Faire une Profession de foi ou Confirmation de son baptême

Par : pasteur Marc Pernot

Illustration : femme baptisée - Image: 'tiffany dunked' by Camille King 
 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/ http://www.flickr.com/photos/48889042674@N01/1480973Bien des personnes sentent que leur vie mérite de laisser une place à la question de Dieu dans leur vie. D’expérience, cela arrive souvent parce que :

  • La moitié des personnes m’ayant demandé un baptême d’adulte ou une profession de foi ont « senti » quelque chose comme un amour immense qui les gardait. Cela a pu être une expérience vive et unique comme pour l’apôtre Paul ou comme le philosophe et physicien Blaise Pascal (entre bien d’autres). Cela peut être de façon plus diffuse, plus discrète, mais cette expérience mystique leur a laissé une conviction profonde qu’ils cherchent ensuite à comprendre et explorer. La moitié des croyants n’a pas eu ce type d’expérience, ou ne s’exprime pas comme cela, qu’importe, chacun sa sensibilité.
  • Un quart des personnes m’ayant demandé un baptême d’adulte ou une profession de foi sont venues motivées par l’admiration qu’elles ont pour une grand mère ou un ami dont la foi rayonnante les avait touché.
  • Et le denier quart vient par intérêt intellectuel et existentiel, cherchant du sens à leur vie, voulant prendre leur vie en main plutôt que de se laisser ballotter par les circonstances et les influences diverses.

Il peut y avoir d’autres raisons, il est possible de cumuler plusieurs raisons motivant cette démarche. Elle a pu être solitaire pendant un certain temps, se nourrissant de lectures et de rencontres. Après un certain temps, la personne cherche à approfondir cette démarche dans une dimension collective. Comme le dit Montaigne : « le commerce des hommes est merveilleusement propre… pour frotter et limer notre cervelle contre celle d’autrui » (Les Essais, I:25). Il ne s’agit pas simplement d’affiner notre pensée mais « notre cervelle » c’est à dire notre capacité à penser : pas simplement notre théologie, notre morale ou notre philosophie, mais travailler notre façon de les élaborer, de chercher la solution, notre façon d’interpréter la Bible et le monde qui nous entoure, notre façon de prier.

Voilà donc la personne désireuse de laisser une place à Dieu dans sa vie et à participer à son rythme, à sa façon à la vie de l’église. Rien n’oblige de s’inscrire sur un fichier, ni de faire un don, ni de demander le baptême. Tout cela est facultatif. Il n’est pas non plus obligatoire de demander le baptême ni de faire une profession de foi pour devenir officiellement protestant. Mais il s’avère que pour bien des personnes cela aide de poser un geste fort pour marquer cette dimension supplémentaire dans leur vie. Certes, cela demande du courage, mais précisément, ce courage fait du bien. Le premier pas peut être plus simple en commençant par dialoguer avec un pasteur par mail, ou en allant au culte anonymement une fois pour voir à quoi cela ressemble avant de prendre un rendez-vous avec le pasteur (cela ne le dérange pas, c’est son métier, et il aime ça).

Si la personne qui désire faire une profession de foi n’a pas été baptisée, elle pourra l’être avant de faire ensuite sa profession de foi. Si la personne a été baptisée auparavant dans une église chrétienne, le baptême n’est jamais refait, nous reconnaissons en effet sans restriction tout baptême chrétien. La profession de foi est alors une « confirmation » de l’alliance de son baptême.

Ensuite, cela dépend de la sensibilité de chacun. Je connais une personne qui a préparé son baptême pendant 7 ans, lisant la Bible entièrement, suivant bien des cultes, un cycle d’initiation à la théologie, abordant même la lectures de grands théologiens, et des séances de discussion avec le pasteur. D’autres personnes sont déjà prêtes et le plus compliqué est alors de choisir la date avec le pasteur et l’agenda de l »église. Il y a ensuite à personnaliser cet événement. Et à le vivre, ce qui est un moment de grâce, un cadeau pour le premier intéressé, pour les personnes participant au culte et pour le pasteur.

La communion rappelle à la fois le baptême et la profession de foi. Le pain et le vin offert rappelant tout ce que Dieu nous donne en Christ (par grâce), et le fait de prendre et de manger le pain ou le vin est une réponse à ces dons de Dieu (la foi).

pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *