« À celui qui a, il sera donné et il sera dans la surabondance, mais à celui qui n’a pas… » (Sandrine landeau)

Office du milieu du jour, 23 avril 2020

Psaume 46

Au chef de choeur : un cantique des Qoréites pour voix de soprano

Dieu est pour nous un rempart, il est un refuge, un secours toujours offert lorsque vient la détresse. Aussi nous ne craignons rien quand la terre est secouée, quand les montagnes s’effondrent, basculant au fond des mers, quand, grondant et bouillonnant, les flots de mer se soulèvent et ébranlent les montagnes.

Pause

Il est un cours d’eau dont les bras réjouissent la cité de Dieu, la demeure sainte du Très-Haut. Dieu réside au milieu d’elle, elle n’est pas ébranlée, car Dieu vient à son secours dès le point du jour. Des peuples s’agitent et des royaumes s’effondrent : la voix de Dieu retentit et la terre se dissout. Avec nous est l’Eternel des armées célestes, nous avons pour citadelle le Dieu de Jacob.

Pause

Venez, contemplez tout ce que l’Eternel fait, les ravages qu’il opère sur la terre. Il fait cesser les combats jusqu’aux confins de la terre : l’arc, il l’a brisé et il a rompu la lance, il a consumé au feu tous les chars de guerre. « Arrêtez, reconnaissez-moi pour Dieu. Je serai glorifié par les peuples, je serai glorifié sur la terre. »

Avec nous est l’Eternel des armées célestes. Nous avons pour citadelle le Dieu de Jacob.

Pause

Matthieu 13,10-17

Les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? ».

Il leur répondit : « Parce qu’à vous il est donné de connaître les mystères du royaume des cieux, tandis qu’à ceux-là ce n’est pas donné. Car à celui qui a, il sera donné, et il sera dans la surabondance ; mais à celui qui n’a pas, même ce qu’il a lui sera retiré. Voici pourquoi je leur parle en paraboles : parce qu’ils regardent sans regarder et qu’ils entendent sans entendre ni comprendre. Et pour eux s’accomplit la prophétie d’Esaïe qui dit : ‘Vous aurez beau entendre, vous ne comprendrez pas. Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas. Car le cœur de ce peuple s’est épaissi, ils sont devenus durs d’oreille, ils se sont bouché les yeux, pour ne pas voir de leurs yeux, ne pas entendre de leurs oreilles, ne pas comprendre avec leur cœur, et pour ne pas se convertir. Moi, je les guérirai.’

Mais vous, heureux vos yeux parce qu’ils voient, et vos oreilles parce qu’elles entendent ! En vérité je vous le déclare, beaucoup de prophètes, beaucoup de justes ont désiré voir ce que vous voyez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l’ont pas entendu. »

 

Méditation

Quand j’étais au lycée, mon prof de sport avait un système de notation étrange : à la note obtenue, sur la base de la bonne volonté mise au travail et du résultat, il appliquait un coefficient multiplicateur compris entre 0,7 et 1,2 déterminé par un tournoi – les moins bons au tournoi ayant le coefficient 0,7, les meilleurs le coefficient 1,2. Si donc, comme moi, on y a mis un peu de bonne volonté sans grand enthousiasme, et qu’on n’est pas très bien coordonnée, on a une première note autour de 10 sur 20. Et puis on fait ce tournoi, et comme on n’est toujours pas très bien coordonnée, on se retrouve dernière ou avant-dernière du tournoi, et on applique à cette note un coefficient de 0,7 : on se retrouve avec une note finale 7 sur 20. A celle qui n’a pas (de don particulier en sport), on retire même le peu de résultat obtenu… Et inversement celui qui est plutôt bon et y a mis de l’enthousiasme a une note de base de disons 16 sur 20, et se retrouve premier du tournoi. On applique donc à sa note le coefficient 1,2, ce qui lui donne une note finale de 19,2. A celui qui a (du talent et du goût pour le sport), on donne encore et il est dans la surabondance.

Je trouvais ça particulièrement démotivant et injuste. Alors quand Jésus semble tenir le même genre de discours que mon prof de l’époque, ça m’inquiète ! Ce que ma réaction illustre, c’est que nous lisons toujours un texte à partir de nos expériences vécues, de nos blessures, de nos présupposés (car cette situation qui semble anecdotique en a vraiment été une pour moi, qui m’a tenue éloignée de toute pratique sportive pendant fort longtemps!!). Pour moi quand je lis une phrase comme ça, tous mes voyants d’alerte intérieurs s’allument…

La différence cependant entre les deux situations, c’est que j’ai une relation confiante avec Jésus : je fais confiance à Jésus et au Dieu qu’il est venu manifester, c’est ce qu’on appelle la foi. D’expérience, les récits bibliques viennent interroger ma vie, mettre en question ces réactions instinctives, pour ouvrir de nouveaux possibles, pas pour m’enfermer dans un condamnation au malheur. Ancrée dans la confiance que je fais à Jésus, je peux donc chercher plus loin que ma première réaction de rejet.

D’une certaine façon, le fait d’accepter de chercher plus loin que ma première réaction valide en fait ce qui me hérisse pourtant : c’est bien parce que j’ai déjà une relation confiante que je peux aller plus loin et découvrir de nouveaux trésors… Et donc oui, à celle qui a déjà (une certaine familiarité confiante, basée sur mon expérience et celle de millions de croyants à travers l’espace et le temps, que « le Dieu que me raconte la Bible me veut du bien »), il sera donné une nouvelle confirmation de cette foi ! La confiance, l’amour, se nourrisse du don qui en est fait. La première partie de cette phrase se vérifie donc par l’expérience.

Mais comment comprendre la deuxième partie de cette assertion : « à celui qui n’a pas, même ce qu’il a lui sera retiré ». ça ressemble à une condamnation sans appel : si tu n’as pas déjà la foi, la confiance en l’amour donné, tu ne l’auras jamais… Jésus n’étant pas adepte des condamnations sans appel, une telle phrase doit donc nous pousser à chercher plus loin. Une première piste, c’est l’absurdité du propos : comment ôter ce qu’il a à quelqu’un qui n’a rien ? Si vous n’avez rien, on ne peut rien vous prendre ! Et d’ailleurs, de quoi parle-t-on ? Qu’est-ce qu’il s’agit d’avoir ou de ne pas avoir ? Jésus ne parle évidemment pas de notes, ni d’aucun bien matériel. Il s’adresse à ses disciples et il leur dit qu’ils ont déjà quelque chose et qu’il leur est donné en plus, en surabondance, la connaissance des mystères du royaume des cieux. Qu’est-ce qu’ils ont donc, que les foules n’ont pas ? Ils ont une relation avec Jésus, une relation vivante, confiante, nourrie au quotidien, qui s’enrichit de chaque nouveau jour passé avec lui, une relation d’amour. Mais cette relation n’a pas toujours existé sur ce mode : ils ont été rencontrés par Jésus, il les a appelés, et c’est à partir de cet appel que cette relation s’est construite. Il y a eu un don premier.

La bonne nouvelle manifestée par Jésus, c’est que ce don premier est adressé à tous et toutes : l’amour de Dieu est donné, il est ce que nous avons et à partir de quoi construire, développer, vivre de la surabondance. Personne n’est dans le cas de celui qui n’a rien ! Il y a toujours déjà quelque chose, quelque chose à partir de quoi grandir. Jésus s’adresse à la foule, certes en paraboles et peut- être pas de façon aussi claire que le voudraient les disciples, mais il s’adresse à elle. Et il le fait de manière à pouvoir être entendu, même si cela paraît étrange à ses disciples. La prophétie d’Esaïe parle de situations qui peut-être empêchent de voir, d’expérimenter cet amour, cette confiance donnée : de ce qui nous bouche les yeux, les oreilles et le cœur. La foule, à laquelle nous ressemblons parfois, est dans cette situation d’aveuglement, de surdité, d’incompréhension. Dans ce type de situation, ce n’est pas un discours intellectuel, un cours magistral, une explication, qui peut percer l’armure, mais bien plutôt quelque chose qui crée la surprise, qui intrigue et qui oblige à sortir de nos sentiers de réflexion creusés d’ornières. C’est le rôle des paraboles, et ça marche : 2000 ans plus tard, ces petits récits intrigants continuent à jouer leur rôle de poil à gratter, à nous interpeller, et à donner un peu de nourriture à cet amour qui est déjà là, donné en premier, et qui ne demande qu’à grandir.

La prophétie n’est donc pas une condamnation, mais un constat : il est des traits de caractère, des expériences, des blessures, qui nous empêchent parfois de voir, d’écouter, de comprendre. Et même une promesse : Dieu vient guérir cela, vient toujours à nouveau frapper, jusqu’à ce que la porte s’entrouvre juste un tout petit peu, et nourrit l’amour qui est déjà là, le fait grandir toujours un peu plus.

Au début de ma relation avec Jésus, de ma lecture des textes bibliques, je n’aurais pas compris, pas voulu comprendre cette parole, tant elle ressemble au premier abord à des paroles injustes et tant elle semblait justifier des situations négatives de ma vie. Et ce n’est pas grave : à ce commencement de mon parcours, d’autres mots m’ont touchée, qui me permettent, un pas après l’autre, d’avancer sur le chemin de la foi, et d’en comprendre d’autres, moins accessibles au premier abord. Ce chemin est unique, propre à chacun et à chacune, mais personne n’y est seul : Dieu toujours nous y précède, nous y invite, un pas après l’autre, dans l’assurance de son amour.

Et puisque ces paroles de Jésus viennent entre la parabole du semeur et son explication, je ne résiste pas au plaisir de vous inviter pour terminer à la contemplation du semeur de Van Gogh, un semeur qui continue à semer toujours et malgré tout, et qui nous dit qu’il y a des graines déjà là, qui ne demandent qu’à pousser :

Van Goch : le semeur - Arles, novembre 1888 (huile sur toile, 32,5x40,3. Van Gogh Museum, Amsterdam)

Arles, novembre 1888 (huile sur toile, 32,5×40,3. Van Gogh Museum, Amsterdam)

Prière (Antoine Nouis)

L’apôtre Paul nous dit : « Soyez toujours joyeux ! La grâce du Seigneur soit avec vous ! Soyez en paix les uns avec les autres! »

Aujourd’hui des frères et sœurs en humanité ne sont pas joyeux car ils connaissent la solitude, la peur, la faim, la souffrance et la maladie. Aujourd’hui des frères et sœurs en humanité ne sont pas en paix car ils vivent la haine, la violence, l’oppression et la rancune. Aujourd’hui des frères et sœurs en humanité ne vivent pas la grâce, car ils sont prisonniers de leurs idoles, de l’orgueil et de la cupidité, des esprits mauvais et de leur égoïsme.

Nous te prions pour que notre monde vive ces paroles que tu nous a laissées.Nous te remettons toutes celles et ceux que tu confies à notre prière, et particulièrement celles et ceux qui ne trouvent pas la joie, celles et ceux qui ne sont pas en paix, celles et ceux qui ne vivent pas la grâce, parce que parfois l’épreuve est trop lourde, la ténèbre trop épaisse, l’espérance trop lointaine.

Nous te remettons les chefs des peuples et les fonctionnaires, pour qu’ils aient à cœur de promouvoir la justice et la paix.Nous te remettons les chercheuses et les médecins, pour que tu les soutiennes et les inspires, qu’elles trouvent, guérissent, relèvent.

Nous te remettons les familles et les communautés pour qu’elles soient des lieux de partage, d’amour et de réconciliation.

Nous te remettons nos Eglises, pour qu’elles proclament et vivent ta justice et ta libération.

Seigneur nous voici devant toi les mains ouvertes comme des mendiants pour que tu nous donnes ta joie, ta grâce et ta paix.

Et si, d’une manière ou d’une autre, nous pouvons être des anges de tes commandements et les répandre autour de nous montre-nous le chemin, ouvre nos yeux et éveille notre imagination.

Envoi et bénédiction

Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta descendance, en aimant le Seigneur ton Dieu, en écoutant sa voix, en vous attachant à lui. C’est là que se trouve ta vie, une longue vie sur la terre que le Seigneur a juré de donner à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob. (Dt 30, 19-20)

C’est la bénédiction de Dieu est le trésor inaliénable qui nous est offert, et qui nous donne la force de choisir la vie :

Le Dieu de la vie te bénit et te garde, il te donne sa joie, sa grâce et sa paix.

Va dans la paix.

Amen

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...