un enfant émerveillé lors d
Texte Biblique

« Comme la pluie et la neige descendent des cieux… Ainsi en est-il de ma parole dit l’Éternel » (Ésaïe 55:10-11)

↪ « Comme la pluie et la neige descendent des cieux et n’y retournent pas sans avoir arrosé, fécondé la terre, et fait germer les plantes, sans avoir donné de la semence au semeur et du pain à celui qui mange. Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche, dit l’Éternel » (Ésaïe 55:10-11)

⤑ Il nous arrive de penser à autre chose pendant le culte, la Cène, ou même pendant notre propre prière. Il nous arrive de ne plus nous souvenir de quoi parlait la prédication ou ce que nous avons lu. Ce n’est pas si grave, nous dit ce témoignage du prophète, quand nous nous ouvrons à la Parole de Dieu, elle fera son effet comme « en passant ». et ce sera une bénédiction.

⤑ Tant mieux si nous apprenons quelque chose de la Bible et de la théologie, cela nous donne des clefs pour mieux chercher Dieu et interpréter plus librement par nous-même Dieu, ce que nous sommes, et ce qui nous arrive. C’est un des bénéfices possibles. L’autre bénéfice, essentiel, est de nous être ainsi ouvert quelques instants à quelque chose de plus profond encore que l’intelligence et qui vient féconder notre être, fait germer le meilleur qui est en nous (dit ici Ésaïe) : cela nous nourrit dès aujourd’hui et est prometteur pour demain, cela libère notre propre créativité, notre capacité à aimer et à faire la différence dans la course du monde.

⤑ On appelle parfois « Parole de Dieu » ce quelque chose qui nous rend plus vivant, c’est une image car il s’agit plus d’une action de Dieu que de mots prononcés par Dieu (le même mot hébreu signifie à la fois la parole et l’acte). C’est une autre image qui est utilisée ici pour parler de l’action de Dieu pour nous : celle de l’eau qui vient féconder la terre et ses graines. C’est peut-être plus parlant car l’expression « Parole de Dieu » pourrait nous faire penser que Dieu aurait pour objectif de nous encadrer et de nous téléguider. Ce n’est pas le cas, et c’est plus clair avec l’image de l’eau, venant sous diverses formes : elle vient au contraire libérer le meilleur qui était enfoui en nous-même, le révéler, le rendre fécond, nourrissant et prometteur. Ce serait dommage d’ouvrir notre parapluie.

par : pasteur Marc Pernot

Vous pouvez partager en commentaire ce que ce verset vous dit, à vous, aujourd’hui…

Aller vers la liste des simples versets médités

Partagez cet article sur :
  • Icone de facebook
  • Icone de twitter
  • Icone d'email

Articles récents de la même catégorie

Articles récents avec des étiquettes similaires

3 Commentaires

  1. Rosset Claire-Lise dit :

    Cher Marc,

    Votre message me fait penser à 1 Cor. 3 : 9 :« Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l’édifice de Dieu. »

    « Vous êtes le champ de Dieu »

    Avec tristesse, Jésus disait à ses disciples : « La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson. » (Luc 10 : 2)

    « Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité commune. » (1 Cor. 12 : 7)

    La question se pose à moi, comme à chacun : suis-je prêt-e de rétorquer comme Marie à l’Ange : « Je suis la servante du Seigneur; qu’il me soit fait selon ta parole ? » (Luc 1 : 38) ? ou je préfère être celle – celui qui cache tranquillement ses talents trois mètres sous terre pour ne rien faire fructifier ?

    « Qu’est-ce donc qu’Apollos, et qu’est-ce que Paul ?
    Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l’a donné à chacun.
    J’ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître, en sorte que ce n’est pas celui qui plante qui est quelque chose, ni celui qui arrose, mais Dieu qui fait croître. » ( 1 Cor. 3 : 5-7)

    Job le disait déjà :
    « Il fait des choses grandes et insondables,
    Des merveilles sans nombre;
    Il répand la pluie sur la terre,
    Et envoie l’eau sur les campagnes »
    (Job 5 : 9, 10)

    « Dieu tonne avec sa voix d’une manière merveilleuse;
    Il fait de grandes choses que nous ne comprenons pas.
    Il dit à la neige: Tombe sur la terre !
    Il le dit à la pluie, même aux plus fortes pluies. » (Job 37 : 6)

    Nous ressemblons beaucoup à tant de prophètes de la Bible qui ont tous les prétextes justifiables pour ne pas servir Dieu, tant leur crainte est grande devant l’ampleur de la tâche qui les attend.
    Or, quand Pierre dit à Jésus : Voici, nous avons tout quitté, et nous t’avons suivi, Jésus répond :
    Je vous le dis en vérité, il n’est personne qui, ayant quitté, à cause de moi et à cause de la bonne nouvelle, sa maison, ou ses frères, ou ses soeurs, ou sa mère, ou son père, ou ses enfants, ou ses terres, ne reçoive au centuple, présentement dans ce siècle-ci, des maisons, des frères, des soeurs, des mères, des enfants, et des terres, avec des persécutions, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle. Plusieurs des premiers seront les derniers, et plusieurs des derniers seront les premiers. (Marc 10 28 à 31)

    Envers et contre tout, cette promesse de Dieu demeure : « Je vous enverrai des pluies en leur saison, la terre donnera ses produits, et les arbres des champs donneront leurs fruits. » (Lév. 26 : 4) . Qu’avons-nous donc à craindre pour devenir des ouvriers-ères dans la vigne du Seigneur ?

    « Maintenant fortifie-toi, Zorobabel ! dit l’Eternel.
    Fortifie-toi, Josué, fils de Jotsadak, souverain sacrificateur !
    Fortifie-toi, peuple entier du pays ! dit l’Eternel.
    Et travaillez !
    Car je suis avec vous, dit l’Eternel des armées.
    Je reste fidèle à l’alliance que j’ai faite avec vous
    Quand vous sortîtes de l’Egypte,
    Et mon Esprit est au milieu de vous ;
    Ne craignez pas ! »
    (Aggée 2 : 4, 5)

    Bien fraternellement
    Claire-Lise Rosset

  2. Haizaimé Haizhaïe dit :

    Merci ! Un très beau passage poétique ! Une pépite de plus de 24 carats(-ctères).

    (petit poème pour tambourins, violons et clarinettes)
    Comme la pluie et la neige descendent des cieux,
    Nourissant les graines de vie de la parole semeuse,

    Les plantes poussent toutes seules dans nos champs,
    Germes d’espoir en ces temps desséchants,

    Comme les roues et l’axe forment l’essieu,
    Guidant le chemin de la parole moissoneuse,

    Nos larmes s’évaporent comme une prière,
    Leurs eaux remontent au ciel vers la lumière,

    Louanges à toi Seigneur ! Nous te bénissons ! Nous te glorifions !
    Louanges à toi Seigneur ! Nous t’espérons ! Nous t’adorons !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *