« On t’a fait connaître ce qui est bien : c’est que tu pratiques la justice… » (Michée 6:8)

jeune femme lisant la Bible sur un ponton - Bethany Laird↪ « On t’a fait connaître, ô humain, 
ce qui est bien, et ce que l’Eternel demande de toi,
C’est que tu pratiques la justice,
Que tu aimes la miséricorde,
Et que tu marches humblement avec ton Dieu
. »
(Michée 6:8)

⤑ Ce verset du livre du prophète Michée met en scène un homme qui demande à Dieu comment faire pour lui plaire.

  • Est-ce que le sacrifice de milliers de veaux et de béliers, ou de quelque dizaines de milliers de torrents d’huile parfumée versés sur l’autel lui feraient plaisir ? Ou de donner des sous ?
  • Ou faudrait-il aille jusqu’au sacrifice de son fils aîné ?
  • Ou faudrait-il absolument être persuadé de ceci ou de cela, ou prier bien comme il faut…

C’est à de telle folle surenchère que nous devrions arriver s’il fallait acheter l’amour de Dieu pour nous. La réponse du livre de Michée est tout à fait dans le sens de l’Évangile du Christ. Ce que Dieu nous demande, ce n’est pas le prix de son amour, ni même le prix de ce qu’il nous a déjà donné dans notre existence présente et pour notre existence future.

L’amour de Dieu pour chacune et chacun de nous, comme tout amour vrai, ne s’achète pas, il se donne joyeusement, sans condition, dans l’espérance. Dieu nous a donné, non seulement notre vie, mais aussi des torrents de bénédiction, il nous a même envoyé son Fils qui s’est donné pour nous bien que nous soyons pécheurs… Tout ce que Dieu nous a donné a été donné par amour, Dieu l’a offert de bon cœur, et nous ne lui devons donc rien.

Mais selon Michée ce que Dieu nous demande, parce qu’il nous aime, c’est de faire le bien tout simplement parce que c’est bien, parce qu’alors nous marchons avec lui comme la main dans la main, faisant du bien, embellissant le monde, notre vie et celle d’autres autour de nous.

Il ne nous commande même pas d’aimer, mais d’aimer l’amour, d’aimer cette tendresse que l’on appelle parfois « la miséricorde » et qui est par exemple celle d’une maman pour son enfant.

Mais alors, pourquoi alors chanter Dieu, le prier, étudier la Bible, aller même le dimanche matin ( ! ) à l’église ? Ce n’est pas pour acheter la grâce de Dieu, en tout cas. C’est d’abord une joie, c’est comme de marcher avec une personne que l’on aime. C’est une joie de bavarder avec lui, une joie de dire merci à Dieu comme à quelqu’un que l’on aime, joie d’être aimé par lui, si fidèle. Qu’ll est bon de l’aimer ainsi, gratuitement, pour le plaisir

La grâce circule ainsi dans nos vies comme le sang dans nos veines. Ce geste est un aussi un geste d’humilité devant Dieu, avec les autres et pour les autres, si différents. Nous avons besoin des autres et de Dieu pour mieux discerner le bien, faire ce qui est juste au moment juste, avec un amour vrai. Que Dieu nous bénisse ainsi en Christ.

par : pasteur Marc Pernot

Vous pouvez partager en commentaire ce que ce verset vous dit, à vous, aujourd’hui…

Aller vers la liste des simples versets médités

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *