Mon voisin ne veut pas s’intéresser à Dieu à causes de ce qu’il a entendu sur ce qui est dans la Bible

une personne tient sa Bible travaillée avec des couleurs pour souligner des versets - Photo by Hannah Busing on UnsplashPar : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur,
Et merci beaucoup pour vos réponses , qui me paraissent bien cohérentes , évolutives pour une vie chrétienne.
Aujourd’hui dimanche, la première lecture fait état du passage de Dieu qui demande à Abraham d aller immoler son fils unique Isaac.
Évidemment , comme le dit une theologienne sur le sens des écritures à ne pas lire de façon païenne. Combien de passages sont du même ordre. Le passage du pauvre job, le passage de la Mer rouge, et certains religieux , certains mouvements chrétiens , nous disent que tout est vrai. Comprenez bien que ç est la parole de Dieu. Rien n’est à changer puisque Jésus a dit entre autres que pas un iota de la loi ne doit disparaitre, sous entendu, la bible est sacrée et reflète la parole de Dieu. Pas étonnant, que mon voisin ne soit pas porté à croire. Lors d une discussion il dénonçait tout ça, y compris si on te frappe sur la joue gauche , tends la joue droite. Tous ces mots employés n ont eu d effet que puisque c’est incompréhensible, ça détourne de l’envie de connaître Dieu.
Mon autre voisine, bien abusée financièrement par son ex mari , me disait qu elle avait appris que Dieu est tout puissant. C’est ce qu on lui a appris dans son enfance.
Je pense que la communion avec Dieu doit dépasser le décryptage de certaines phrases dans la Bible. Certaines personnes ne lisent pas souvent la Bible, mais vont rencontrer Dieu avec la nature, ou par la générosité, les échanges humains, la création artistique, le plaisir de donner son temps aux nécessiteux, etc…
Là où l on prend du bien être à donner de l amour envers son prochain, alors il faut continuer en cette voie.
Que Dieu vous bénisse.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Effectivement, lire la Bible de façon stupide n’est pas bon. C’est mauvais contre la Bible et contre la foi en général.

Ces textes de la Bible sont « vrais » au sens où ils parlent sincèrement de leur expérience de foi. Cela ne veut pas dire que tout serait « vrai » au sens matériel du terme. Par exemple quand on dit que Jésus est la lumière du monde, il n’est pas un champ de photons. C’est donc faux au sens matériel, c’est vrai au sens spirituel, cette affirmation fausse physiquement est bien vraie comme témoignage d’une expérience spirituelle majeure. Il en est de même pour bien des passages de la Bible. A chacun de voir s’il pense lire tel passage au sens spirituel seulement, ou au sens matériel et spirituel. Par exemple Jésus qui marche sur l’eau me semble être à lire au sens spirituel seulement, et que cela n’a pas de sens de s’imaginer que Jésus aurait matériellement flotté en surface d’eau profonde, et cela ne me semble pas possible de suivre Jésus sur ce terrain là en espérant que par la foi nous pouvons le faire matériellement aussi.

Ensuite, pour ce qui est d’un commandement comme ceux de Jésus, ils ne sont à mon avis pas à prendre comme des articles de loi, mais plutôt comme des questions, comme une prise de recul pour voir s’il n’existe pas de solutions alternatives que nous n’avions même pas envisagées. C’est en particulier le cas de ce passage dont parle votre voisin où Jésus enseigne : « Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre. »(Matthieu 5:39), on peut comprendre de bien des façons ce passage, en tout cas il pose la question de notre réaction quand nous sommes agressé. C’est une bonne question qui mérite qu’on y réfléchisse car c’est une situation où nous aurons tendance à agir impulsivement. « Tendre l’autre joue » ce peut précisément vouloir dire présenter un autre visage que celui qu’attendait mon agresseur, et que cela le fera changer, comprendre, évoluer ? En tout cas, nous avons le récit d’une fois où Jésus est frappé et où apparemment il ne tend pas l’autre joue mais cherche à faire réfléchir son agresseur en le questionnant (Jean 18:22-23). Il ne faut donc pas prendre cette parole comme un ordre à appliquer bêtement. C’est encore plus évident avec le « moi, je vous dis de ne pas résister au méchant », car si on le lit à la lettre cela veut dire laisser les violeurs, les voleurs, les pédophiles et les assassins s’en donner à cœur joie. Ce serait encourager le mal. Mais si c’est une adorable grand-mère toujours qui gentille qui, un jour, me parle méchamment : peut-être que je peux me demander ce qui se passe, que peut-être elle va pas bien, et que ce n’est pas le moment de répondre sur le même ton ? Et alors, ne pas résister à sa méchanceté ponctuelle et chercher comment l’aider ? Cet élément de réflexion que nous apporte ici Jésus est alors tellement précieux dans le couple, avec les enfants, avec un ami et entre collègues au travail…

Mais en tout cas, ces passages sont intéressants car ils témoignent de grandes richesses spirituelles et théologiques. Si un voisin veut les lire d’une certaine façon, c’est tout à fait son droit, évidemment, et c’est excellent qu’il lise la Bible. Par contre il n’y a aucune raison de se laisser impressionner s’il se met à dire que SA propre façon de comprendre tel passage est la seule bonne façon juste de le lire. Cela reflèterait une façon d’être arrogante et violente envers les autres. En ce cas, il est inutile de se battre là dessus, évidemment, car la question est plus une question de position psychologique que vraiment une question d’interprétation à débattre.

Il est possible de se contenter de ses propres expériences spirituelles, inspirant de beaux gestes. Néanmoins la réflexion est une dimension tout à fait importante de l’humain, et ce serait très dommage de s’en priver, à mon avis, ainsi que les réflexions des générations précédentes sur des millénaires. Ce serait comme de refuser toute invention précédente, la roue, le feu, l’agriculture, les arts… et se fier à ses seules intuitions pour vivre dans la nature sans vêtements. Dans le domaine de foi et de la pensée de ce qui est juste nous avons aussi énormément à nous enrichir des générations précédentes, et monter sur leurs épaules pour ajouter notre propre pierre à l’édifice. C’est pourquoi je pense quand même très bon d’étudier la Bible avec intelligence et avec aussi un esprit de prière. Rien n’oblige par ailleurs à la lire bêtement.

En ce qui concerne Abraham et cette folie de vouloir sacrifier son fils, ce récit est plein de richesses. Voir une interprétation ici : https://jecherchedieu.ch/temoignages/predication/predication-abraham-acceptant-de-sacrifier-son-fils-genese-22/
Vous avez raison, c’est génial de trouver de l’épanouissement dans le service de son prochain. Et comme ce n’est jamais simple de savoir qui aider ainsi et comment, c’est pas mal de réfléchir et de prier.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *