Est-ce que mon baptême catholique est valable ? Attendre pour baptiser mes enfants et leur laisser le choix ?

baptême d'un bébé - Image par ariesa66 de Pixabay

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

On devrait tous travailler avec zèle sur le chemin du seigneur, vous êtes un bel exemple à suivre monsieur pernot, bravo !
Je voudrais pas abusé de votre temps si précieux mais j’ai une question par rapport au baptême (enfin deux questions).

Je suis issue d’une famille de tradition catholique donc jai été baptisé par un curé à l’âge d’environ 3-4ans.
aucun enseignement religieux avant, ni après, pure tradition malheureusement…
ma première question, pour vous, mon baptême est il « valable » car pour moi le baptême qui et l’un des deux sacrement,doit être effectué en reconnaissance de notre foie en Dieu au nom du seigneur Jésus Christ et recevoir le saint esprit, un vrai engagement dans l’église et de notre amour pour Dieu.
À mon jeune âge cela n’était pas du tout le cas ( et en plus par l’église catholique qui n’est pas la mienne car je suis profondément chretien protestant).
Ma question est peut-être un peu stupide mais pour vous ce baptême et il vraiment le baptême prescrit par Jésus.. quel autorité a-t-il pour vous ?

Ma deuxième question sera pour mes enfants , deux petites filles de 3 ans et 5mois (pas baptisées) qui je l’espère trouveront ou plutôt garderons l’amour de Dieu en grandissant car pour moi les enfants sont comme le royaume des cieux donc innocents et bénis par le père tout-puissant.
Pour moi le baptême doit venir quand elles déclareront leurs foies en toute conscience et en reconnaissant être enfant de Dieu.. (je vois beaucoup de monde être baptisé sans en avoir été conscient et être complètement athée).
Donc je voulais savoir si pour vous un très jeune enfant devait être baptisé même si il a pas conscience de l’acte ou si plutôt il faut attendre une foie reconnue et déclaré comme je le pense.
Merci de m’éclairer une seconde fois et me dire si je suis dans l’erreur.

Votre mission, la mission de propager le message de dieu et la plus belle des missions.
Que Dieu vous donne toujours ce courage.

Bonne soirée monsieur Pernot et au plaisir de vous lire.
Grand merci d’avance.

Réponse d’un pasteur :

Cher Monsieur

Oui, nous reconnaissons tout baptême chrétien, et tout particulièrement ceux donnés dans l’église catholique, avec qui nous avons de très bonnes relations œcuméniques depuis une centaine d’années. Cette reconnaissance est d’ailleurs mutuelle et le baptême fait dans l’église protestante est reconnu par l’église catholique. C’est plus difficile avec les églises « évangéliques » qui sont souvent bien plus restrictives, et qui refusent parfois de reconnaître un baptême fait dans une autre église. Si vous vouliez néanmoins marquer votre nouveau départ dans la foi, il est possible que vous fassiez une profession de foi au courps d’un culte.

Je comprends votre point de vue en ce qui concerne la baptême d’adulte pour vos enfants. J’ai eu le bonheur et le privilège d’accompagner des centaines de personnes adultes dans cette démarche, et c’est très marquant, profond, sincère. Le baptême convient aussi à mon avis très bien à tout âge, et aussi pour un bébé, car le baptême est (pour nous) le signe de l’amour de Dieu pour la personne, c’est la conséquence de la liberté de Dieu, et ce n’est pas notre choix non plus. Comme vos enfants sont, si je puis dire, aimés de force par vous, ils sont aimés par Dieu sans en avoir le choix car cet amour est sans condition. Leur liberté, leur choix consiste à répondre, ou non, à cet amour reçu, en famille et par Dieu. Mais ce que vous proposez est très bien aussi, car même adulte, une personne est au bénéfice du sens du baptême comme signe de l’amour de Dieu sans condition. Faites donc tout à fait selon ce que vous pensez le mieux correspondre à ce que vous ressentez. D’autant plus que c’est vous qui ferez l’éducation de vos enfants, et que dans ce domaine, la sincérité des parents est si importante. Et même sans baptême, Dieu aime vos filles tout autant, bien sûr.

Je ne pense pas que Jésus ait prescrit le baptême, à vrai dire. La phrase dans l’Evangile de Matthieu 28:19 a été ajoutée (vraisemblablement) quelques dizaines d’années plus tard, et l’on sait que Jésus lui-même de baptisaient pas (Jean 4:2). Néanmoins, je pense que c’est une bonne idée de baptiser. Jésus a renouvelé la foi, dans la confiance en Dieu qui aime même ses ennemis, il nous a libéré pour chercher Dieu et vivre notre foi et notre vie de la meilleure façon possible. Cette liberté est aussi une responsabilité de faire en sorte de vivre et de manifester la bonne nouvelle de l’Evangile du Christ. Alors oui, nous annonçons l’amour de Dieu, sa grâce, et la vie qu’il donne par son souffle. Seulement nous ne sommes pas, nous, de purs esprits et des gestes impliquants le corps sont assez utiles pour que notre être prenne plus et mieux en compte cet Evangile. C’est ainsi que les premiers chrétiens ont mis en place des signes (les sacrements).

Jean, le cousin de Jésus, baptisait. L’Evangile nous dit que le baptême que donne Jésus n’est pas un baptême d’eau mais un baptême d’Esprit Saint. C’est bien entendu hors de notre portée, Dieu a donné de son Esprit à chacune et chacun et il faut toute une vie pour s’ouvrir plus largement à l’Esprit. D’où vient alors le ou les baptêmes chrétiens ? Comme vous dites, on a dû s’organiser ensuite pour avancer dans la foi du Christ. Alors que faire ? Les juifs avaient la circoncision comme signe d’entrée dans l’alliance de Dieu, les chrétiens ont rapidement abandonné la circoncision car ce geste d’alliance juif était réservé aux garçons (alors que l’évangile du Christ donne une place égale aux femmes et aux hommes devant Dieu), et que la circoncision était une mutilation, enlevant à la personne alors que Dieu ajoute son Esprit à la personne.  Le baptême a rapidement remplacé la circoncision, avec l’eau sur la tête comme signe de la bénédiction ajoutée à notre être. On peut le faire à tout âge, votre situation est bonne, et ce que vous envisager pour vos enfants est très bien.

Le second sacrement est pour nous la communion, ce repas symbolique où le pain et le vin offert à tous est signe de la grâce de Dieu offerte en Christ, et le fait de prendre et de manger ou boire est signe de notre foi, la volonté de prendre et d’assimiler ce que Dieu nous offre en Christ. Il existe d’autres gestes et signes (à l’occasion d’un mariage, d’entrée ou de recommencement dans la foi d’une personne déjà baptisée…) certaines églises les appellent sacrements, nous n’appelons pas « sacrement » ces gestes autres que le baptême et la communion qui sont les principaux, et offerts à toute personen sans distinction ni condition.

Bien entendu, Dieu n’a pas besoin de ces gestes pour nous aimer, pour nous accepter, nous bénir, nous accompagner (sinon son amour ne serait alors pas gratuit, mais sous condition). C’est nous qui sommes souvent aidés par ces gestes, afin de prendre en compte ensemble de réalités invisibles mais essentielles. Par conséquent, il n’y a pas de pression ni de chantage. Bien entendu !

Bravo d’offrir ce cadeau de la connaissance de l’amour de Dieu à vos filles. C’est un magnifique cadeau. Adultes, elles seront libres de vivre en prenant en compte (ou non) cette dimension, et de le faire à leur façon.

Dieu vous bénit et vous accompagne chacune et chacun, dans votre famille.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Si vous voulez, vous pouvez voir aussi, dans le petit dictionnaire de théologie :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. R. dit :

    leur reconnu par les autres Eglises. Ma question porte sur le baptême administré dès huit ans par l’Eglise Mormone. L’Eglise Catholique Romaine ne reconnaît pas ce baptême, la notion trinitaire de cette dénomination étant jugée fausse. Personnellement, même si je trouve curieuse et pas mal hétérodoxe la théologie mormone, je me refuserais à juger l’état de grâce du candidat au baptême de cette Eglise. De plus, ayant lu le témoignage d’une ex-mormone devenue prêtre épiscopalienne et même évêque je crois bien, j’ai eu la surprise de constater que l’Eglise Episcopalienne n’avait pas exigé de « re-baptême » pour cette nouvelle fidèle ayant reçu en son enfance son baptême au sein du mormonisme version Salt Lake City. Pourriez-vous me dire s’il vous plaît si vous jugez mon avis faux ou peut-être acceptable?

    Même si cette situation ne me concerne pas, votre avis m’intéresse. Merci pour votre aide.

    En vous souhaitant une bonne soirée.

    • Marc Pernot dit :

      Qu’une église A ne reconnaisse pas le baptême d’une église B est révélateur de la foi, des valeurs, et de la façon d’être de l’église A, cela ne dit rien sur l’église B.

      De toute façon, la grâce de Dieu n’est pas en cause, d’aucune façon. La baptême est le signe de cette grâce de Dieu, grâce qui est de toute façon sans condition, et sans autre cause que la nature même de Dieu qui aime, cette grâce a donc toujours précédé le baptême. La baptême est un signe plus ou moins clair ou brouillé de cette grâce. La valeur du baptême dépend donc de l’effet du baptême sur la foi de la personne baptisée. C’est donc très subjectif. Cela dépend de la forme mais aussi de la manière dont est présentée, racontée, expliquée le baptême à l’intéressé. C’est ainsi que le baptême sera une manifestation de l’Evangile du Christ : signe de la grâce de Dieu sur cette personne.
      Dieu vous bénit et vous accompagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *