Le Christ déclare « pas un iota de la loi ne passera », d’un autre côté il transgresse le sabbat ?

Par : pasteur Marc Pernot

Statue de Christ à Cusco au Pérou - Photo by Zachary Olson on Unsplash

Christ accomplit la Loi par l’Esprit, en aimant, en étant libre, en nous libérant et en nous ouvrant à l’Esprit

Question d’un visiteur :

Bonjour
D’un côté le Christ déclare « pas un iota de la loi ne passera » et d’un autre côté il y a « on vous a dit » mais « moi je vous dis », sa position par rapport au sabbat, etc.
Comment faut-il le comprendre?

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

A mon avis, c’est que Jésus accomplit la Loi par l’Esprit de la Loi.

Jésus n’est pas contre la Shabbat, par exemple. Mais l’esprit du Shabbat est de servir l’humain afin de replacer très concrètement sa vie devant Dieu, lui faisant sentir que la personne n’est pas un outil de production, que sa dignité fondamentale est d’être connue, reconnue, aimée et bénie par Dieu, et ensuite de chercher avec lui quelle est notre vocation en ce monde.

L’institution du Shabbat est excellente, elle est tournée vers la vie. Seulement si l’application à la lettre du commandement empêche de faire preuve de compassion pour une personne, ce n’est pas respecter l’esprit de ce commandement qui est de faire vivre. L’application à la lettre fait mourir.

Il est ainsi possible de garder chaque lettre de la Loi comme principe général, ce qui importe ensuite c’est ce que l’on en fait concrètement, c’est l’interprétation de ce principe qui change, comment on va l’appliquer dans notre vie concrète. Cela demande de faire une interprétation de la parole biblique (ce que l’on appelle « la Loi » dans ce contexte), et de faire cette interprétation par l’Esprit. Ce « mais moi je vous dis » de Jésus cherche précisément à élaborer le sens de la Loi dans le contexte, et Jésus nous invite à marcher sur ses traces, à nous sentir libre de chercher dans les circonstances particulière de notre vie, à un moment donné, qu’est ce qui serait juste de faire. Pour cela, nous sommes invités à un effort d’interprétation, donc à la fois d’intelligence et de prière, d’appel à l’aide de Dieu pour voir clairement la situation, vue de haut, et le meilleur chemin possible pour nous à ce moment là. Parfois c’est seulement le moins mauvais chemin possible, tous les chemins qui s’offrent à nous ayant une part de bien et de mal.

Par exemple dans l’exemple que vous citez, quand Jésus transgresse le Shabbat pour faire preuve de compassion pour une personne en peine. Jésus est alors pris entre deux contraintes qui sont en concurrence : soit il obéit à la lettre de la Loi religieuse et il rejette plus ou moins la compassion vis à vis de cette personne souffrante, soit il transgresse la lettre de la Loi religieuse pour accomplir l’esprit de cette loi (qui est de faire vivre) en manifestant de la compassion pour cette personne. C’est cette seconde solution qu’il choisit. Même si au sens de la lettre de la Loi il comment un péché. Les intégristes enragent. Il n’obéit pas à la Bible, il transgresse un des commandements principaux, appartenant au « Top 10 » qu’est le décalogue ! Oui, il transgresse la lettre, afin d’accomplir l’esprit, d’incarner la Parole vivante de Dieu.
C’est à ce discernement que nous sommes appelés, chacune et chacun. C’est en vue de cela que l’Esprit de Dieu est donné à chaque personne en particulier, de sorte que chaque personne est appelée à être prophète ou prophétesse.
Pas facile, allez-vous me dire ? C’est vrai mais nous sommes sous la grâce de Dieu. Il nous comprend, il nous pardonne et il nous accompagne pour nous aider à améliorer notre trajectoire.

Certains iront taxer cette attitude de Jésus de relativisme ? Ce n’est absolument pas le cas, au contraire. Il remet simplement les choses en perspective. La Parole de Dieu est une Parole vivante, pas un livre, une lettre figée, coincée sur les pages d’un livre. C’est vrai que Jésus relativise la lettre de la Loi. Dans ce chapitre 5 de l’Evangile selon Matthieu que vous citez, il montre qu’il est impossible d’appliquer absolument la lettre de la Loi, que dans ce sens nous sommes tous meurtrier, adultère. Il montrer que la Loi est d’être parfait comme Dieu est parfait, que c’est comme une visée ultime. C’est normal, le mot même traduit ici par « Loi » est l’hébreu « Torah » qui signifie « visée », du verbe YRH au sens de lancer une flèche vers une cible. C’est tout le contraire d’une soumission à laquelle cela nous appelle, mais plutôt une inspiration, une visée vers un idéal ultime absolument inatteignable, et vers lequel nous regardons, comptant sur l’aide de Dieu pour nous donner de l’esprit et de la force pour avancer d’un pas dans cette belle direction.

D’ailleurs quand Jésus offre une parole qui pourrait ressembler comme un commandement, cette parole n’a pas non plus le statut de « Loi »,

  • par exemple quand il dit « soyez parfait comme votre Père céleste est parfait », ce n’est pas applicable comme loi, comment pourrais-je être parfait. C’est une visée, celle de regarder vers Dieu, son amour, sa créativité pour faire émerger la vie du chaos, sa puissance de bénédiction… pour s’en inspirer. C’est aussi une indication : il n’est possible d’avancer sur ce chemin par ses seuls efforts, mais en se laissant enfanter par Dieu comme son enfant.
  • autre exemple quand Jésus dit « ne résistez pas au méchant » : ce n’est pas imaginable d’appliquer cela à la lettre car alors il faudrait se laisser violer, tyranniser, dépouiller, tromper ? Mais cette parole est une piste nouvelle parfois la meilleure, quand la méchanceté ponctuelle d’une personne que l’on aime est lue avec justesse comme le signe qu’elle ne va pas bien et qu’il faut plutôt agir sur cette cause que sur le symptôme. Ce commandement de Jésus est ainsi un appel à se poser la question avent de réagir à l’instinct en écartant ou détruisant tout ce qui me fait du mal.

C’est ainsi que la Bible est tout à fait passionnante, quand elle est lue comme une source de questionnement, d’inspiration. Avec l’aide de Dieu.

Il vous bénit et vous accompagne

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Gérard Trautmann dit :

    Marc , quelle belle démonstration,j’aime bien ton explication, ne pas prendre la Loi telle qu’elle mais,´interpréter par l’esprit et la mettre en perspective .La Loi , avec ses plus de 600 commandements est impossible à respecter .Dans cette situation nous ne pouvons pas avancer , nous restons sous le coup du péché, nous restons le vieil homme sous la malédiction d’Adam . Jésus est venu accomplir la Loi et par son sacrifice sur La Croix , il nous délivre du carcan de cette Loi , sa résurrection fait de nous , si nous le suivons , un nouvel homme . En même temps , il nous rend la liberté, il nous permet avec le don de la Grâce et de l’Esprit Saint de choisir le bon chemin . Nous devons toujours être vigilants . J’aime bien quand Calvin dit que nous devons toujours être attentif dans notre vie , car le péché n’est jamais loin , il peut ressurgir à tout moment . Tu es toujours aussi brillant Marc , tu es une bénédiction , Dieu te garde . Amitiés Gérard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *