Je ne sais plus que penser inhumation ou crémation, qu’en dit la Bible ?

un dolmen, comme une tombe préhistorique - Image par KWHacbc de Pixabay

Un rite préhistorique ?

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour
Je ne sais plus que penser inhumation ou crémation, je voudrais avoir votre avis, et que dit la bible à ce sujet ?

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Madame

Bravo de vous poser des questions, et de faire Bible en main pour approfondir votre questionnement.

En l’occurrence, j’ai peur de manquer de délicatesse en pensant bien sûr à cette phrase provocante (comme souvent) de Jésus : « Laisse les morts ensevelir leurs morts; et toi, va annoncer le royaume de Dieu. » (Matthieu 8:22; Luc 9:60). Bien entendu, il n’est pas possible d’appliquer ce verset à la lettre et de laisser le corps sans vie d’un proche abandonné dans un coin. Comme souvent, les paroles de la Bible, et particulièrement celles de Jésus ne sont pas à prendre comme des réponses toutes faites mais comme des éléments chocs venant à ouvrir notre réflexion à des dimensions nouvelles.

C’est particulièrement nécessaire dans ce domaine où le culte des morts fait partie de notre façon de vivre depuis que l’humain n’est plus seulement une sorte de singe. C’est au point qu’encore maintenant on entend des personnes parler de leur tombe comme de « leur dernière demeure », ou lors de l’inhumation « il rejoint sa chère femme ». Je pense que c’est par rapport à cette façon de concevoir la vie que Jésus ose son « laisse les morts enterrer leurs morts ». Car en effet, si l’on pense que la personne que l’on aime est dans ce corps sans vie, sans souffle, mis en terre, alors oui, c’est que notre relation avec cette personne était déjà morte, car principalement basée sur le visible, le corporel.

C’est vrai que nous sommes un corps vivant sur cette terre, mais nous sommes plus que le corps, et même notre vraie valeur n’est pas dans notre corps pour ceux qui nous aiment en tant que personne. Par exemple si une personne que nous aimons vraiment perdait un bras dans un accident, nous serions bien désolé car avoir les deux bras et les deux mains est fort pratique dans la vie courante, mais si nous aimons vraiment cette personne, nous ne l’aimerons absolument pas moins pour autant, bien sûr, cette personne, par exemple notre enfant, ou notre meilleur ami(e) ne sera pas le moindre du monde moins humaine, moins aimable, moins intéressante, moins digne de vivre et d’être heureuse à nos yeux. Pour ne pas sentir cela, il faudrait que notre relation à cette personne soit déjà morte avant même que survienne cet accident. De même, si vraiment nous pensons que c’est notre enfant, notre ami ou notre parent que nous mettons en terre ou que nous incinérons, alors c’est que notre relation avec lui était déjà morte avant même la mort de son corps. Quand une personne que nous aimons cesse de vivre dans la dimension corporelle, cela nous fait bien évidemment un choc terrible car c’est une dimension essentielle de notre relation qui disparaît ainsi, mais il n’est pas possible de dire que tout ce qu’est cette personne pour nous est anéanti. Ni même que le principal. Je pense que c’est ce que dit Jésus : si vraiment on pense que c’est la personen que l’on enterre, alors, c’est grave.

La personne est un corps et plus que ce corps tant qu’il est vivant. Quand ce corps meurt, la personne n’est plus ce corps, ni dans ce corps.

Le corps mort d’une personne est à gérer, voilà tout. Et c’est très précieux, une fois amené à faire la distinction que j’évoque ci-dessus, que Jésus nous laisse totalement libre d’apprécier quel est le mieux ? Le don d’organe si l’on est jeune est bien entendu une excellente façon de venir au secours de personnes et de familles. Le don de la corps à la science si cela se révélait utile. Pourquoi pas une tombe si c’est un beau symbole et qu’il n’y a pas trop de risque de penser que la personne est inhumée dedans. Pourquoi pas l’incinération c’est un beau symbole du fait que notre corps est fait de poussière et appelé à retourner à la poussière. C’est à voir dans chaque cas particulier. Personnellement, je trouve bien quand un service d’action de grâce a lieu après la gestion du corps et non avant, car cela montre bien l’attachement à l’essentiel, qui n’est plus de l’ordre du corps.

Bien amicalement
Dieu vous bénit et vous accompagne

par : pasteur Marc Pernot

Si vous voulez, vous pouvez voir aussi, dans le petit dictionnaire de théologie :

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Scholinchx Marianne dit :

    bonjour,
    si je suis bien votre raisonnement, la relation continue après la mort « avec » la personne; on peut donc continuer à lui parler… ?! Ayant assisté à plusieurs enterrements, catholiques ou protestants, il est de coutume de s’adresser directement à celui-celle qui nous quitte: « mon cher André, tu vas nous manquer,…  » Je suis mal à l’aise avec cela. J’ai perdu mon papa, je pense souvent à lui, il me manque c’est sûr, mais je suis tranquille, je pense à lui avec tendresse. Merci pour votre réponse. Marianne

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour et merci pour vos encouragements.
      Théoriquement, les protestants ne parlent pas aux morts. Pas même aux obsèques qui sont plutôt le temps de la mémoire, le temps de se serrer les coudes entre survivants qui aiment la personne morte. Et un temps pour reprendre pied dans cette vie sur terre de la plus belle des façons possibles.
      L’amour pour la personne continue à être vivant. Oui. C’est ce lien de l’amour qui reste. Mais je suis bien d’accord avec vous, je ne pense pas que ce soit un lien de dialogue. Je suis bien d’accord avec vous pour éviter d’entrer dans ce genre d’idées ou de pratiques qui ne me semblent pas favorable à un bon cheminement. Plutôt que de prier la personne disparue, on peut penser à elle. Plutôt que de prier pour la personne disparue, on peut placer sa confiance dans l’amour de Dieu pour toute personne, vivante dans l’autre monde mais aussi vivante en ce monde. Et donc prier pour que les cœurs s’ouvrent à son souffle, à commencer nous-même ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *