Pourquoi l’œcuménisme ? Pourquoi ce besoin ? De qui émane-t-il ?

logo du conseil œcuménique des églises COE

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour !

Toutes mes félicitations pour ce magnifique et utile site. Il est bien le reflet de l’ouverture d’esprit, de la simplicité et de la convivialité de l’Eglise Protestante J

Je suis d’une famille qui se dit catholique mais ne pratique rien et ne croit pas en grand-chose. J’ai étudié chez les Sœurs Dominicaines, elles entaient adorable et je me sentais bien au collège puis au lycée chez elles. C’est là que j’ai commencé à ressentir la présence puis au fil du temps l’amour de Dieu et de Jésus. J’avais 16 ans. Cette foi et cet amour ne m’ont jamais quitté depuis.

Au fil du temps, je me suis senti plus proche du Protestantisme (je n’aime pas ce mot…) enfin de l’Eglise Presbytérienne comme on dit aux Etats Unis grâce a des ami(e) et un pasteur. J’ai eu, au début, un peu de mal avec l’austérité du lieu (temple de Marseille), qui dénote complètement avec la gentillesse des fidèles et des ministres de culte. Enfin bref ! Tout ça pour situer un peu …

Alors, la question : Pourquoi l’œcuménisme ? Pourquoi ce besoin ? De qui émane-t-il ?

Il me semble pas qu’il vienne des fidèles, j’ai bien souvent l’impression que ceux-ci font un peu « la gueule » de voir un prêtre, paré de ses plus beaux vêtements liturgiques, venir partager « le perchoir » du pasteur … ce que, personnellement et sans animosité je partage un peu, beaucoup.

Si l’envie nous prenait, nous autres « protestants » d’aller écouter des messes, je pense qu’on trouverait facilement le chemin d’une église catholique (assez nombreuse donc facile à trouver) et inversement.

Alors, unité des Chrétiens oui, partage des lieux de cultes …. je me sens plutôt embarrassé, d’autant que c’est assez souvent que ça arrive… Ne peut on pas se respecter, les catholiques dans leurs église avec leur Pape et leurs prêtres, et nous autres dans nos temples avec nos pasteurs ?

Alors étant donné que le sens et la finalité de cela semble complètement m’échapper, mais il me semble pas que je sois le seul, merci d’éclairer un peu plus ma lanterne …

Fraternellement, (en espérant surtout ne vexer personne ! Ce n’est nullement mon intention !)

Réponse d’un pasteur :

Un grand merci pour ces encouragements très bienveillants.

Pourquoi l’œcuménisme ? bonne question. J’y vois au moins deux grands intérêts :

1) d’abord, parce que nous ne sommes pas Dieu, et donc que notre point de vue, même s’il était parfait, ne pourrait-être toujours que partiel. On ne voit bien une réalité complexe qu’avec une multiplicité de point de vue. On ne voit bien un objet qu’en stéréo, en 3D, comme on dit maintenant. Or, Dieu, la vie humaine sont des réalités complexes, c’est le moins que l’on puisse dire. C’est pourquoi nous aimons le pluralisme dans notre église protestante où la liberté de pensée de chacun est non seulement tolérée mais encouragée, suscitée. L’œcuménisme ajoute encore à ce « relief », car avec le même fond (la recherche de Dieu en Christ), le catholicisme a une approche sensiblement différente de la nôtre, et il me semble qu’elle nous apporte ainsi un contrepoint important.

L’œcuménisme n’est donc pas avant tout pour convertir l’autre (il le fera s’il a envie) mais pour nous convertir nous, nous laisser interroger et avoir ainsi une occasion de nous réformer sans cesse pour une plus grande fidélité. Et le couple formé par la diversité et les relations est très utile pour sans cesse nous rappeler l’essentiel (Dieu) et que nous ne sommes pas Dieu.

2) le monde a besoin de geste de paix. En particulier, il me semble important que la population puisse voir que Dieu nous rassemble, alors que certains extrémistes pourraient laisser penser qu’au contraire la foi est toujours source de conflits et de division. Ce n’est pas le cas et cela ne doit pas être le cas.

Donc, oui, vous avez raison. L’ouverture de l’œcuménisme n’est pas très confortable, elle n’est pas particulièrement souhaitée par les paroissiens, elle demande un effort pour les pasteurs et les prêtres.

Et donc, je ne suis pas très sûr que l’œcuménisme soit vraiment à la mode. Ou plutôt, il ne l’est plus vraiment. Les groupes œcuméniques ont bien du mal à rassembler du monde. L’idée de l’œcuménisme est séduisante, mais la mise en pratique est peu suivie.

Et vous savez, c’est la même chose pour l’ouverture de nos églises vers l’extérieur. Contrairement à ce que l’on imagine ou souhaite parfois, les paroissiens, les conseillers presbytéraux et les pasteurs n’ont pas tellement envie non plus de voir arriver de nouveaux fidèles venir dans « leur » église. On y est si bien, on est entre soi. On aimerait que le temple soit plein chaque dimanche, mais cela nous fatigue, nous dérange de nous ouvrir, de rencontrer des personnes nouvelles, de leur faire de la place. Certes. Et pourtant. Même avec un égoïsme bien compris, nous avons énormément à recevoir en nous laissant ainsi bénéficier d’un petit courant d’air frais venu de l’extérieur. En plus, nous avons un trésor avec l’Evangile, avec notre façon libre et intelligente (j’espère) de vivre notre foi. Ce serait vraiment « vache » de garder cela uniquement pour nous.

Avec mes amitiés fraternelles

pasteur Marc Pernot, église protestante de Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *