Un voisin très croyant me dit que je suis en péché mortel de vivre en couple non marié.

Un couple marche sur la sable (illustration) - by Michael Coghlan 
 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/ http://www.flickr.com/photos/89165847@N00/32591541961

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Voilà 12 ans que mon conjoint et moi vivons ensemble, nous avons failli nous séparer mais l’amour que nous éprouvons l’un à l’autre fut plus fort . Nous voulons nous marier mais financièrement c’est très dur. Peu à peu j’ ai retrouvé la foi, elle est même plus grande qu’avant.

Alors que nous avons eus deux enfants ensemble; maintenant je me remets en question sur ce que dieu attend vraiment de moi d’autant que mon conjoint est athée. Est-ce un péché mortel aux yeux de dieu de vivre ainsi ?

Un voisin très croyant nous a dis que nous ne devons plus vivre ainsi et que nous devons nous marier et demander la bénédiction à mes parents? Que c’est un péché mortel. Mais ma mère ne me parle pas et s’est montrée violente avec l’un de mes enfants alors qu’elle m’avait demandé pardon car petite elle ne m’a pas protégée contre la maltraitance de mon beau-père. D’après mon voisin très croyant je devrais appeler mes « parents « pour leurs demander leur bénédiction. Mais face à ça, je manque de foi et de courage, et je prie Dieu pour qu’il touche leur coeur et se repentent en demandant pardon.

Alors que pensez-vous de tout ça ? Est ce que ma vie maritale est un réel péché pour Dieu ? Et dois-je vraiment demander la bénédiction de mes parents pour me marier?

Réponse d’un pasteur :

Chère madame

Même si votre voisin est très croyant, et qu’il est plein de bonnes intentions pour votre vie, il ferait mieux de ne pas agir ainsi. Car ce n’est pas une façon correcte de vivre, on ne culpabilise pas les gens. On ne les juge pas car nous ne sommes pas Dieu et seul Dieu connaît les cœurs, connait les difficultés et les circonstances particulière de chaque vie. Le Christ lui-même n’agit pas comme un redresseur de torts.

Ce que je pense c’est que vous ne devriez pas écouter ce genre de mauvaises paroles. Que ça entre dans une oreille mais sans l’écouter. C’est avec Dieu directement que vous avez à traiter pour décider pour faire au mieux dans votre situation personnelle. C’est à lui que vous pouvez demander pardon et demander conseil, et le faire en ayant confiance dans son amour, son pardon, sa compréhension bienveillante.

De plus, ce que dit ce monsieur n’est pas fidèle à l’Evangile du Christ. Désolé pour ce monsieur « très croyant ».

  • D’abord parce que le Christ lui même parle de ce genre de « croyants » qui adorent se mettre à la place de Dieu ou du Christ pour faire la leçon aux gens. Jésus les interpelle durement en disant : « Ne jugez pas les autres… Comment oses-tu dire à ton frère: Laisse-moi ôter une paille de ton oeil, toi qui as une poutre dans le tien? Hypocrite, ôte d’abord la poutre qui est dans ton oeil, et alors tu verras plus clair pour ôter la paille de l’oeil de ton frère. » (Matthieu 7:1-5).
  • Ce « monsieur très croyant » a tort sur un second point : il n’y a pas un mot dans les 4 évangiles du Christ qui obligerait à demander la bénédiction de ses parents pour choisir son conjoint. C’est juste une habitude humaine dans certaines cultures. Le « Honore ton père et ta mère » de la Loi de Moïse est tout autre chose. L’amour vient de Dieu, votre amour est fort et vivant. Ce qui compte c’est que vous qui êtes croyante vous marchiez dans la vie quotidienne la main dans la main avec ce Dieu qui fait vivre. La preuve qu’il vaut mieux demander à Dieu sa bénédiction plutôt qu’à ses parents pour savoir qui épouser c’est que Dieu est toujours bon alors qu’il existe des parents maltraitants. Les enfants comme vous auraient ainsi subi de graves mauvaises choses dans leur enfance et ils seraient condamnés par ce « monsieur très croyant » à continuer à subir cette maltraitance jusque dans leur projet de famille ! Quelle folie.

Bravo pour votre cheminement de foi, et pour votre cheminement de vie. Ce n’est pas facile d’avoir vécu une enfance un peu dure. Mais vous avancez. N’allez pas vous remettre sous leur pression malsaine. Seulement, s’ils avaient besoin d’aide, aidez-les, si vous en avez la force, ou faites les aider si vous le pouvez. Dieu fait ce qu’il peut pour les toucher, mais ce qu’il leur faudrait c’est surtout des soins médicaux, probablement. Il arrive souvent que ce chemin de soin psychiatrique ne soit possible qu’après un dépôt de plainte et une condamnation par la justice des coupables, parce qu’avant cela ils ne saisissent pas bien que ce qu’ils ont fait est grave et révèle qu’ils sont malades. En tout cas vous n’avez absolument pas à vous sentir culpabilisée de ne pas avoir de relations avec des personnes qui vous ont fait souffrir aussi gravement, surtout dans votre enfance quand on est le plus faible, et ont poursuivi en faisant souffrir votre enfant. Chacun fait selon ses forces et vous avez déjà énormément subi comme cela. Vous n’avez pas à vous sentir non plus coupable de ne pas arriver à leur pardonner ce qu’ils ont fait. Il y a des actes qu’on ne peut accepter, qu’on ne peut minimiser. Mais ce que l’on peut espérer c’est que vos blessures cicatrisent et deviennent moins douloureuses. C’est cela, le pardon. Et que vous ne leur vouliez pas de mal.

Pour ce qui est du mariage, par contre, je ne vois pas très bien en quoi la question de l’argent compterait tellement que cela. Je suis d’accord que c’est sympa de faire une cérémonie de mariage somptueuse. Mais j’en ai connues qui ne coûtaient pas un sou et qui étaient géniales. C’est le fond qui compte, le cœur, l’engagement des époux et celui de ceux que vous aimez qui en venant affirment vous soutenir. Aucune église chrétienne ne refusera d’organiser avec vous une cérémonie en l’offrant à une famille pas trop riche, je pense. Et elle vous prêtera même une salle. Ensuite pour le temps de fête, si chaque invité vient avec une boisson et quelque chose de bon à partager, il y aura à peu près trois fois trop, et il en restera après à donner aux pauvres.

Mais Dieu regarde au cœur, et donc, le fait que dans votre cœur à tous les deux vous vous soyez engagés vis à vis de l’autre, cela fait que vous êtes déjà comme un peu mariés aux yeux de Dieu.

Amitiés fraternelles

Dieu vous bénit, vous et votre famille

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *