J’ai foi en Jésus, mais que faire des contradictions entre la science et la Bible ?

Par : pasteur Marc Pernot

Extrait de l'album "Le Lotus Bleu" des aventures de Tintin par Hergé

Question d’un visiteur :

Bonjour
Une question me taraude, vouloir suivre Jésus, le Christ, c’est notre foi.
Mais en face, il y a la science et surtout la théorie de l’évolution en fracture avec la bible.
Que répondre et argumenter ?
Bien à vous

Réponse d’un pasteur :

Bonjour monsieur

A mon avis, il n’y a rien dans la science qui pose une difficulté au croyant, bien au contraire. Car les sciences ne contredisent en rien la Bible, elles participent au contraire à notre compréhension du monde et de la vie, les sciences nous donnent aussi des outils qui nous font avancer dans l’interprétation de la Bible.

Les seules contradictions qui existent dans ce domaine avec la science, ce n’est pas une contradiction avec la Bible en elle-même mais une contradiction avec une interprétation très discutable de la Bible, interprétation enseignée par certaines églises qui refusent par principe l’évolution, certaines églises « évangéliques » (pas toutes). Dans les églises protestantes et catholique nous avons une autre façon de lire la Bible qui conduit au contraire à associer la science et la théologie, la Bible. A les accorder.

Je suis pasteur et avec une formation scientifique. Je me suis même intéressé à la foi grâce à la science ! Plus particulièrement avec cette découverte scientifique appelée : 2nd principe de la thermodynamique que j’ai découvert en classe préparatoire. Il nous apprend que le penchant naturel de la physique va vers un désordre croissant. Par ailleurs la science nous montre qu’il y a eu évolution, avec des atomes en vrac qui s’organisent pour donner ce que nous sommes, des corps capables de penser, de créer des œuvres d’art et d’aimer. L’un et l’autre ensemble font que j’ai pensé que l’hypothèse la plus rationnelle était l’existence de Dieu et non du seul hasard. Ce n’est pas une preuve, bien entendu, juste une question de possibilités plus ou moins grandes.

L’évolution est un fait scientifique certain, et cela ne contredit absolument pas la Bible. Il contredit seulement une certaine façon d’interpréter la Bible.

Par exemple, l’évangile témoigne que « Jésus est la lumière du monde », et que Dieu est au ciel. Ni l’un ni l’autre ne sont vrai au sens littéral, car même avec Jésus sans son cœur on a quand même besoin d’une lampe pour voir quand il fait nuit. Et quand le cosmonaute Youri Gagarine est allé pour le première fois dans l’espace et qu’il s’est moqué en disant qu’il n’a pas vu Dieu, cela ne nous a pas du tout gêné car nous avons toujours fait une lecture de ces textes au sens figuré. Bien entendu que Jésus est la lumière du monde, mais il n’est pas un champ de photons, il éclaire notre vie dans un autre sens. C’est la même chose pour le récit de la création dans le Genèse. C’est la même chose pour bien des récits comme Jésus qui marche sur les eaux, cela ne remet pas en cause la loi physique de la poussée d’Archimède, mais cela nous dit que par la foi il est possible de faire son chemin sans couler à pic dans les difficultés, dans le matérialisme ou dans l’égoïsme.

Donc, oui, nous sommes croyants, sans pour autant renier l’intelligence, la science, l’histoire, la philosophie. Et il y a une foule innombrable de scientifiques, de médecins, de professeurs, mais aussi des personnes au sens pratique développé comme des agriculteurs, des artisans… qui sont des chrétiens engagés.

Les connaissances et l’intelligence aident même à avancer dans une meilleure façon de lire la Bible. En effet, les découvertes archéologiques permettent de mieux connaître le contexte de rédaction de la Bible, le dialogue avec les sciences humaines est très intéressant. Les recherches en logique aident à perfectionner nos méthodes de recherche…

Alors, s’il existe des sectes où l’on explique aux gens qu’il faudrait cesser de réfléchir pour honorer Dieu… ce n’est pas pour respecter la Bible, mais c’est plutôt pour respecter la secte et ses chefs, que ça arrange bien d’avoir comme clients des personnes à qui on peut faire croire n’importe ainsi, et en particulier de donner un joli pourcentage de leur revenu à l’église.

Amitiés fraternelles

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *