Comment considérez-vous le 4e évangile ? N’est-il pas trop éloigné de Jésus ?

Par : pasteur Marc Pernot

Saint Jean l'évangéliste, luca della Robbia, Cappella pazzi

Saint Jean l’évangéliste, souvent comparé à un aigle à cause de sa hauteur de vue

Question d’un visiteur :

Bonjour pasteur,
Je prends toujours un grand plaisir à méditer les prédications quand je vais au culte (ce qui n’est pas tous les dimanches, mais assez régulièrement).
Depuis un bon moment je me passionne pour l’exégèse et après avoir effectué pas mal de recherches j’en suis arrivé à « privilégier » les synoptiques pour tenter de retrouver le Jésus d’avant Pâques, bien qu’évidement ils soient des écrits de foi colorés de foi pascale.
L’Evangile johannique me pose bien des difficultés, en milieu catholique on tente de sauver son historicité mais j’ai l’impression qu’il s’agit plus d’un texte allégorique et spirituel.
En tant que spécialiste et libre croyant apparemment, comment considérez-vous ce texte?
Merci pasteur

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir

Et bravo de lire les évangiles, de les creuser.

Vous avez tout à fait le droit de préférer un évangile, et de moins en aimer un autre.

C’est un des avantages de ne pas avoir seulement un unique témoignage sur Jésus, mais pas moins de quatre. C’est très très précieux d’avoir cette diversité de témoignages sur la vie et les paroles de Jésus. C’est comme la vision en 3 dimensions, c’est bien plus riche. C’est vrai que Jean apporte une voix assez singulière par rapport aux trois autres, et c’est donc à mon avis très fécond. Même si on est moins sensible à l’une ou l’autre de ces quatre voix, le fait qu’il y ait cette diversité nous apprend beaucoup, cela nous empêche ou devrait nous empêcher de trop sacraliser un unique point de vue, et encore moins notre petit point de vue.

Il y a de l’allégorie dans tous les évangiles, chacun à sa façon. Par exemple en ce qui concerne le Christ et sa venue au monde : les 4 regards des évangélistes convergent mais quel est le plus allégorique, Luc qui inscrit son point de vue dans des conceptions miraculeuses ou Jean qui le dit dans une méditation sur le récit de création du monde de la Genèse ? Les deux textes sont d’une profondeur extraordinaire, ils ont nourri des milliards de croyants pendant 2000 ans, et c’est ensemble qu’ils développent ce souffle. Mais dans l’un et l’autre cas ce n’est pas un reportage historique factuel qu’ils nous proposent mais c’est pour chacun une prédication sur ce qui les a bouleversé dans la personne de Jésus.

Alors ce serait certainement plus simple pour chercher à se faire une idée vraisemblable du Jésus historique si l’on avait qu’un seul témoignage, ou presque. Mais cela ne voudrait pas dire que l’on serait plus près de la vérité, au contraire. Mais de toute façon, le sujet des évangiles n’est pas vraiment Jésus, ce n’est pas de lui que cherchent à parler les évangélistes. Il cherchent à parler de ce que Jésus leur a personnellement apporté. C’est cela qui les passionne. C’est donc un point de vue fondamentalement subjectif, heureusement subjectif car c’est cela aussi qui nous intéresse, finalement : être plus et mieux vivant nous-mêmes après cette lecture, être vivant au sens où Dieu l’entend, lui qui sait vraiment ce que c’est que la vie. Pourtant nous aimerions bien voir une photo de la tête de Jésus, entendre sa voix, le voir se déplacer, le voir sourire et rigoler, pleurer, prier… mais non. Ou plutôt si je veux le voir vivre, ce Christ, il faut que je regarde maintenant ce qui est vraiment beau dans l’humanité, et en particulier dans la personne que je rencontre. Et dans cette personne que je suis, et dans l’humanité comme un corps. Voir ce qui est enfant de Dieu en chacun.

Amitiés fraternelles

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *