Plusieurs questions sur la Bible (violence) et sur la prière (transcendance)

Par : pasteur Marc Pernot

une page de la Bible racontant la libération de Pierre par un ange et une chaîne brisée - Image par Thomas B. de Pixabay

Question d’un visiteur :

Cher pasteur,

Votre blog a été un phare dans ma vie et m’a sauvée de mon enfance douloureuse dans une secte chrétienne… mais j’ai eu besoin à cause de ces violences, de tout déconstruire… j’ai tant été abusée… j’ai beaucoup cheminé mais il me reste des questions et je ne trouve pas de réponses même sur votre blog ^^
Merci pour tout ce temps que vous prenez et pour votre bienveillance qui guérit…

Voici mes questions, pardonnez-moi d’avance si elle semble houleuses, amères ou même vaines pour certains. Pour moi elles sont très importantes car j’ai un passé très douloureux avec la religion.

Je me demandais pourquoi des personnes inspirées de Dieu avaient parlé au nom de Dieu dans par ex la Torah en lui faisant dire qu’il se met en colère qu’il se venge etc.
Pourquoi avait-elle cette vision de Dieu si elles étaient spirituelles ?
Ou bien pq il est écrit que Dieu est en colère est vengeur etc (attribut humain) si ce n’est pas vrai ?

Cmt est-il possible de se dire envoyés de Dieu et d’édicter des lois comme dans le Lévitique avec la lapidation dans plusieurs versets différents ? Et de dire en plus que c’est Dieu qui en est à l’origine… donc argument d’autorité… Pourquoi tant de conflits violents dans la Torah ? Vous dites que c’est intéressant de les interpréter autrement er c’est vrai que c’est très intéressant mais ça n’explique pas pourquoi ces textes encourageait autant à cela, parlaient de Dieu comme un Dieu vengeur à une époque où justement on n’avait pas le recul d’aujourd’hui… quel sens ? Comment ça peut être possible si on est inspiré de Dieu ?
Qui sont ces gens qui ont écrit ça et pourquoi ?
Peut-être que les juifs libéraux ont des réponses dessus ? Comment font-ils avec tout ça ?

Jésus est venu confirmer la Grâce oui mais Jésus avait l’air de croire aussi à ces écritures et à ce Dieu (aimant certes je sais mais aussi vengeur etc). A moins qu’il avait compris que Dieu n’avait pas dit tout cela. Mais alors comment voyait il les écritures et ses propos attribués à Dieu ? Et comment Dieu aurait-il pu être hyper différent du temps de la Torah et paf changer et devenir exclusivement sympa avec Jésus ? A moins que l’on reconnaisse que tout ça c’est pas Dieu mais la vision de l’humain de lui-même et la vie. Mais alors pourquoi un prophète peut dire que c’est Dieu qui a dit ça… a-t-il entendu des voix pour dire que Dieu est comme ci ou ça ? Qu’est-ce qui se passe dans sa tête pour dire cela ? Et si c’est seulement des humains inspirés de Dieu dont la vision n »était pas aboutie alors dans ce cas pourquoi la Bible serait différente d »un texte philosophique ou d’un bon bouquin ?
En quel Dieu on croit si finalement il a été construit en grande partie par les hommes qui parlaient d’abord d’eux-mêmes ?

Et ensuite :
Pourquoi je prie Dieu si c’est simplement la Source de la Vie ? Ça a quel sens de parler à l’infini ? A quelque chose qui n’est pas humain et dont on ne peut pas dire qu’il entend nos peines. Ça n’a aucun sens de dire que la source de la vie entend nos peines… c’est très humain de dire ça non ?
Je voudrais tisser une relation avec l’invisible avec ce qu’on décrit dans les textes avec ce qu’on appelle Dieu mais j’ai l’impression de me mentir, de me créer un doudou et ça bloque, je n’arrive pas à tisser quelque chose, à « prier » si je ne sais pas ce que c’est… pourtant je ressens fort le besoin… même le besoin de « rituel » parce que certains je les trouve si beaux et si porteurs. Mais j’ai l’impression de juste me créer un imaginaire et ça me bloque…

Je vous remercie infiniment…
Je vous souhaite plein de Paix !

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir
Je suis ravi de votre cheminement, qu’il soit pour vous une bénédiction, une libération.

Si j’ai pu y contribuer un peu, c’est évidemment pour moi une joie. Seulement je dois reconnaître que je n’y suis pas pour grand chose, ayant au mieux aurais-je réussi à vous encourager à aller vers Dieu avec confiance dans son amour. Le reste, l’essentiel, vient de vous et de Dieu. Vous y avez votre part car tout cheminement demande un certain courage, une énergie, et même une certain trouble. Pour le meilleur, il est vrai.

Je me demandais pourquoi des personnes inspirées de Dieu avaient parlé au nom de Dieu dans par ex la Torah en lui faisant dire qu’il se met en colère qu’il se venge etc ?

Le problème, à mon avis, vient d’une façon de penser trop élémentaire où le monde serait en noir et blanc, sans nuances de gris et encore moins sans couleurs. Or, il n’y a pas les justes & fidèles d’un côté et les méchants & païens de l’autre. Nous sommes tous plus ou moins juste et méchant, fidèle et infidèle à Dieu. Et Dieu aime chacun de ses enfants, nous montre Jésus. Par conséquent, Dieu cherche à soigner chacun de ses enfants en développant ce qui est bien en lui, cherchant à ce que sa bonne personnalité s’épanouisse, et d’un autre côté cherchant à soigner toute personne de ses maux, de ce qui l’empêche d’avancer et de vivre. Nous avons là une logique un petit peu plus fine de ce que c’est qu’un humain, et cela permet de comprendre que quand il est question dans la Bible de colère de Dieu, de massacre des étrangers, de lapidation d’enfant rebelle à ses parents ou ou d’infidèles… cela ne concerne aucune personne vivant au monde, mais plutôt ce qui, en chaque personne, la fait souffrir, la tire vers le bas, la rend esclave, la conduit à faire du mal aux autres. Comprise ainsi, cette opération est encore de l’amour de Dieu. La justice de Dieu vue ainsi est une manifestation pratique de son amour. Comme quand un médecin extermine l’infection d’une plaie à notre jambe, c’est pour nous permettre de bien marcher, c’est une bonne nouvelle. Donc effectivement, ce ne sont donc en général pas ces textes bibliques en eux-même qui sont menaçants, mais c’est plus l’interprétation de ces textes qui est problématique. A la lumière de ce qu’a révélé Jésus-Christ, cela ne devrait pas être possible. Cependant, l’usage de la menace est extrêmement efficace pour inciter les personnes à se soumettre, à pratiquer, et à donner des sous.

Les prophètes ne sont pas dupes de cela. Comme Jonas qui annonce qu' »après 40 jours la ville de Ninive sera détruite », cela peut se traduire aussi par « après 40 jours la ville de Ninive sera convertie » ce qui arrive effectivement, puis Dieu explique qu’il a compassion des êtres vivants dans Ninive. Ce n’est pas une menace d’une terrible punition de Dieu si nous ne filons pas droit, mais tout simplement l’avertissement que si nous vivons n’importe comment, nous engendrons du chaos, de la mort, de la souffrance. C’est de l’ordre de ce que dit Martin Luther King (parait-il) : « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des imbéciles. ». Ce n’est hélas que trop vrai.

Il est vrai que l’amour radical de Dieu est plus clair dans la vie de Jésus que dans certains textes de l’Ancien Testament. Il est possible que certains auteurs de l’Ancien Testament était encore influencé par des religions anciennes, des sagesses basées sur la rétribution, conception très (trop) humaines. Ce n’est que progressivement que l’humanité évolue. Les choses deviennent infiniment plus claires avec le Christ. A la lumière de Jésus : nous sommes amenés à comprendre ces textes parfois terribles en première lecture comme menaçant, comme je vous l’indique ci-dessus, comme annonçant l’amour de Dieu pour chacun de ses enfants et apportant un bon soin à chacun. Ensuite, les auteurs des textes de la Bible ont leurs limites, ils témoignent de leur foi sincère, de leur intelligence, mais aussi en fonction de leur mentalité et de leurs contexte et de leurs limitations qui parfois transparaissent. Ce n’est pas grave puisque nous avons en tête ce qu’a vécu Jésus-Christe et que cela nous donne une colonne vertébrale à notre interprétation.

Pourquoi je prie Dieu si c’est simplement la Source de la Vie ? Ça a quel sens de parler à l’infini ? A qqch qui n’est pas humain

Cette question est excellente. Effectivement il me semble essentiel de tenir les deux.

  • A la fois : le Dieu créateur de l’univers, infini, qui est radicalement d’un autre ordre que l’humain.
  • Et l’ami que l’on tutoie pour dire ce que l’on a sur le cœur, car on aune totale confiance en cet ami, qu’il peut tout entendre sans se moquer de nous, sans nous mépriser pour autant, sans nous aimer moins pour autant. Et qu’il fera tout ce qu’il peut pour nous aider sans se

C’est d’ailleurs un peu ce que propose Jésus quand il dit de prier en disant « Notre Père qui est aux cieux » :

  • Une confiance en Dieu comme le père qu’on aurait rêvé avoir, tutoyer, qui nous prépare pour nous faire son successeur dans son métier, son héritier,
  • Un tout tout proche, donc, mais qui est « aux cieux », donc dans un infiniment élevé qui nous est totalement inaccessible.

C’est vrai que Dieu n’est pas humain, il est autre qu’humain, et sa qualité particulière fait qu’il est infiniment proche de chacun. Il est la vie de notre vie. La vie de notre vie de demain. Mais il ne sert pas à grand chose d’essayer de se représenter, je pense qu’il est (en ce qui nous concerne) simplement à expérimenter, à chercher à tâtons à l’intérieur du meilleur de nous-même, derrière ce qui nous fait avancer, ce qui nous rend plus vivant et plus aimant.

Ce n’est pas Dieu qui a besoin qu’on lui raconte des choses, ni qu’on essaye de le convaincre, il sait déjà ce que nous voulons prier avant même qu’on le pense. Seulement c’est nous qui avons un grand bénéfice à faire le point devant lui, et à nous exprimer devant lui car alors il peux travailler plus facilement au fond de nous-même comme créateur.

Le bienfait de la prière n’est certainement pas imaginaire. C’est éprouvé depuis plus de cinquante mil ans. Cela libère la personne, l’aide à avancer, à s’élever. Ensuite, si une personne n’aime pas l’idée de prier Dieu : qu’elle ne prie pas, si elle n’en a pas envie. Mais une personne qui cherche à attaquer cette pratique bienfaisante en disant que c’est une illusion révèle un grand manque de respect de la part de cette personne. Il ne faut pas faire trop attention, manquer de respect sur une question aussi intime que la foi n’est pas honorable.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.