Le christianisme de son temps a-t-il pris naissance avec Paul l’Apôtre ?

Par : pasteur Marc Pernot

L'apôtre Paul, peinture de Rembrandt - Kunsthistorisches Museum

Question d’un visiteur :

Bonjour ! J’espère que vous allez bien. Je me tourne vers vous afin d’avoir l’avis d’un Pasteur sur la question. Je trouve que vous avez une pensée particulièrement moderne et vous êtes l’une des rares personnes avec qui je partage les mêmes idées et la même vision de la religion.
Je suis en ce moment entrain de lire un livre sur les manuscrits de Qumrân. Cela est passionnant et très enrichissant pour ma foi ( chrétienne libérale). Dans ce livre, on évoque toutes les pistes possibles quant aux origines de la Bible Hébraïque. Et il y a eu l’évocation d’un érudit du 10ème siècle: Jacob Qirqisani. J’ai souhaité me renseigner sur cette personne ( qui est un Juif qaraïte). Ce qui m’a interpellé c’est le fait qu’il a une vision du christianisme bien particulière: 

« Qirqisani inclut le christianisme parmi les sectes juives. Dans le troisième traité (ch. xvi.) il dit que « la religion des chrétiens, telle qu’elle est pratiquée actuellement, n’a rien en commun avec les enseignements de Jésus. » Selon Qirqisani, le christianisme de son temps a pris naissance avec Paul l’Apôtre, qui a attribué la divinité à Jésus et l’inspiration prophétique à lui-même. C’est Paul qui a nié la nécessité d’exécuter les 613 commandements et a enseigné que la religion consistait en humilité; et le Premier Concile de Nicée a adopté des préceptes qui n’existent pas dans la Loi, les Évangiles ou les Actes des Apôtres. »

Il s’agit d’une ébauche de Wikipedia. En effet, je suis d’accord sur le fait que la religion chrétienne s’est transformée avec le temps, de plus je considère Jésus plus comme un « philosophe » et un Frère que comme Dieu. Mais ma question est la suivante: Paul est souvent remis en question quant au fait que ce soit le « concepteur » de la religion catholique, qu’en pensez-vous ? Ce genre d’avis n’affaiblit pas ma foi au contraire, je trouve enrichissant de connaître des avis divers. Je pense que Jacob Qirqisani est très certainement une personne attachée à sa religion et à ses valeurs. Surtout que la Bible Hébraïque contrairement à ce qu’il pense n’est pas la Parole Divine mais principalement une œuvre inspirée de Dieu, et que Jésus a apporté un message qui nous a permis une nouvelle vision de la religion, alors que l’on le considère comme Messi, prophète, frère n’a que peu d’importance.

J’espère avoir votre avis sur la question !

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Vous avez raison de creuser de cette sorte les origines et l’environnement des milieux où ont été composés la Bible.Dans ce domaine, les écrits de Thomas Roemer et les vidéos de ses cours au Collège de France sont assez riches aussi.

Cela dit, une fois un petit peu débroussaillé la question, et en avoir enrichi sa façon de lire la Bible par soi-même, cela n’apporte pas tellement plus pour ce qui est de notre sens et de notre foi, l’essentiel est alors de travailler cette recherche de sens, plus que de travailler sur nos connaissances. A mon avis.

Il est tout à fait exact que Jésus était simplement juif, il n’a même pas fondé une secte juive, il appartenant au judaïsme de la synagogue, avec une façon libérale de vivre son judaïsme, avec une ouverture, à mon avis, sur la philosophie grecque. C’était une façon pas exceptionnelle de vivre son judaïsme à l’époque, surtout en Galilée qui présentait un brassage de population assez important, mais qui existait aussi à Jérusalem.

Il est vrai que Paul a apporté quelque chose d’important dans la rationalisation de ce que Jésus a apporté, et dans la conviction qu’il était le Christ. Paul a utilisé sa double formation en philosophie grecque (formation assez limitée) et en sciences talmudiques (formation plus poussée).
Mais il n’est pas seul, il y a eu aussi, je pense indépendamment, la rédaction des 4 évangiles, formidable travail d’élaboration qui a pris des dizaines d’années, avec des prises de notes de paroles de Jésus de son vivant et juste après, puis des rédactions en plusieurs couches.
Il y avait à l’époque, très librement, différentes sensibilités et courants dans le christianisme naissant, ou plutôt dans les christianismes naissants. Et cette question de la venue ou non de la fin du monde : si Jésus était bien le messie, comme ils le pensaient, pourquoi le monde continue-t-il à tourner comme avant ? Qu’est alors cette période messianique ? Cette question va devenir plus vive devant la disparition de la première génération de témoins directs de Jésus.

Ensuite, c’est l’histoire qui a travaillé, je pense, plus que telle ou telle personne. La révolte juive, la défaite, la reprise en main par les Romains, la destruction du temple, la reprise en main du judaïsme par lui-même l’amenant à chasser des synagogues les juifs pensant que Jésus était le Christ. Cette rupture va, il me semble, précipiter la disparition, progressive, du courant des chrétiens suivant la loi juive, devenant par ailleurs de plus en plus minoritaires devant la masse des chrétiens d’origine païenne et n’ayant pas souhaité être circoncis (je comprends), ni suivre ces lois alimentaires coupant le chrétien de sa famille et de ses amis…

Donc, non, je ne pense pas que Paul ait inventé le christianisme. Il n’est qu’un des ouvriers parmi bien d’autres.

Et il est normal, prévu par Jésus, je pense, que nous nous saisissions de notre propre façon de vivre notre foi et d’en témoigner. Sinon Jésus aurait écrit un catéchisme, bâti un mouvement, avec des règles, une structure comme les Esséniens l’ont fait à Qumran. Jésus en aurait eu les moyens intellectuels et humains. Il ne l’a pas fait, c’est une choix délibéré. Et il a confié la suite à ses disciples. Car la religion est et doit rester contingente, et donc fluide, personnelle, en majeure partie intime et intérieure.

Cela nous responsabilise pour aujourd’hui encore. Et cela nous libère.

Dieu vous bénit et vous accompagne

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

PS. J »ai un petit peu travaillé sur ces questions pour les conférences « héros bibliques » que j’ai données à Genève à l’automne dernier et que vous trouverez ici voir en particulier Jésus et Paul.

 

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *