Je refuse systématiquement de participer à l’eucharistie catholique, j’ai raison ?

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Merci, Marc, de cet éclairage libératoire. Pourtant, je connais et j’en entendu des pasteurs inviter à la cène “ceux qui reconnaissent en Jésus leur Sauveur”. Parfois, il y a un complément : “quel que soit votre horizon spirituel…”
    Et il y a encore la possibilité pour les enfants (avec l’accord des parents) de prendre le pain.
    Mais comme tu le dis, “là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. ”
    Amitiés.

  2. Marc Pernot Marc Pernot dit :

    Cher Jean-Marc, effectivement, la Communion n’est pas seulement un moment de partage sympathique entre nous, la “communion” dont il est question est la communion au Christ, ce qui suppose de reconnaître que Jésus est source d’un certain salut (quelle que soit la façon dont on comprend ce salut, et comment Christ y contribue). Mais en général une personne participant au culte à bien un petit début d’espérance en Christ, et cela est déjà commencer à reconnaître que Jésus est sauveur.

    Par contre, j’ai déjà participé à des services de Communion dans des paroisses protestantes réformées où un bout de pain est tendu accompagné de cette phrase : “le corps du Christ” ou “le pain de vie”, ce qui est tout à fait étranger à la théologie “réformée”, à mon avis. Mais oui, chacun est libre.

  3. Le Mecreant dit :

    Pour ma part je ne communie jamais au rite catholique. Bien sur je pourrais chercher des alibis théologiques, mais le fond est bien plus pragmatique: je ne crois pas a la doctrine catholique, je serais donc incohérent avec moi même, mais pire j’aurais l’impression de tromper mes amis catholiques en laissant croire que je partage ce point du vue. C’est donc bien une question de cohérence et d’honnêteté intellectuelle en prenant en compte la signification que met l’ECAR dans la communion. C’est aussi pourquoi, je ne suis pas choqué que la communion (vue du coté catholique) ne puisse pas être donnée a ceux qui ne sont pas en règle avec la position de l’institution. Bien sur je ne partage pas ces critères, pour moi le Christ nous invite tous, et la formule que j’employais quand je célébrais la cène était que l’invitation s’adressaient a “tout ceux qui se sentent appelés” Le jour ou un curé prononcera ce genre d’invitation, j’irais surement.

  4. Marc Pernot Marc Pernot dit :

    Merci beaucoup pour ce témoignage d’une belle et sincère façon de voir.

    Dans la liturgie de la Cène que j’utilise, l’invitation est formulée ainsi :

    Seigneur, tu as dit “Je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi” (Jean 6:37).
    C’est en signe de cette promesse que cette table est ouverte à quiconque le désire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *