++ Psaume 23 « L’Eternel est mon berger, je ne manque de rien »

Par : pasteur Marc Pernot

une personne assise au sommet d'une montagne contemple le panorama - Image par StockSnap de Pixabay

Psaume 23

Cantique de David

L’Eternel est mon berger:
je ne manque de rien.
Il me fait reposer dans de verts pâturages,
Il me dirige près des eaux paisibles.
Il restaure mon âme,
Il me conduit dans les sentiers de la vie juste,
A cause de son nom.

Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort,
Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi :
Ta houlette et ton bâton me rassurent.
Tu dresses devant moi une table,
En face de mes adversaires;
Tu oins d’huile ma tête,
Et ma coupe déborde.

Oui, le bonheur et la grâce m’accompagnent
Tous les jours de ma vie,
Et je reviens, j’habite dans la maison de l’Eternel
Jusqu’à la fin de mes jours.

 

 

Quelques remarques

  • Dans la traduction grecque de la Bible hébraïque, ce Psaume porte le N°22.
  • Ce paume témoigne du fait que Dieu aide à avancer dans les bons jours, comme dans les mauvais.
  • Quand Dieu est appelé comme ici YWWH en hébreu (prononcé Yahou, ou YaHWéh), cela évoque Dieu en tant que compassion, passion, miséricorde. Ce mot est construit sur la racine du verbe être. C’est pourquoi je préfère personnellement la traduction « L’Eternel » à celle de « Le Seigneur » qui fait plus penser à un Dieu supérieur et dominant.
  • L’onction d’huile est signe de bénédiction et aussi de sacre, nous faisant nous sentir responsable d’être bénédiction à notre façon dans ce monde.
  • En hébreu, il n’y a pas de futur, mais les verbes sont ici à un temps qui s’appelle l’inaccompli, évoquant à la fois le présent et le futur. Ce n’est donc pas seulement, ou plus exactement, ce n’est pas d’abord pour la vie future que ce psaume parle de vie et de bonheur mais dès maintenant, en cette vie sur terre.
  • Il y a un habile jeu de mot dans la dernière phrase, le verbe signifie à la fois je reviendrai (je reviens) et j’habiterai (j’habite), permettant à la fois de témoigner de notre joie présente d’être avec Dieu et de toujours nous convertir plus à lui.

 

 

Si vous le désiriez, voici d’autres Psaumes aidant à prier, et quelques pistes d’appropriation de ces textes.

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Pascale dit :

    Personnellement, j’ai du mal avec ce psaume, pourtant si souvent cité. Avec un tableau aussi idyllique, il m’apparait comme étant la prière d’un croyant parfait. À aucun moment je ne peux sincèrement affirmer que « je ne manque de rien », ni que « je ne crains aucun mal ».

    • Marc Pernot dit :

      Merci, Pascale.
      A ce moment là, c’est le milieu du Psaume 23 qui est pour nous : les temps de creux, loin des sommets de l’élévation. Ou la fin où nous marchons cahin-caha.
      C’est ça qui est sympa, dans ce psaume comme dan beaucoup d’autres, il offre une typologie du meilleur (l’idéal du début), et du pire (le fond du fond exprimé au milieu) et pour une fois le cheminement complexe que nous vivons (dans la fin avec cette alternative : je reviens / je demeure) dans la communion quotidienne avec Dieu.
      Mais je comprends que l’on aime pas ce texte, c’est le propre de tout témoignage d’une personne, il nous touche ou non, et cela n’a rien à voir avec la qualité de la personne qui parle de sa foi, ni de la qualité de ce que vit celui qui écoute. Bien sûr.

      • Pascale dit :

        Merci pour ces remarques et pour le rappel que, même un psaume, reste le témoignage d’une personne et non pas une prière quasi obligatoire.

  2. Marguerite dit :

    Pour ma part, ce psaumes, fait partie de ma prière quotidienne
    J’aime beaucoup, et je demande à Dieu, d’avoir les mêmes GRÂCES, que David
    Je sais que je ne manquerai de rien, en, méditant ce, psaume
    Merci beaucoup à vous

  3. Olivier dit :

    Bonjour.
    Je me permets de vous transmettre ce psaume dans la traduction Osty car il y a des nuances très belles je trouve et ça change un peu de nos versions classiques protestantes:
    Yahve est mon berger : je ne manque de rien
    En des près d’herbe tendre il me parque
    Vers les eaux du repos il me mène
    Il restaure mon ame
    Par de bons sentiers il me guide
    À cause de son nom
    Dusse-je cheminer par un val ténébreux
    Je ne craindrais nul mal
    Car tu es avec moi
    Ton bâton, ta houlette, voilà mon réconfort
    Devant moi tu dresse une table
    Face à mes adversaires ;
    Tu parfume d’huile ma tête,
    Ma coupe est débordante
    Oui, bonheur et fidélité m’escorteront
    Tous les jours de ma vie
    J’habiterai la maison de Yahve
    En la longueur des jour.

  4. Nyota dit :

    Ce verset je l’ai connue en 2016 dans un rêve, je savais que il existait mais pas de quoi il parlait et depuis je le récite a chaque moment difficile…et DIEU seule sait combien j’en ai traverser…

    • Marc Pernot dit :

      Bravo !
      Ce Psaume marche aussi hyper bien dans les moments où nous sommes en forme, c’est un des excellents moments où il nous aide à grandir par la prière.
      Dieu vous bénit et vous accompagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *