Dieu : Notre Mère qui est aux cieux (selon la Bible elle-même)

Par : pasteur Marc Pernot

La Vierge au coussin vert. Andrea di BARTOLO, dit SOLARIO. 1507-1510 Musée du LouvreVoici quelques versets de la Bible qui présentent Dieu comme une tendre maman pour nous. Et ça fait du bien !

 

Il disait : L’Éternel m’a abandonné,
Le Seigneur m’a oublié !
L’Éternel répond :
Une femme oublie-t-elle son nourrisson ?
N’a-t-elle pas compassion du fils de ses entrailles ?
Quand elle l’oublierait,
Moi je ne t’oublierai pas. (Ésaïe 49:14-15)

 

L’Éternel répond : J’ai longtemps gardé le silence,
Je me tais, je me contiens ;
Je gémis comme une femme en train d’accoucher,
Je suis haletant et je souffle tout à la fois. (Ésaïe 42:14)

 

Mais toi : Tu as dédaigné le Rocher qui t’a fait naître,
Et tu as oublié le Dieu qui t’a engendré. (Deutéronome 32:18)

 

Ainsi parle l’Éternel :
Voici que je dirigerai vers elle la paix comme un fleuve,
Et la gloire des nations comme un torrent débordé,
Et vous serez allaités ;
Vous serez portés sur les bras
Et caressés sur les genoux.
Comme un homme que sa mère console,
Ainsi moi je vous consolerai ;
Vous serez consolés à Jérusalem. (Ésaïe 66:13)

 

Comme un enfant sevré auprès de sa mère,
Mon âme est en moi comme un enfant sevré.
Mettez votre confiance en l’Éternel,
Dès maintenant et pour toujours ! (Psaume 131:2-3)

 

Voici l’œuvre du Dieu aux deux seins (Shaddaï), qui te bénira :
Des bénédictions des cieux en haut,
Des bénédictions des eaux en bas,
Des bénédictions des mamelles et du sein maternel. (Genèse 49:25)

 

Voir aussi Les transcriptions de théologiennes du XXe siècle sur cette page

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Milenge dit :

    Merci beaucoup pour ce raisonnement théologique. Mais comment pourrions nous considérer notre Dieu comme une femme ou un homme pourtant on nous dit aux cieux pas de sexe. Nous voulons par votre aide comprendre notre réflexion  » pas de sexe au ciel »

    • Marc Pernot dit :

      Il est clair qu’au sens physique, Dieu n’a pas de sexe, il n’a pas non plus de mains, ni de visage… ce sont des images et nous en sommes tous bien conscients.

      • La main de Dieu évoque son pouvoir de créer?
      • Son visage évoque sa personne et son attention?
      • Son côté masculin et féminin font référence aux rôles traditionnels du père et de la mère dans la famille il y a 3000 ans au moyen-orient. Le côté féminin de Dieu serait plutôt dans le fait de donner la vie, dans l’allaitement, dans la tendresse, dans l’éducation. Le côté masculin est plus dans l’autorité, dans le fait de transmettre son métier, de protéger de la mort ?

      C’est vrai que ces images sont très très schématiques pour parler de Dieu, mais pour parler de lui/elle qui est radicalement unique en son genre, il faudrait inventer un vocabulaire qui soit spécifique.C’est comme si nous voulions expliquer quel est le goût de la fraise à une personen qui n’a jamais goûté de fruits. Pas facile, on serait obligé d’utiliser des images. De même pour Dieu, c’ets pourquoi il est utile de savoir ce que l’on fait en le faisant.

      • Pascale dit :

        Comme image de Dieu-Père, en complément de celles de l’autorité et de la transmission, j’aime bien celle-ci car je la trouve source de joie : contrairement à ce qui le relie à sa mère qui le met au monde, un enfant est l’enfant de son père parce que le père le reconnait comme tel.

        • Marc Pernot dit :

          C’est vrai. Néanmoins, même quand elle est la génitrice du corps d’un enfant, la mère aussi est amenée à adopter son enfant, tel qu’il ou elle est. Et ce n’est jamais une évidence. Le physique n’est qu’une dimension. Et quand bien même le père ou la mère ne seraient pas géniteur, au sens physique du terme, finalement cela ne change pas l’importance de ce lien à créer. D’ailleurs pour l’enfant aussi ce n’est pas rien d' »adopter » ses parents, de faire le deuil des parents que l’on rêve ?

          • Pascale dit :

            Pour poursuivre l’analogie, ce n’est pas non plus toujours facile d’abandonner le Dieu que l’on rêve !

  1. 21 février 2021

    […] l’on examine le texte biblique dans le détail », renchérit Lauriane Savoy. Sur son blog, le pasteur Marc Pernot a ainsi compilé des extraits de la Bible assimilant Dieu à une femme ou […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *