un homme assis en tailleur dans un champ, lance de la poussière devant son visage dans deux directions - Photo de Aziz Acharki sur https://unsplash.com/fr/photos/homme-assis-sur-un-terrain-dherbe-brune-jouant-avec-de-la-fumee-PUvPZckRnOg
Développement

L’homme, en tant qu’individu, peut-il réellement et profondément changer ?

Par : pasteur Marc Pernot

un homme assis en tailleur dans un champ, lance de la poussière devant son visage dans deux directions - Photo de Aziz Acharki sur https://unsplash.com/fr/photos/homme-assis-sur-un-terrain-dherbe-brune-jouant-avec-de-la-fumee-PUvPZckRnOg

Question posée :

Bonjour
Je me tourne vers vous pour une question qui me semble simple par la forme, complexe par le fond: peut-on changer ? Je veux dire, l’homme, en tant qu’individu, peut-il réellement et profondément changer? Évidemment, avec l’âge et l’expérience de produit quelques évolutions et je reconnais dans ces mouvements une sorte de changement.

Mais concernant la personnalité de la personne, ses traits de caractère etc, peut-il y avoir un véritable changement au point de se libérer des chaînes personnelles ?
Exemples: un anxieux peut-il devenir non-anxieux. Un colérique peut-il réussir à se canaliser alors qu’il a toute sa vie explosé ?
Est-ce possible de changer sans réduire ce changement à un vernis posé sur soi ?
Je me le demande sincèrement.
Je crois qu’un choc, un traumatisme puisse être un déclencheur de changement, mais pr la volonté, ce changement est-il bien possible ou un idéal vain qui occupe nos vies ?

La foi, idéal suprême selon moi, peut-elle venir autrement que par la grâce ?
Des efforts répétés suffisent-ils à obtenir le graal ?

J’ai bien l’impression que la plupart des individus finissent par soit devenir une fausse version d’eux-même, soit se perdre totalement.
Je vois peu de gens resplendir totalement tout en étant différent après avoir été dans le noir durant leur vie.
Et encore, l’on ne sait pas ce qui est en chacun, dans son intimité.

Je m’excuse pour ce message sombre et pas très optimiste mais c’est encore une quête que j’espère salvatrice.
Mais cette quête n’est-elle pas elle-même une cause de ces problèmes ?
Merci à vous pour votre lecture.
Bonne journée.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Bravo pour cette belle réflexion.

Peut-on changer ?

En général, je dirais que :

  • Nous pouvons cheminer : c’est à dire à la fois rester nous-même tout en étant placé différemment.
  • Nous pouvons approfondir : rester nous-même mais avec plus de profondeur, avec une dimension supplémentaire qui nous permet d’enrichir notre façon d’être.
  • Nous pouvons apprendre, pour peu que nous y travaillons dans l’examen personnel et confions cela dans la prière, de sorte que nous restons nous-même mais avec un bagage d’expérience et d’intelligence de la vie dans lequel nous puiserons avec notre personnalité.
  • Nous pouvons avoir moins peur prendre conscience de notre propre valeur, cela change énormément la façon dont notre personnalité s’épanouira et s’exprimera.

Et pourtant, oui, nous restons nous-même avec un caractère, une personnalité, avec un moi profond. C’est ce fond que Dieu aime plus que tout et qu’aiment ceux qui nous aiment. Je pense.

Au fond de chacun, beaucoup de sincérité

Parmi les jeunes et les personnes âgées que je rencontre, je trouve énormément de sincérité. Personnellement je les trouve lumineux, chacun à sa façon, fait ce qu’il peut et c’est leur personnalité qui s’exprime, parfois de façon bien maladroite, ou qui est recroquevillée, ou éruptive, mais quand même. Il est difficile d’être soi-même, on est en définitive si seul. Nous le sommes vraiment. Cela aide infiniment d’avoir quelques personnes qui nous aiment, c’est rare, qui nous soutiennent.

La foi apporte une immense aide, et parmi les personnes âgées que je rencontre, nombreuses sont celles qui en témoignent. Mais vous avez raison, je pense, il est facile de se perdre dans la vie. Ce n’est pas tant les chocs laissant parfois des blessures profondes, c’est plutôt le manque d’intériorité qui me semble faire que des personnes stagnent, voire se perdent dans une course à la superficialité, voire s’enfoncent. Mais là encore, cela me semble plus appeler à la compassion qu’à un impitoyable « il l’a bien cherché ». Non. c’est plus compliqué que cela. Cela s’est parfois mal imbriqué, des bifurcations ont été mal négociées, des attachements ont été envahissants. C’est difficile à décrypter dans le fil d’une vie.

Des personnes extraordinaires

Mais je dirais que les personnes extraordinaires sont légion. Bien des personnes ne se vantent pas, et n’osent exposer ce qu’elles sont à l’intérieur. Or, elles sont d’une profondeur, d’une beauté, d’une humilité, un amour, une foi, une personnalité, une expérience de la vie. Et ce moi qui est leur trésor. Mon métier les laisse peut-être oser le montrer plus qu’à d’autres, car la pasteur passe (alors que tout est plus compliqué avec nos proches), le pasteur n’en profitera pas, il ne répète pas, il ne juge pas (normalement), lui parler se confond un peu avec le fait de prier, peut-être. Donc je peux témoigner que la plupart des personnes est infiniment mieux à l’intérieur d’elles mêmes qu’il parât. Mais à défaut de paroles, guetter le sourire venu subrepticement, le regard, l’attention ou la distraction, le geste timide qui est signe d’une grâce donnée. Et y discerner les petits signes de cette richesse, de cette lumière.

La foi est-elle une grâce ?

La possibilité d’avoir la foi est une grâce, certes. Par définition car Dieu est d’un tout autre ordre que ce monde, et nous serions bien entendu incapable d’y avoir accèes : penser aller sur la lune en sautant à pieds joints est de la rigolade à côté de cela. Et pourtant; l’humain est « capable de Dieu ». Cela fait partie de notre nature. Cela nous est donné et c’est une grâce.

Mais avoir la foi est un choix personnel. Ce n’est pas si difficile : creuser ce quelque chose qui est de l’ordre de notre intériorité, chercher la source de ce qui existe, du meilleur en nous-même. Commencer à prier ne serait-ce que dans le sentiment d’être seul avec soi-même.

Mais je reconnais que c’est plus facile à certaines personnes qu’à d’autres. Cela n’est pas une question de grâce, c’est une question de chance, de circonstances, de prédisposition naturelle à la mystique. Peut-être ?

Ensuite d’un tout petit petit début de foi, un peu de pratique personnelle permet de faire une foi qui grandit, qui s’approfondit et s’affine. Quelques instants un peu chaque jour sont déjà prometteur.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Partagez cet article sur :
  • Icone de facebook
  • Icone de twitter
  • Icone d'email

Articles récents de la même catégorie

Articles récents avec des étiquettes similaires

7 Commentaires

  1. Marie-Jeanne dit :

    J ai encore beaucoup de chemin à parcourir….loin d avoir atteint ce que je désire améliorer dans mon quotidien de chrétienne !
    Mais franchement OUI la foi nous aide à changer à nous transformer et c est par petits pas qu on y parvient. Dire un OUI à Jésus avec tout notre amour ne peut que nous guider vers de fructueux changements. Mais ce n est pas un coup de baguette magique mais un chemin qu il faut explorer chaque jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *