyser où on en est, et à garder le contrôle.

Qu’est-ce que ça change si l’on va jusqu’à coucher ? Là encore, tout dépend de l’état d’esprit des deux personnes impliquées. La question, encore une fois; n’est pas de fâcher Dieu, mais la question est qu’avoir du sexe avec quelqu’un n’est pas du tout la même chose que de faire du tennis avec lui/elle. Car notre corps, notre esprit et notre cœur ne sont pas en nous des dimensions séparées. Nous ne sommes pas une âme versée dans un corps, comme si nous pouvions séparer les deux. Nous sommes corps et âme à la fois, mais c’est encore trop séparer les deux que de dire cela. Nous sommes un animal spirituel.

Par conséquent, qu’on le veuille ou non, je pense que nous tordons notre être, nous le froissons quand  notre corps fonctionne comme un couple avec un autre, sans que notre tête, notre cœur, notre cheminement de vie soit dans une projet de couple.

Par contre, il me semble qu’il est favorable d’unifier son être, de se mettre en couple si l’on pense que c’est pour la vie, pas uniquement par le corps mais aussi par l’âme, de cœur, le projet de vie, l’attachement, le oui partagé. Il peut arriver que l’on connaisse l’échec ensuite, mais ce n’est pas la même chose que de vivre en déconnectant son corps de sa tête, de son cœur, de sa foi.

Bien entendu, et particulièrement dans ce domaine, les choses ne sont pas toujours en oui/non mais il y a des degrés entre les deux. Si vous envisagez que peut-être ce garçon pourrait être l’homme de votre vie et que vous commencez à former un peu un couple, et peut-être d’avoir une certain degré de relations charnelles, au moins ce n’est pas en faisant absolument n’importe quoi. Il y aurait quelque chose comme 10% ou 40 % ou 60% de liens sincères et vrais, impliquant toute votre personne ? C’est à vous dévaluer et de savoir si vous pensez que c’est constructif ou non. Ou si c’est juste vous laisser manipuler par vos hormones ? ou pour faire comme tout le monde ? Ou pour vous rassurer sur le fait que vous soyez une personne de valeur en étant suffisamment aimée pour qu’une personne veuille de vous ?

A mon avis, le « péché » c’est de s’en fiche, de ne pas se poser de questions, de ne pas penser à Dieu dans la recherche d’un itinéraire. Je peux donc vous rassurer tout à fait : votre façon même de vous poser des questions fait que vous n’êtes pas dans le péché. Bien sûr que vous ferez des erreurs (si possible pas trop graves quand même, abîmant votre corps, votre cœur), mais avec cette belle façon de vous interroger vous pourrez avancer.

Vous me semblez en bonne forme pour prendre les bonnes décisions.

Dieu vous bénit et vous accompagne sur votre chemin

Amitiés

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Lyne dit :

    Ce message à répondu à toutes mes questions sur  » avoir un petit copain est un péché  »
    Merci beaucoup Pasteur ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *