Tu pleurais, Madeleine, et ton frère au tombeau (Pierre Corneille)

Illustration : chemin de prière - photo extraite de https://www.instagram.com/epg_geneve/Tu pleurais, Madeleine, et ton frère au tombeau
Ne souffrait point de trêve à ta douleur fidèle ;
Mais à peine on te dit : Viens, le Maître t’appelle,
Que ce mot de tes pleurs fait tarir le ruisseau.

Tu te lèves, tu pars, et ta douleur suivie
Des doux embrassements d’un amoureux transport,
Laissant régner la joie en ton âme ravie,
Pour chercher l’auteur de la vie,
Ne voit plus ce qu’a fait la mort.

Qu’heureux est ce moment où ce Dieu de nos cœurs
D’un profond déplaisir les élève à la joie !
Qu’heureux est ce moment où sa bonté déploie
Sur un gros d’amertume un peu de ces douceurs !

Sans lui ton âme aride à mille maux t’expose,
Tu n’es que dureté, qu’impuissance, qu’ennui ;
Et vraiment fol est l’homme alors qu’il se propose
Le vain désir de quelque chose
Qu’il faille chercher hors de lui.

Note : Il y a ici une allusion au texte de l’Evangile selon Jean 11, où Marie est appelée par sa sœur Marthe vers Jésus, alors qu’elles sont en deuil de leur frère Lazare (Corneille pensant que cette Marie sœur de Marthe est la même que Marie-Madeleine).

Pierre Corneille (1606-1684)
dramaturge

N’hésitez pas à proposer une prière qui vous a aidé à prier.

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *