« Quatre hommes vont vers Jésus, ils lui amènent un paralytique en le portant sur un brancard. » (Marc 2:3)

un enfant émerveillé lors d'une lecture - Image par saralcassidy de Pixabay➔ L’homme sera sauvé. C’est par la puissance d’un petit groupe de personnes qui font équipe. C’est par la puissance du cœur, de l’intelligence et de la solidarité. En effet, ni l’homme porté, ni aucun des porteurs seuls, ni même Jésus seul n’auraient pu faire avancer la situation sans constituer cette équipe. Chacun aurait pu baisser les bras. Mais…

  • L’homme paralysé va se laisser porter puis interpeler. Ce n’est pas le plus facile d’avoir le courage d’être porté par d’autres, nous pensons que cela blesse notre dignité ? au contraire : étant porté, il est porté comme un roi : il est porté par l’amitié.
  • Les quatre porteurs vont prendre souci d’un autre plus faible sans le mépriser. Se soucier d’un autre c’est ce que l’Évangile appelle aimer (agapao en grec). Ils n’ont peut-être même pas d’amitié pour cet homme, ce n’est même pas la question.
  • Les quatre porteurs vont aussi de reconnaître qu’il y a plus puissant qu’eux-mêmes, une puissance d’un autre ordre, divine, pour compléter ce quie, eux, sont en mesured e faire concrètement. C’est la prière, la prière et la foi s’ajoutant à nos petits et grands gestes humains.
  • Les quatre porteurs mettent en œuvre effectivement leur intelligence et keurs efforts humains : nul ne pouvant porter seul l’homme jusqu’à Jésus, ils forment une équipe, ils montent une stratégie novatrice, et ils font appel à diverses techniques pour arriver à porter l’homme jusqu’à Jésus.
  • Le mérite de Jésus est de se laisser distraire de son objectif si essentiel de prédicateur de l’amour de Dieu. Il a peu de temps devant lui, occupé à une mission capitale, et voilà que des petits malins se faufilent, que va-t-il faire ? Il appelle « foi » leur démarche et en fait une prédication pour la foule, montrant que si quelques hommes sont capables de cela, à plus forte raison Dieu est capable de nous porter à la vie, sans condition de mérite ou de foi de notre part.

➔ Cette histoire montre l’immense pouvoir du souci de l’autre, et de prendre le risque de ne pas nous occuper seulement de nos petites affaires, de faire équipe avec les humains et avec Dieu pour tenter une action positive improbable. C’est ainsi que, même nous, participons à sauver le monde. La croix rouge a commencé comme cela, simplement avec Gustave, Henry, Louis, Théodore et Guillaume-Henri).

par : pasteur Marc Pernot

Vous pouvez partager en commentaire ce que ce verset vous dit, à vous, aujourd’hui…

Aller vers la liste des simples versets médités

Print Friendly, PDF & Email

Marc Pernot

bio de Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.