Quelle est la conception du mariage dans la bible, elle ne me semble pas celle d’aujourd’hui ?

Jambes des marié.es avec des jolies baskets - Image par nihan güzel daştan de Pixabay

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour,

J’aimerais avoir une clarification concernant la conception du mariage dans la bible car il me semble que la conception que nous avons aujourd’hui du mariage religieux ou du mariage civil ne correspond pas à celle de l’époque.

Merci d’avance.

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir Monsieur

Votre question est intéressante. En particulier de réfléchir Bible en main.

Cela dit, sur ce genre de questions d’éthique sociale et familiale, il me semble qu’il faut être très très prudent avant de prendre la Bible comme un livre de réponses. Il me semble mieux de se nourrir d’un questionnement d’un autre niveau à partir de la Bible. En effet, en Christ, la Parole de Dieu prend chair, elle est vivante et se contextualise, change avec le contexte précis.

    • C’est ainsi que du temps d’Abraham ou de David il était normal d’avoir de nombreuses épouses et éventuellement de leur faire un enfant en couchant avec la servante. Aujourd’hui cela n’est même pas envisageable, car nous avons cheminé depuis, grâce à Dieu et grâce à l’Evangile du Christ qui nous a montré la valeur extraordinaire de la personne individuelle.
    • Autre exemple : Ruth 4:11 est un des très très rares passages de la Bible où on évoque un petit peu comment se passait un mariage, la bénédiction est surtout pour la fécondité de la femme. Aujourd’hui, nous pensons plus à une vision du couple plus équilibrée, plus élevée, plus profonde, et en particulier où la femme n’est pas d’abord et presque exclusivement intéressante pour son ventre. De plus, dans cette histoire, Ruth va quasiment violer Boaz afin qu’il l’épouse. Une conception du mariage qui reposerait sur ces textes serait dangereuse, par contre, dans ces textes il est possible de tirer des pistes passionnantes pour avancer d’une belle façon.
    • Autre exemple, Paul dit que « 1 Corinthiens 7:4 « Ce n’est pas la femme qui dispose de son corps, c’est son mari. De même, ce n’est pas le mari qui dispose de son corps, c’est sa femme… » : cela encourage le viol conjugal, inacceptable aujourd’hui, grâce en particulier à l’importance de la personne humaine individuelle que montrait Jésus, pour un homme comme pour une femme.
    • Quant à ce passage « De même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leur mari en toutes choses. » (Ephésiens 5:24), il a fait, et il fait encore des morts, les femmes pouvant comprendre qu’elles devraient obéir, et se laisser maltraiter (il n’y a pas marqué que la femme doive mettre de limites à cette soumission, par exemple quand le mari n’aimerait pas sa femme comme Christ a aimé l’Eglise)…
      • Dans ce domaine, je pense que le « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » de Jésus apporte énormément dans le couple.
      • Ou le « aimez Dieu de tout votre être et votre prochain comme vous -même » encore de Jésus, qui articule bien ces trois amours : celui de Dieu, fondateur, inspirant et nous soutenant, l’amour de l’autre, et l’amour de soi même qui fait que l’on ne peut se laisser maltraiter comme on ne maltraite pas l’autre, au contraire, on travaille en parallèle à ce double épanouissement, et de son conjoint et de soi-même, quand l’un est en forme il contribue alors bien mieux aussi au service de l’autre.
      • C’est ce genre de versets, qui ne parlent pas spécifiquement du mariage, que nous chercherons utilement à mettre en œuvre dans une conception et une éthique du mariage, me semble-t-il ?

Donc, oui, heureusement que notre conception du mariage et du couple a évolué par rapport à cette époque. Et tenant compte de la foi et de l’éthique générale offertes par le Christ.

Quand à l’élaboration des distinctions et articulation entre mariage civil et religieux, cela s’est élaboré, je pense, à partir du mariage civil de la Loi romaine, a été codifié par l’Eglise vers l’an mil, et a encore évolué dans les pays dont l’état est laïc. Il y a donc une épaisse couche d’histoire dans ce domaine entre Abraham et nous !

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : Marc Pernot, pasteur à Genève

Si vous voulez, vous pouvez voir aussi :

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *