Besoin de perfection, déçue de tout et de soi-même. Et rien du côté de Dieu, par ma faute ?

jeune pousse de sapin dans la forêt - Image par Manfred Antranias Zimmer de Pixabay

Petit arbre devient grand, mais peut-être que demain cela ne se verra pas encore.

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur,

Je vous remercie de me lire et de vos précieux conseils.

Je ne me sens pas bien, comme en dehors de la vie et je réclame à Dieu de me donner la lumière, un souffle de vie et… rien. L’angoisse, la peur et la peine sont mon quotidien. J’ ai même le sentiment profond souvent de n’être faite que de ça. Et ce n’est pas tant ma vie que ce ressenti d’être éloignée de Dieu, comme si je ne parvenais pas à l’atteindre. Des mois, des années à espérer qu’il me guérisse de ce mal-être et même si j’ai cru percevoir des mieux, ils ne me portent pas et ne me remplissent pas assez. J’ai tant de chagrin de me sentir loin de celui en qui je crois, mal dans doute, tant d’angoisse de ne pas être dans sa main.

Je sais et notamment grâce à vous, qu’aucuns de mes maux ne viennent de lui mais comment faire ? Chaque jour je prie, en pleurs, (même qd je ressens de la « joie » je suis émue en m’adressant à notre Père) pour qu’il me fasse poser un regard plus juste sur moi et ma vie (car je me sais sévère et négative) et chaque matin je me réveille le coeur lourd et seul. Je me dis parfois que je n’arriverai jamais à entrer en relation avec notre Père. Il ne m’exauce pas, cela vient forcément d’une incompréhension, ou je ne sais quoi venant de moi ! Je me sais fragile, meurtrie par une histoire familiale difficile mais ne peux m’ôter de l’esprit que ce chaos qui n’habite ne peut trouver de l’ordre que par son souffle. J’ai beaucoup étudié ou en tous cas repris votre prédication sur la nécessité de frapper encore et encore à sa porte mais j’ai peur de n’avoir presque plus de force… son amour je le comprends, l’entends intellectuellement, philosophiquement mais je voudrais le ressentir, vraiment. Pour ne plus traîner cet horrible sentiment d’être abandonnée.

Qu’en pensez-vous ? Je vous remercie de garder cette démarche anonyme.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Je suis désolé que vous ne vous sentiez pas très heureuse. C’est cruel et injuste que vous souffriez de l’angoisse, de la peur, de la peine.

Je comprends quand vous parlez de votre situation familiale difficile. Ça ne justifie pas les souffrances que vous vivez  mais cela permet d’en comprendre les causes, le mécanisme et il me semble utile de travailler là dessus afin de soigner ces blessures, et peut-être d’améliorer la situation pour éviter que de mauvaises causes enveniment encore les plaies déjà reçues.

C’est déjà un premier chantier, à mon avis. Soit vous arrivez à travailler dessus par vous même, ou avec une amie, une sœur, une grand-mère (par exemple), sinon il faut faire appel aux ressources de la médecine, bien sûr, comme on le ferait pour n’importe quelle plaie du corps ou de l’esprit. Mais peut-être que vous avez déjà travaillé là dessus et que ce qui vous fait souffrir, en plus, c’est un certain trait de caractère qui pourrait être une qualité géniale mais qui peut aussi être difficile à vivre : ce qu’il me semble discerner dans ce que vous dites, mais c’est très difficile à distance, c’est un certain perfectionnisme, peut-être ?

  1. Vous ressentez du mieux mais cela ne vous remplit pas assez ?
  2. Vous avez manifestement saisi cet amour infini qu’est Dieu mais vous ne le sentez pas assez ?
  3. Vous êtes en relation à Dieu mais vous vous sentez éloignée de lui ?
  4. Il vous arrive de ressentir une joie profonde, mais elle ne fait pas le poids face à votre peine ?

Tout cela montre que vous possédez, si je puis dire, vraiment les fondamentaux de la vie, d’une vie belle, heureuse, inspirée.

C’est une qualité rare, c’est une vraie grande force.

J’aimerais tant que plus de monde puisse avoir ne serait-ce qu’une part de cette belle façon d’être.

Mais voilà qu’effectivement, la vie est une marche, la personne humaine est comme une petite plante qui commence seulement à pousser et qui a encore tant à recevoir et à grandir pour atteindre la plénitude. Cela prend du temps, cela prend son temps. Voilà aussi que nous nous sommes un être en tension, pétris de la poussière du sol et animé d’un souffle de transcendance divine. L’appétit vers la perfection fait partie du génie tout humain, c’est notre part divine. L’impatience est une espérance vive, c’est normal aussi.

Mais il peut y avoir une sorte d’inflammation de ces facultés, et cela fait alors souffrir.

Vous avez raison, je pense de sentir qu’une partie de la solution est dans le Souffle de Dieu, dans son Esprit qui vient à votre secours. Ne vous inquiétez pas, il fait tout ce qu’il y a à faire de son côté. C’est en général de l’ordre d’une croissance et d’une cicatrisation intérieure imperceptible, comme celle de la pousse d’une plante nous dit Jésus. Parfois cela passe quand même par de bonnes surprises tout à fait inattendues. Je n’ai pas du tout l’impression que vous soyez fermée à ce que Dieu vous envoie. je ne m’inquiète pas de ce côté là pour vous.

Ensuite, c’est comme pour une inflammation d’un tendon ou d’un muscle, cela demande un certain travail de soin et de rééducation par soi-même. C’est à vous de trouver les bons gestes, les bons mouvements, les bonnes attitudes ?

Peut-être de fixer vos regard sur ce qui est déjà beau, joyeux, connecté à Dieu et à l’essentiel, sur un petit mieux d’une certaine sorte. Essayer de ne pas vous laisser distraire de ces bonnes petites choses déjà vécues, obtenues ou données. Cette attention peut s’appuyer éventuellement sur un exercice tout simple comme de rédiger chaque soir quelques lignes, pas plus, détaillant une de ces belles petites choses de la journée, la plus sympa, même si elle est petite, la nettoyer de ce qui nous semble lui manquer pour n’en garder que la simple beauté. C’est une pointe de diamant. Méditer dessus. En rendre grâce à Dieu. Choisir un Psaume, une prière de louange et de joie, par exemple dans la collection que j’ai mise en ligne, pour encadrer ce temps de louange, de gratitude. Et le matin, quand le cœur à nouveau, peut-être sera redevenu lourd, déjà se réjouir de la petite, de la peut-être minuscule bonne nouvelle qui fera le sujet de notre louange du soir. Et peut-être reprendre le Psaume de la veille.

Et si la souffrance est trop forte, il faut bien entendu aller demander de l’aide à un médecin. C’est aussi ce que l’on fait pour une tendinite, ou un mal de ventre, quand on peut gérer tout seul on gère, et parfois on a besoin de la médecine, c’est normal.

En tout cas, je suis en pensée avec vous. Et je vous souhaite un bon chemin dans la paix, avec la bénédiction de Dieu sur vous, tout particulièrement.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *