Je suis sorti des témoins de Jéhovah il y a 2 ans, je cherche à renouer avec Dieu, je m’y perds un peu.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Claire-Lise Rosset dit :

    Bonjour Monsieur,

    Votre témoignage me touche beaucoup. Je vous félicite d’avoir pu et osé quitter une secte religieuse qui induit tant de pertes : perte de liens familiaux, pertes de liens sociaux, perte de repères spirituels et théologiques, perte de l’image cruelle et perverse de Dieu véhiculée par les messages implicites et explicites de la secte.
    Tout est à reconstruire dans un état de vulnérabilité psychologique intense.

    Je désire juste vous donner quelques pistes de réflexion qui m’ont aidée dans mon parcours de vie mouvementé au niveau ecclésial.
    Parce que, quitter physiquement une secte, est une chose. La quitter mentalement et spirituellement en est une autre, surtout quand, comme Obélix, nous y sommes tombés dans la marmite dès notre tendre enfance, sans possibilité de choix.

    Les faits sont là. La secte a structuré votre pensée, votre vision de Dieu dès votre plus jeune âge.
    La question est : comment tricoter les mailles de votre propre résilience ? Je parle bien de mailles, parce que, petit bout par petit bout, à votre rythme, patiemment, sans rien forcer, Dieu va vous aider, à l’aide de rencontres,de lectures,de prédications, d’émissions radio ou TV , d’ internet, voire psychothérapie qui cible le psychotraumatisme comme l’EMDR , à vous libérer de l’emprise psychologique et spirituelle véhiculée par la secte.

    Livre concernant les abus spirituels : Les abus spirituels, identifier, accompagner, Jacques Poujol, Pascal Zivi, Ed Empreinte Temps présent, 2006.

    Livre concernant les mécanismes d’emprise psychologique : Violences psychologiques, Comprendre pour agir, Sous la dir. de Roland Coutanceau et Joanna Smith, Dunod, 2014 (entre autres : chap. 4 : Derrière la violence psychologique : la responsabilité du groupe et chap. 19 : Harcèlement moral sur mineur : le poids des mots, le choc du silence)

    Il n’y a pas de honte à se faire aider par des professionnels spécialisés dans l’aide aux victimes de sectes. En effet, le vécu dans le secte, comme la sortie de secte, peut s’apparenter à un état de stress post-traumatique qui a besoin de soins spécifiques que seuls des psychothérapeutes formés dans le domaine du trauma et des phénomènes d’emprise pourront vous apporter.

    Bien à vous et bravo pour votre courage, car il en a fallu pour en arriver là où vous en êtes.
    Claire-Lise Rosset

  2. combien le chemin est long est difficile… je l’ai emprunté il y a une trentaine d’années après avoir compris que là n’était pas l’Esprit, Celui qui ouvre, élargit, agrandi les cœurs dans l’amour dont parle l’épître aux Corinthiens. Après avoir perdu tous mes biens familiaux, un poste de fonctionnaire, j’ai choisi de perdre aussi mon mari qui lui est resté là…
    Peut-être ce jeune homme pourrait-il lire, pour réaliser d’où il vient, le livre de Raymond Franz “A la recherche de la liberté chrétienne” ? Je suis une des traductrices de son premier livre mais il y parle de lui, dans le second il parle de “l’institution”. Ma prière pour ce jeune homme : que son attente soit lumineuse dans l’espérance du Christ et non destructrice dans une noire vision d’un avenir plus ou moins lointain d’une extermination générale. L’amour espère tout ! et encore un million de merci, Marc, pour vos exhortations riches et “trempolines”, vous savez, de ces mots qui sont comme des marche-pied pour démarrer et aller plus loin ou plus haut, pourquoi pas ?

  3. Marc Pernot Marc Pernot dit :

    Grand grand merci, Joëlle !
    & amitiés
    Dieu te bénit et t’accompagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *