Pensez-vous que Dieu puisse pardonner aux pédophiles ?

illustration : détresse - Image: 'distress' by Abhijit Bhaduri https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/ http://www.flickr.com/photos/53272102@N06/8296554782

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Les scandales d’enfants abusés dans l’église catholique inspirent ma question…à leur corps défendant, un nombre important de prêtres âgés voient leurs turpitudes passées étalées publiquement ..on peut même imaginer que certains sont passés entre les gouttes… circonstance aggravante : ce sont des serviteurs de Dieu…
pensez vous que Dieu puisse leur pardonner ? peuvent-ils trouver le repos avec une conscience qui
les torture chaque jours ?
merci Monsieur le Pasteur !

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir Monsieur

Je suis bien du même avis que vous. Il est difficile de faire pire comme horreur. Faire du mal à une personne dans son enfance, c’est marquer toute une vie. Faire du mal à un enfant sans défense, et en plus d’une façon qu’il se sente lui-même coupable alors qu’il (ou elle) est la victime, et donc gardant le silence. Faire ce mal en connaissance de cause, certainement, et en s’en fichant royalement, en y trouvant même un plaisir supplémentaire. Faire ce mal alors que l’on se montre comme porteur de l’Evangile du Christ, c’est tordre quelque chose d’immense, et couper de cette source de vie une multitude de personnes.

Le prêtre ou le pasteur coupable de cela a fait un dégât immense. Les responsables de l’institution qui n’ont pas pris les mesures de protection pour d’éventuelles futures victimes sont peut-être à mes yeux encore plus coupables. Même si c’est avec un grand cœur pour la personne qu’ils ont devant les yeux, en pensant vivre le pardon et la confiance vis à vis de cette personne, c’est l’inverse qui est fait : c’est enfoncer des victimes passées et accepter de faire prendre des risques terribles à d’autres enfants. Pourquoi ces responsables prennent-ils ce risque ? Ce n’est pas un bon calcul pour l’institution, car dans ce domaine les récidives ne sont pas si rares et le scandale extrêmement coûteux pour l’église concernée et pour l’Evangile en général. Et ce n’est pas comme cela que l’on vit du pardon, ce n’est pas comme cela que l’on vit la confiance. Au contraire, ces idéaux fondamentaux sont tordus, salis, bafoués.

Quel serait donc le pardon dans ce cas ? ne pas confondre totalement la personne et ce qu’elle a fait. Commettre une agression sexuelle sur un enfant est un acte monstrueux. Prendre le risque (pour d’autres enfants) de mettre une personne ayant commis une agression sexuelle sur un enfant d’être encore en contact avec des enfants est monstrueux. Mais ces personnes coupables de ces actes monstrueux ne sont pas pour autant des monstres. Ce sont des personnes ayant commis des actes monstrueux. Ce n’est pas excuser ces actes de considérer ces acteurs comme des personnes malades. Gravement malades d’une épouvantable maladie. Cela ne les déresponsabilise pas non plus, car ces personnes auraient tout à fait, en général, savoir qu’elles sont malades et donc se faire soigner, avant de passer à l’actes, mais encore plus après, en connaissance de cause. En sachant avoir été capable de cela, et donc ne pouvant ignorer présenter des risques.

C’est difficile à dire, cela m’arrache la bouche et les touches du clavier me piquent les doigts, mais je pense que Dieu continue néanmoins à les considérer comme ses enfants, et à les aimer, ces personnes ayant commis des actes monstrueux. Cela ne veut pas dire, là encore, que Dieu pardonne ce qu’ils ont fait car ces actes ont monstrueux et ne peuvent être excusés d’aucune sorte. Dieu veut arracher cette maladie qui infecte ces hommes (car ce sont en général des hommes, les pédophiles et les responsables de l’institution qui ont exposé d’autres enfants à ce risque terrible). Que fait Dieu ? Je pense qu’il continue à agir pour qu’ils prennent conscience de ce qu’ils ont fait, et restaurer en eux les bases de l’humanité qu’il espère pour chaque personne. En ce monde, c’est certainement pas facile, et sans la personne elle-même, c’est impossible, même pour Dieu. Mais son espérance est d’une patience infinie, ou d’une tenace opiniâtreté. Ce qui n’a pas pu être fait pour extraire cette monstruosité de leur vivant en ce monde sera fait dans la suite de la vie après la mort. Je pense qu’alors, face à ce Dieu qu’ils ont défié tout au long de leur vie, ils verront, ils comprendront. Alors « ils connaîtront comme sils ont été connus » nous dit l’apôtre Paul (1 Corinthiens 13:12), et rien ne sera plus pareil. Je ne sais pas si l’on peut alors appeler cela du repos ? C’est autre chose. En tout cas cela changera tout. Et de la personne capable d’un tel acte monstrueux restera la personne tout court.

Pour ce qui est du repos, je pense qu’il serait meilleur pour tout le monde que ces personnes ayant commis de tels actes puissent prendre la mesure de ce qui a été fait alors qu’elles sont encore en ce monde, et prennent aussi conscience de ce qui pourrait être fait pour améliorer la vie des personnes qui ont été blessées. Quoi qu’il en coûte à la personne coupable, le prix en vaut la peine. Même pour ses proches qui peut-être ne savent pas, car un tel secret est de toute façon un poison attaquant les racines profondes des générations futures. Et cela peut vraiment être un secours extrêmement précieux pour les personnes blessées. Une demande de pardon. Un engagement à ne plus côtoyer d’enfants, une volonté d’agir auprès d’autres personnes malades de la même maladie pour les convaincre de se faire soigner, une volonté d’agir auprès des institutions pour expliquer ce qu’elles font en réalité alors qu’elles prétendent bien faire… Alors oui, le chemin du pardon en ces personnes pourra progressivement se faire. Je pense.

Pour ce qui est du repos, je pense aussi, bien entendu, aux victimes, à leurs proches et à leurs familles. Souvent alors que l’indifférence et l’impunité des coupables continuent de les torturer sans cesse. Je sais que ce sont ces personnes que Dieu cherche d’abord à soulager, soigner, pacifier. Avant tout, et de toute la puissance de vie dont il est capable. C’est comme une source profonde qui permet d’irriguer une paix, une confiance, une espérance, il irrigue comme un agriculteur irrigue un arbre qu’il vient de planter. Avec amour, avec patience, avec confiance.

Bien amicalement.

pasteur Marc Pernot, église protestante de Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Ronaldo dit :

    Oui, Dieu pardonne tout et tous. Dieu n’a pas le coeur d’un homme. Il n’a pas la vision d’un être humain. Il est la bonté suprême.

  2. Nicolas dit :

    Donc si je comprends le raisonnement de dieu une personne qui dit qu’elle croit en dieu peut faire le mal à un jeune étudiant le priver de sa carrière en utilisant ces connaissances dans le domaine. L’étudiant se retrouve alors avec une mauvaise réputation perd sa carrière n’a plus d’argent pour nourrir sa famille de 3 enfants. Finalement, même si une personne détruit un autre être humain en ce cachant derrière dieu elle sera pardonnée et n’aura rien à craindre. tandis que l’étudiant finit par perdre tout dans sa vie et pense au suicide car qu’importe tout se qu’il fait pour nourrir sa Famille c’est s’endetter. Toutes ma vie j’ai cru en dieu et après cette épreuve j’ai de sérieux doute sur son existence, il s’est bien foutu de moi toutes mes efforts pour suivre son chemin m’ont apporté que malheur et désespoir. Maintenant, si vraiment il existe j’ai le ressentiments de le frapper pour tout le mal qui accepte de laisser passer. Dire que Satan ou ange déchu avec un nom bizarre fait son possible pour nous faire croire qu’il existe pas, il n’a pas vraiment besoin de ce donner tout cet effort, dieu lui-même regarde le mal se produire de tous les côtés sans réagir c’est carrément de l’aveuglement volontaire. Il me fait une vie de merde sur terre et il penserait que j’arrive devant en lui disant merci. À mon avis, il faut être odieux et déficient pour avoir une pensée aussi déconnecté. Avec l’espoir que ce trou de cul surpuissant se réveille de sa tite criss de bulle Space
    Et rétablisse l’ordre dans sa création car son jardin d’éden était sur terre à priori c’est pas normal qu’il y est tant de souffrance

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour
      Ce n’est pas du tout ce que je dis dans la réponse à l’article.
      C’est d’un tout autre pardon que je parle. Ce n’est pas un pardon qui soit une amnistie et qui consiste à faire comme si rien ne s’était passé. Au contraire.
      C’est vrai que Dieu n’a pas de moyen absolu d’empêcher une personne de commettre un crime. Cela ne veut pas dire qu’elle n’essaye pas, cela ne veut pas dire qu’il n’agit pas. Au contraire, Dieu ne supporte pas le mal, et il agit. Mais cela veut dire que Dieu n’a pas le pouvoir totale sur les êtres à court terme. C’est décevant dans un sens, dans un autre sens c’est bien, je pense car qui voudrait de parents tout puissants qui ont le contrôle total sur les faits et gestes de ses enfants ? En tout cas, décevant scandaleux, beau et bien… c’est comme cela. Et face à cela, on a le droit de se révolter contre Dieu, on a le droit aussi, on peut s’ouvrir à cette puissance qui nous rend meilleur qu’hier. Ce souffle qui indique un meilleur chemin. Qui nous aide aussi à soigner ce qui est blessé en nous, en particulier par ce qui a été blessé par des personnes qui font du mal.

    • Yo dit :

      Vous dites il me fait une vie de merde vous avez une femme et 3 enfants, vous l’insulter et en plus vous voulez le diriger, avez vous lu sa parole, vous voulez qu’il vous donne quoi de l’argent vous vous voulez être multimillionnaire vous voulez le remplacer, pour ma part vous avez pas lu, voir très mal compris sa parole, vous avez du mal à nourrir vos enfants et pourquoi ? Pour vous c’est de sa faute, pour ma part j’ai perdu ma fille j’ai jamais vu ma fille en vrai, plus de travail en plein divorce, ma santé est mauvaise, dans sa parole il a souffert pour nous mais non apparemment il a pas assez souffert et il doit souffrir encore plus, il continue dans ce monde il aime pas la souffrance et c’est nous qui fessons souffrir les gens avec nos propos et vous il vous a permis d’avoir 3 enfants et une femme par vos paroles vous me dégoûtez, oui, vous aimez pas cette vie, mes parents ont eu aussi du mal à nous nourrir chômage, maladie et travail et pourtant je suis pas d’accord avec vous car avec DIEU j’ai changé j’ai appris ce qu’il étais je vis mieux j’ai accepté les conditions de ma vie, croyez vous que vous êtes le roi de ce monde ? Vous souffrez ok vous voulez montrer de la haine contre lui, car vous réussissez pas, réfléchissez pourquoi vous réussissez pas au lieu d’insulter ?
      Merci.

      • Marc Pernot dit :

        Bonjour

        J’ai hésité à laisser votre message, car cela ne se fait pas de dire à quelqu’un « vous me dégoûtez ». Ce n’est pas correct.

        Vous ne savez rien des difficultés que connaît cette personne, et vous ne pouvez les connaître puisque vous n’êtes pas dans ses chaussures. Et le fait que des personnes connaissent des difficultés autres n’enlève rien à notre propre souffrance, ni au besoin de partager cette souffrance, quand elle déborde. Nous ne sommes pas dans un concours à celui qui aura le plus de problèmes et qui gagnera le droit de partager sa peine avec les autres et avec Dieu.

        Qu’est-ce que ça vous coûterait d’encourager cette personne au lieu de l’insulter ? Vous qui avez connu des difficultés vous pourriez transformer ce malheur en empathie pour votre prochain, en compréhension de ses difficultés. Je pense qu’il est encore temps de travailler là dessus, avec l’aide de Dieu qui, lui, effectivement aime, et cherche à consoler chacun de ses enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *