J’ai une question sur le mariage et le divorce de chrétiens ? Dieu accepte ? Et permet de refaire sa vie ?

pieds d'un couple avec un chat au regard inquiet - Photo by Hutomo Abrianto on UnsplashPar : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour Pasteur

J’ai une question sur le mariage et le divorce ?

Pourquoi Dieu hait t’il le divorce ?

Si on est marié 1, 2 fois voir même 3 Qu’elle mariage est reconnu devant Dieu ?

Qu’à voulu dire l’Apôtre Paul concernant le Lien du mariage selon Romains 7.2

Étant donné que sous la nouvelle alliance Jesus est venu rétablir le royaume de Dieu
Au lieu de divorcer comme les paiens est-ce que ce n’est pas mieux de se réconcilier (Selon le cas par cas)

De nos jours les églises chrétiennes ont un taux de divorce plus élevé que dans la monde.

Qu’en pensez-vous et comment y remédier ?

Bien cordialement,

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

D’une manière générale, Jésus n’est pas du tout moralisateur, donnant des règles, des commandements et des lois auxquelles nous devrions nous soumettre.
Sa façon de procéder est tout autre, ce qu’il propose est un autre type de fonctionnement :

  • Il y a un idéal, qui par définition est d’une élévation infinie, être parfait comme Dieu lui-même est parfait.
  • Ensuite, cet idéal est fait pour s’incarner dans notre existence, dans notre être et dans notre vie. Bien entendu, comme nous ne sommes pas parfaits, et que la vie en ce monde connaît des contraintes, celles de la réalité matérielle, il y a la nécessité de chercher un chemin optimum.

Je pense que nous sommes tous d’accord pour dire que quand on se marie c’est avec l’intention de fonder un couple pour toute la vie avec une personne que l’on aime et qui nous aime.

Ensuite, c’est vrai que la vie est plus compliquée. Quand on aime une personne, cet amour est un amour humain d’une personne humaine. Notre amour est en partie du désir, c’est en partie de l’amour de l’idée d’être en couple, c’est l’amour d’une personne que nous ne connaissons qu’en partie, car nous ne connaissons jamais personne entièrement (heureusement), même après des années de mariage, et encore moins après l’avoir fréquentée quelques mois ou quelques années seulement alors que la passion amoureuse peut nous submerger.

Ensuite, je dois reconnaître que bien des hommes deviennent maltraitants après quelques mois ou années de vie en couple alors qu’au début ils étaient adorables. Et dans ce cas, il n’est pas question de rester avec un homme qui fait preuve de violence, bien sûr. Mais ce n’était pas facile à deviner quand on s’est marié. Quant à la fidélité, bien sûr que l’on n’épouse pas un fiancé infidèle, mais il arrive qu’après quelques années de vie commune certains maris ou épouses cèdent parfois à la tentation de l’infidélité, faut-il alors rester avec ? Je ne suis pas du tout certain que ce soit supportable, que cela doive être supporté (ensuite, chacun vit sa vie). La question n’est pas celle du pardon (la colère et la déception vive sont normales, et il est bon d’arriver à ne pas avoir de volonté de malheur pour la personen qui vous a trahie). Mais la question est souvent une question de survie de notre personne en tant que personne, et même parfois en terme de survie de notre intégrité physique.

Le divorce ne doit pas être une façon de zapper un conjoint pour en prendre un nouveau, comme on change de portable ou de pull. Ce n’est pas que Dieu serait fâché contre nous (lui est d’une fidélité parfaite et éternelle pour nous, en toute circonstance). C’est que zapper son conjoint n’est pas une belle façon de cheminer dans sa vie. C’est vrai que la vie humaine est courte, alors plutôt que de multiplier les expériences superficielles, il me semble qu’il est plus favorable, plus beau et plus vrai d’approfondir une vraie relation vivante, évolutive dans le temps, avec une même personne. Tant qu’il y a un vrai respect mutuel, en tout cas.

Donc nous sommes tous d’accord pour l’idéal visé. Par Dieu, par le Christ, et par chacune et chacun de nous. C’est celui d’un couple vivant d’amour et donc de respect, d’amitié, de complicité, de romantisme…. pour toute la vie. Ensuite, il y a la réalité plus complexe. Et en ce qui concerne cette réalité plus complexe, on n’a pas seulement à choisir entre le bien d’un côté et le mal de l’autre mais entre des solutions qui sont toutes mitigées, ayant une part de bien et une part de mal. Le discernement est à faire en chacun, dans sa conscience et dans son intelligence. Et pour cela, nous avons grand besoin de l’aide de Dieu pour éclairer notre intelligence. Discerner la meilleure et parfois la moins mauvaise des solutions. Besoin d’aide pour nous réconcilier et prendre un nouveau et bon chemin de couple ensemble, parfois. Besoin d’aide de Dieu pour se séparer si c’est mieux, parfois. Besoin d’aide de Dieu pour nous pacifier, pour faire le deuil d’un idéal déçu, et pour reprendre souffle, vie, espérance.

Et si l’on divorce, bien sûr que Dieu nous accompagne pour que ce soit le plus humainement possible, et Dieu nous accompagne dans la suite de notre route. Peut-être cette fois là pour bâtir un vrai couple, enfin.

Je ne pense pas que le couple chrétien soit pire qu’un autre. Je ne le pense vraiment pas. Car la foi est une aide puissante pour avoir plus de respect, plus de profondeur de sentiment, plus d’esprit de service pour aider l’autre à s’épanouir dans ce qu’il a de meilleur, La foi de l’autre est donc une grande chance pour nous-même et pour notre couple. Je le pense sincèrement (sauf quand cette foi tourne à l’intégrisme, et donc n’est pas une ouverture à Dieu et aux autres, mais une fermeture, un amour d’une religion plus que de Dieu, et une fermeture à ceux qui ne sont pas de notre religion). Si vos statistiques sur le taux de divorce des chrétiens sont exactes, cela pourrait s’expliquer autrement : peut-être que le couple de chrétiens a plus tendance à s’engager dans le mariage et donc divorce plus que ceux qui sont dans une vision plus fluide des relations, passant d’un partenaire à l’autre ? Peut-être que l’idée de fidélité à une alliance est très importante pour le chrétien, habitué à la fidélité de Dieu ?

En tout cas, oui, la foi, la recherche de discernement éclairé par l’Esprit de Dieu, l’amour-respect et service mutuel (agapè), l’engagement, se placer chaque jour dans la prière face à Dieu, dans un humble exercice pour demander à Dieu de plus et mieux vivre notre idéal de vie que nous trace le Christ, je pense que cela aide à vivre et à faire vivre.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Kayla dit :

    Bonjour Pasteur!

    Une question me tracasse. Dieu est amour et nous laisse libres de nos choix et nous accepte et nous accompagne, même quand nos choix ne sont pas les meilleurs.
    La question concerne le divorce. Beaucoup de Pasteurs se basent sur la Bible pour dénoncer le divorce et encourager les couples à se supporter malgré les difficultés, à ne pas divorcer mais prier pour que l’autre change et devienne meilleur.
    – Dieu nous en veut-il réellement en cas de divorce ?
    – Y a-t-il des mauvais mariages (sans la présence de Dieu) ou alors Dieu approuve tout mariage que nous contractons librement?
    – Le divorce ne doit jamais être une option même en cas d’infidélité, de rabaissement, d’humiliation, de mépris ou de violence, même verbale de l’autre? Faut-il tout supporter pour ne pas contrarier Dieu en divorçant?

    Merci pour vos réponses!

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour.

      Sur la question du divorce, voir la question ci-dessus.

      Tout le monde est d’accord pour dire que la visée du mariage est dans la fidélité pour la vie entière. Le divorce n’est donc pas bon. Cependant il y a des situations où le divorce est la moins mauvaise des solutions. Nous le savons tous. En particulier quand il y a des violences psychologiques ou physiques, l’enchaînement conduit trop souvent à la mort ou à de graves blessures morales et spirituelles chez l’autre conjoint (souvent la femme), et chez les enfants éventuels. Dans ce cas, dénoncer le divorce est criminel, c’est se rendre complice de tortures et de meurtres sur conjoints.

      L’Evangile c’est fondamentalement l’annonce que Dieu comprend et pardonne, qu’il accompagne. Comme vous dites, s’il y a de la violence, humiliation, manque de respect : la meilleure solution (la moins mauvaise des solutions) est de quitter. C’est bien souvent une question de survie. Par contre, oui, quand c’est simplement la lassitude ou l’envie de nouveauté, entrer en soi-même et prier pour demander un renouveau du couple est une excellente idée.

      Dieu accompagne chacune et chacun même dans des chemins improbable. C’est la promesse faite à Jacob par l’Eternel : je t’accompagnerai où tu iras, et s’il faut, je t’aiderai à retrouver un bon chemin si tu te perds ». C’est à dire que même si nous nous égarons un peu, Dieu continue à accompagner, bien sûr, il redouble même d’accompagnement et de bienveillance, comme le ferait n’importe quelle mère ou père si son enfant est en difficulté. Avec amour et soins.

      N’ayez donc aucune crainte que Dieu vous laisse tomber. Au contraire.

      Il nous aide à choisir la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *