Jésus à Pierre : Jette l’épée dans le fourreau. Ne boirais-je pas la coupe que le Père m’a donnée ? (Jean 18:11)

femme assise, tenant une bible et regardant pensivement au loin - Photo by Priscilla Du Preez on Unsplash↪ Jésus dit à Pierre : « Jette l’épée dans le fourreau. Ne boirais-je pas la coupe que le Père m’a donnée ? » (Jean 18:11).

⤑ Longtemps, Jésus a fait face à ses adversaires, ou a esquivé la lutte en se protégeant dans une autre région moins exposée. Mais ce jour là, à ce point de son ministère, Jésus sent que c’est une autre attitude qu’il doit avoir, et faire face, sans défense.

⤑ Il a discerné cela dans la prière, comme souvent, se retirant seul pour prier dans la nuit à chaque moment difficile, et revenant quand il tenait son orientation. Cette nuit là encore il a prié, cherchant une issue tournée vers la vie. Ce qui lui vient comme exaucement de sa prière est cette détermination de « boire la coupe que le Père lui a donnée ». Manifestement, Jésus hésite encore puisque c’est à l’interrogatif qu’il s’exprime, cette suspension dans ce que l’on pense être juste est fidèle. Il va tenir, par la foi.

⤑ Quand nous sommes pris par un sentiment de peur, d’agressivité, quand nous nous sentons acculé, quand nos forces tremblent, quand nous hésitons : c’est le signe qu’il est temps de prier. Peut-être serons nous accompagné par Dieu à trouver une autre option, ou à tenir bon ? C’est avec l’esprit disposé à toute surprise que nous prions, dans la confiance. Dieu est la source de la vie, de la vie plus forte que la mort.

par : pasteur Marc Pernot

Vous pouvez partager en commentaire ce que ce verset vous dit, à vous, aujourd’hui…

Aller vers la liste des simples versets médités

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *