Je voudrais rebâtir ma foi sur de meilleurs fondements ! Voici déjà trois questions.

un ouvrier avec ses outils dans un chantier de construction - Image par annawaldl de Pixabay Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour cher Pasteur Marc Pernot , j’ai vous écris en ce jour dans un moment de crise de foi. Mes difficultés personnelles influent sur ma foi au point où je remet en question ma vie. Votre page «je cherche Jésus» a travers toutes les publications m’a apporté une once de lumière dans le moment de détresse de ma vie. Je voudrai rebâtir ma foi sur de meilleurs fondements ainsi à la lumière de vos écrits j’en ai trouvé une forte consolation certes avant j’allais dans plusieurs églises et maintenant je me suis retiré des églises en observant les différents aspects positifs et négatifs pour chercher à comprendre et me bâtir une foi . J’ai plusieurs questions qui dérangent mon esprit :
1) Pourquoi si tous nous croyons au même Dieu pourquoi sommes nous autant divisé ?
2) Christ dit : ”aime ton prochain comme toi même » en dépit de cela certains personnes préfèrent aider ceux qui sont soit de la même religion qu’eux ou de la même église et non d’autres personnes
3) Dieu a t il créé le mot religion ? Ou cela est une invention de l’homme ?

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Bravo pour votre cheminement. Votre courage et votre sincérité.

L’essentiel est la pratique personnelle, intime, de la relation à Dieu et de la réflexion.
Il est bon aussi, je pense, d’aller à un certain rythme dans une communauté, ou des communautés, pour donner une ouverture à notre foi, un sens du collectif. Mais bon, ce n’est pas pressé et on n’a pas toujours d’église ouverte et intéressante à portée de la main. En tout cas, il n’est pas du tout obligatoire d’être avec tout dans la ou les communautés que l’on rejoint de temps en temps, il est important de garder sa personnalité.

1) Oui, il y a un seul Dieu. La diversité des relations à Dieu est normale. Car Dieu est un Dieu de relation personnelle. Il y a donc autant de relations à Dieu qu’il y a de personnes, et même : cette relation évolue, vit. C’est normal et c’est une grande richesse. La diversité de religions est donc une chose tout à fait normale et saine. Ce qui n’est pas normal est de vouloir imposer sa religion à une autre personne. C’est méchant et c’est crétin : nous ne sommes pas Dieu, nous ne sommes pas cette autre personne, qui suis-je alors pour dire ce qui devrait se passer entre Dieu et cette autre personne ? L’objectif ne me semble donc pas d’arriver à être tous d’une seule et même religion, mais d’accepter que d’autres personnes existent, et s’en réjouir.

2) Il serait faux de penser que « mon prochain » serait par définition celui qui m’est proche ou celui dont je m’approcherais. Ce n’est pas une question de distance entre nous. Dans la Bible, le mot « prochain » est dérivé du mot « berger », donc par définition, « mon prochain » est celui qui a le même berger que moi. Dès lors que l’on pense qu’il y a un seul Dieu, tout humain, et même toute la création est gardée, accompagnée par Dieu. Ensuite, nous avons donc des milliards de prochains et nous avons des capacités limités. La question est donc celle de notre vocation personnelle : parmi cette foule immense, de qui pourrais-je, devrais-je me sentir concerné pour l’aider dans sa vie ? La question est une question ouverte. C’est une question qui prend en compte nos forces et nos faiblesses, l’urgence, la motivation et la conscience de chacun, l’espérance de Dieu que personne ne soit oublié… Le plus naturel est donc effectivement d’aider les personnes que nous croisons. Cependant, heureusement que des personnes ne s’arrêtent pas aux murs que les humains dressent entre eux. L’exemple de Jésus lui-même dans la « parabole du bon samaritain » ouvre la question de notre vocation à l’universel.

3) Le mot religion est un mot humain, comme tous les mots de notre vocabulaire. Quand on dit que Dieu parle, ou donne une Parole, c’est une image disant que Dieu interagit avec nous dans le respect, comme quand on parle pour proposer quelque chose à une personne, plutôt que de la forcer avec violence. Le mot religion aurait trois sens :

  1. religion comme règle : c’est souvent un problème avec des religieux qui veulent imposer de penser certaines doctrines, de faire certains rites, et d’avoir tels ou tels interdits et choses à faire. Néanmoins si noter religion nous aide à trouver ce que nous aimerions vivre et à avancer sur ce chemin que nous avons choisi c’est un grand service.
  2. religion comme nous reliant avec Dieu (dans la confiance, la sincérité, le dialogue), et nous relier avec les autres (l’humanité comme un corps), c’est un grand service auquel participe la religion.
  3. religion comme nous aidant à relire notre existence et ce monde où nous sommes, c’est là aussi un grand service de la religion. En particulier dans la prière personnelle.

La bonne religion, pour une personne donnée, c’est à trouver par cette personne en examinant ce qui lui permet de bien avancer dans ces axes, peut-être ?

Est-ce que c’est Dieu qui a inventé la religion ? oui et non. Il est un Dieu de relation, il est un Dieu qui nous aide à nous mettre debout, libre et responsable, solidaires. Et pour que nous progressions dans ce chemin, cela demande un peu de nourriture, de « travail ». Ensuite, Dieu ne tire pas les ficelles, c’est à l’humain de chercher à s’organiser un peu, à sa façon, pour nourrir son cheminement. Chaque génération tâtonne un peu et trouve certaines façons d’avancer, la génération suivant et les voisins peuvent s’en inspirer en prendre et en laisser, ajouter leur pierre à l’édifice. C’est comme cela que l’on avance. Popur la science, les techniques, la culture, les arts, la cuisine… et la religion. Dieu a participé à sa façon à l’élaboration, à la vie des religions, et les humains ont participé aussi, sur des dizaines de milliers d’années. C’est un travail d’équipe.

Bravo de penser ainsi à Dieu, à aider les autres, et à élaborer votre religion. Je suis persuadé que cela vous apportera énormément.

Dieu vous bénit et vous accompagne
.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *