Comment vivre dans la vie de tous les jours le sacrifice de La Croix ? Sans se couper des autres ?

Une jeune femme rit dans une rue de Londres - Photo by Alexandra Kirr on Unsplash

Peut-être seulement vivre sa joie, ou plutôt ce qui nous rend joyeux, la laisser rayonner ?

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour , J’ai 60 ans et je me suis convertie depuis peu ( 3 ans) ce qui est fou c’est que avant m’a conversion dans ma vie, Il n’y avait pas de place pour Dieu…chaque jour je cherche et j’apprends à le connaître et plus je le connais plus j’apprends à l’aimer .
Mais j’aurais 3 questions à vous poser …
Comment se laisser accepter d’offrir son existence à Dieu, en plaçant notre relation avec Dieu en avant de tout ?…personnellement je n’y arrive pas ! comment suivre sa parole sans ce couper du monde humain ?
Et Comment vivre dans le quotidien de tous les jours le sacrifice de La Croix ?
Je vous remercie vraiment d’avance de me donner des pistes
Je suis ravie d’avoir découvert votre site vos réponses sont gratifiantes et nous encourage à persévérer
Merci pour le travail que vous faites .

Réponse d’un pasteur :

Chère madame

Merci pour les encouragements pour ce site. Vive l’église de Genève qui a choisi d’offrir cela aux personnes qui le désirent.
Grand bravo pour votre démarche. Quand on sait l’énergie et le courage qu’il faut pour avancer, c’est vraiment magnifique.

Comment se laisser accepter d’offrir son existence à Dieu, en plaçant notre relation avec Dieu en avant de tout ?…personnellement je n’y arrive pas !
Je ne pense pas que ce soit ce qui est demandé. Christ ne nous demande pas de devenir des ermites du désert, de purs esprits. Il nous invite à boire à cette source qu’est Dieu, et ensuite de faire ce que notre cœur nous inspirera? Donc d’accord si l’on dit de « placer notre relation de Dieu AVANT tout » au sens de prier avant de vivre notre journée, mais pas au sens où nous devrions sacrifier tout notre temps, le service des autres, et le soin de notre corps, et le le temps de se reposer un peu. Mettre Dieu AVANT est plutôt prendre quelques instants le matin, par exemple, pour se placer devant Dieu, placer notre journée et les personnes que nous rencontrerons, nos inquiétudes et nos espérances devant Lui. Et clore notre journée en remettant la suite à Dieu. Le reste est pure grâce, vient tout seul.

Comment suivre sa parole sans ce couper du monde humain ?
C’est exactement l’idée. Suivre sa parole est précisément le laisser nous donner un cœur qui aime, sentir que telle personne, tel projet pourrait être une personne que nous pourrions aider et un beau projet pour embellir le monde. La Parole de Dieu n’est pas pour nous couper du monde mais pour nous donner envie de faire de belles choses, non parce que ce serait obligé mais parce que cela nous rendrait joyeux d’essayer un peu. Cette Parole de Dieu elle nous dit que nous pouvons chercher ce que nous pourrions faire, nous préparer, regarder le monde, l’aimer. C’est tout l’inverse ce se couper du monde.

Et Comment vivre dans le quotidien de tous les jours le sacrifice de La Croix ?
Je dirais que c’est faire un pas en avant. Ou au moins espérer faire un pas en avant. Christ est chemin (cheminement), vérité (fidélité à l’élan de Dieu comme source de vie, fidélité à sa propre personnalité, au service qu’il espère pouvoir rendre), et vie. Abraham est mis en chemin par la Parole de Dieu qu’il ressent en lui-même, Parole qui le met en route en disant « va pour toi, va vers toi-même ». Quand on avance un peu, ou quand on espère avancer comme cela, nous mourrons un peu à ce que nous étions hier, et nous vivons une nouveauté de vie. Un petit peu. Avec un peu plus de patience, un peu plus un cœur ouvert, un peu plus d’espérance pour le monde et pour telle personne. Un peu plus d’amour en vérité pour nous-même, selon Dieu. Mais ce geste, je ne vous l’apprends pas puisque c’est exactement ce que vous dites « chaque jour je cherche et j’apprends à le connaître et plus je le connais plus j’apprends à l’aimer ». Je ne peux pas mieux dire. Si ce n’est d’ajouter qu’ensuite vous pouvez vous sentir libre d’aimer le monde et chercher à aider un peu telle ou telle personne.

Ce n’est donc pas un « sacrifice » au sens où pour plaire à Dieu nous devrions nous sacrifier. Au contraire. Rien ne fait plus plaisir à Dieu que de nous voir plus en forme. Plus vivant, plus joyeux. Pour le reste, Dieu nous aime déjà d’un amour inimaginable pour nous tellement il est profond, éternel.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *