01 août 2023

extrait de Jan Brueghel et Pierre Paul Rubens. La chute de l’homme (v. 1615) - Cabinet Royal de Peintures Mauritshuis, La Haye
Question

J’ai des questions sur le Jardin d’Éden, et l’histoire racontée dans la Genèse. Dieu, qui est omniscient, sait-il ce qu’il va se passer ?

Jan Brueghel et Pierre Paul Rubens. La chute de l’homme (v. 1615) - Cabinet Royal de Peintures Mauritshuis, La Haye

Jan Brueghel et Pierre Paul Rubens. La chute de l’homme (v. 1615)

Question posée :

Bonjour Marc,

J’ai des questions sur le Jardin d’Éden, et l’histoire racontée dans la Genèse.

– Dieu, qui est omniscient, sait-il ce qu’il va se passer ?
– Qui a mis le serpent dans le jardin ? Pourquoi lui a-t-il donné la parole ?
– Pourquoi avoir planté l’arbre de la connaissance dans le jardin ?
– Avant d’avoir mangé le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, comment Adam et Ève pouvaient-ils savoir que désobéir à un ordre, c’est mal ?
– Pourquoi Dieu est-il si rancunier ? Adam et Ève font une faute, et c’est toute l’humanité qui est condamnée à souffrir pour l’éternité.

Merci pour votre éclairage

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Bravo pour votre recherche de sens en lisant la Bible

De quoi parle la Genèse, avec Adam et Eve en Eden ?

Cet épisode du jardin d’Eden ne parle pas d’un épisode historique faisant discuter monsieur Adam, madame Eve, le serpent qui parle et Dieu qui fait sa petite promenade vespérale. Ce récit n’est donc pas daté dans le passé. Il est de tous les présents humains de toute génération. Cela ne parle pas d’un hypothétique péché originel (c’est une invention de Saint Augustin au IVe siècle). Cela parle plus précisément du péché fondamental, le péché ordinaire quotidien de vouloir en faire qu’à notre tête, mené par le bout du nez par notre désir de l’instant.

En effet : « Adam » passe ici pour un nom propre mais ce mot est un nom commun signifiant simplement « un humain ». c’est comme cela que c’est traduit dans la Bible par exemple en Genèse 5 : « Voici le livre de la généalogie d’Adam. Le jour où Dieu créa les humains, il les fit à la ressemblance de Dieu. Homme et femme il les créa, il les bénit et les appela du nom d’« humains » — Adam — le jour où ils furent créés » C’est un peu trompeur comme traduction puisque le même mot « adam » en hébreu (humain) est rendu de façons différentes dans dans la même phrase ! La première fois le mot « adam » est laissé comme si c’était un nom propre, et ensuite, la traduction est bien obligée de traduire « adam » par « humain » puis que la femme comme l’jhomme reçoit le nom d’adam », « humain ». De même en Genèse 1:27 dans cette fameuse phrase « Ge 1:27 « Dieu créa l’humain (adam) à son image, il le créa à l’image de Dieu, mâle et femelle il les créa ». ici encore « adam » en hébreu, c’est tout homme et toute femme, tout humain.

Dans le  récit de Genèse 3 qui se passe dans le jardin d’Eden, on pourrait dire que cet Adam c’est donc chacun de nous, c’est la personne humaine en générale, vous et moi. Le mot « Eve » signifie « la vie » en hébreu, ce qui nous anime, des théologiens des premiers siècles y voient la partie sensible de l’humain, et en ce qui concerne le serpent il figure notre tentation, notre orgueil.

Dieu, qui est omniscient, sait-il ce qu’il va se passer ?

La Bible ne présente pas Dieu comme connaissant tout ce qui va se passer par avance. Et ce récit, effectivement, montre Dieu comme venant voir comment cela tourne, et devoir réagir ensuite. Les épisodes suivants montrent Dieu bien déçu, en particulier en Genèse 6 « L’Eternel vit que la méchanceté des humains (adam) était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. L’Eternel se repentit d’avoir fait l’humain (adam) sur la terre, et il fut affligé en son cœur. » (Genèse 6:5-6).
Mais c’est clair que quand on fait un enfant et qu’on ne l’enchaîne pas avec une chaîne, il arrive à l’enfant de faire quelques bêtises. Après tout la faute décrite n’ets pas surprenante, elle est de l’ordre du comportement de bien des jeunes en crise d’adolescence.
Donc Dieu ne savait pas ce qui allait se passer en créant une créature avec un grand degré de liberté, mais il devait certainement s’y préparer.

Qui a mis le serpent dans le jardin ? Pourquoi lui a-t-il donné la parole ?

De même, le don à l’humain de la créativité et de la liberté, la bénédiction de Dieu et sa vocation à agir d’une belle façon dans le monde… tout cela est magnifique et laisse place à ce que l’humain soit tenté de faire n’importe quoi, juste pour voir, ou pour en profiter. C’est cette voix de la tentation en nous, qui, effectivement est complètement au ras des pâquerettes (comme l’est le serpent) qui effectivement est très convainquant dans notre conscience.

Pourquoi avoir planté l’arbre de la connaissance dans le jardin ?

Dans ce récit de la Genèse, la question se pose de savoir s’il y a un seul ou deux arbres au centre du jardin ? Ce n’est pas clair : il y a l’arbre de vie et il y a l’arbre de la connaissance qui tout deux sont au centre du jardin. Cela pose la question de savoir ce que nous, nous mettons au centre de notre existence : Dieu, l’amour, le bien et la justice ? ou  est-ce que nous mettons au centre de notre espérance et de nos décisions : le désir de tout ramener à soi-même, de faire ce qui nous passe par la tête à l’instant sans prendre un pas de recul pour y penser ? Le même centre de notre existence peut se voir occupé par l’arbre de vie et l’arbre source de peines si on le choisit.

Avant d’avoir mangé le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, comment Adam et Ève pouvaient-ils savoir que désobéir à un ordre, c’est mal ?

Parce que Dieu leur avait dit que c’était interdit. Découvrir que tout n’est pas également bon, apprendre que nous pouvons nous poser des limites, appartient à une bonne éducation de soi-même, principalement, et les parents, l’école participent à apprendre cela aux enfants.

Pourquoi Dieu est-il si rancunier ? Adam et Ève font une faute, et c’est toute l’humanité qui est condamnée à souffrir.

Dieu n’est pas rancunier. Seulement, quand Dieu nous conseille, c’est parce que faire le bien est source de bien, et que faire le mal est source de souffrance, de dégradation, de divisions, de chaos. Ce n’est pas une punition mais une conséquence.
Ce n’est pas l’humanité qui est condamnée pour l’éternité. Effectivement s’il était question de monsieur Adam et madame Eve nos lointains aïeux qui auraient pourri l’humanité sans que Dieu n’y fasse rien dès la 2e et 3e génération… alors oui, ce serait choquant. Mais là, il s’agit de nous (Adam + Eve + serpent) qui choisissons de nous prendre nous-même comme dieu, et c’est vrai que cette folie est source de souffrance pour nous-même et pour le monde autour de nous, et pour nos enfants. Mais Dieu y travaille, il y travaille par son pardon et par ses soins pour nous permettre de nous relever, et que les victimes soient soignées.

Bonne lecture de la Bible.

Mais si vous n’avez pas encore lu les évangiles, je vous conseille d’aller les lire, au moins deux, par exemple Matthieu et Jean. C’est de là, de ce que le Christ nous a montré et de Dieu et de l’humain, que l’on peut ensuite mieux interpréter l’ancien testament.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Partagez cet article sur :
  • Icone de facebook
  • Icone de twitter
  • Icone d'email

Articles récents de la même catégorie

Articles récents avec des étiquettes similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *