Je ne crois pas en Jésus ni à la création de la terre par Dieu. Je crois seulement en Dieu et rien d’autre. Qui suis-je ?

Par : pasteur Marc Pernot

Jeune fille souriante (illustration) - by Ben Seidelman 
 https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/ http://www.flickr.com/photos/8687249@N03/28668799632

Question d’un visiteur :

Bonjour.

J’ai 19 ans. Je ne savais pas vers qui me tourner pour poser cette question, en tout cas vers quelqu’un qui puisse me répondre car ma mère n’a pas su me donner un réponse. Je suis tombée par hasard sur votre blog, je ne sais pas en quoi il consiste précisément et j’ai décidé de me tourner vers vous.

Depuis toute petite, on m’a tournée vers la religion chrétienne, je suis baptisée, ai fait ma première communion, ma profession de foi et ma confirmation. Mais depuis 2 ans j’ai commencé à vraiment réfléchir sur ma religion et ne sais plus trop à quelle religion j’appartiens car je crois en Dieu mais je ne crois pas en Jésus, en Marie, et à la création de la terre par Dieu. Je crois seulement en Dieu et rien d’autre. Je pense que seul Dieu est capable de nous aider dans la vie et pas les prêtres ou le pape. Je pense que les prêtres ne sont que des représentants de ce que Dieu aurait fait si il était un homme. Mais ce ne sont pas des envoyés de Dieu.

Que suis-je ?

En espérant que vous pourrez me répondre.

Cordialement.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Fanny

« Qui suis-je ? » : excellente question. C’est plus important que les étiquettes de « chrétien », « agnostique », « déiste », « philosophe » ou autre étiquettes qui ne déterminent que très très partiellement ce que nous sommes.

C’est bien aussi de se poser des questions sur sa religion, de bâtir ainsi son cheminement.

C’est excellent de chercher Dieu, de laisser une place pour cette transcendance. Donc bravo.

En ce qui concerne Jésus, rien n’oblige de penser qu’il serait une sorte de dieu qui fait plein de prodiges, ou de demi-dieu que Marie aurait conçu avec Dieu, ou un zombie qui se relève de son tombeau pour visiter les vivants de façon bizarre en passant à travers les murs… Bien des chrétiens voient en Jésus un témoin de Dieu, un témoin important car il donne une conception de Dieu très belle et forte : Dieu comme une personne qui aime même ceux qui sont ses ennemis.

On peut aussi être chrétien en s’intéressant au témoignage de Jésus et en associant à cet évangile une pensée plus large. Parmi les chrétiens, il est bien entendu possible d’accorder plus d’importance à Dieu qu’à Jésus dans sa foi. Il est tout à fait possible et même souhaitable de ne prier que Dieu et jamais Jésus puisque Jésus lui-même nous conseille uniquement de prier Dieu.

On a tout à fait le droit de penser que Dieu n’a pas créé l’univers comme un magicien sort un lapin de son chapeau. Personnellement, je pense qu’il existe « quelque chose » (que j’aime appeler Dieu), qui est extérieur à l’univers matériel, qui a été et qui est source d’évolution positive, contrecarrant le chaos et l’éparpillement. Mais il y a des chrétiens qui n’en sont pas persuadés et qui pensent à Dieu comme étant intérieur à nous-mêmes et à l’univers. Chacun sa façon de penser Dieu, de toute façon il est au-delà de tout ce que l’on peut penser, bien sûr. Et le pire serait d’être cramponné à sa petite conception de Dieu comme un bébé qui est en détresse dès qu’il n’a plus son doudou.

Dieu vous intéresse. C’est déjà un point très intéressant, car Dieu est la source ultime pour nous, c’est donc une excellente chose de s’intéresser à lui. La question qui se pose ensuite est comment vous inscrivez votre recherche de Dieu et de ce qui peut nourrir, élargir, approfondir cette recherche ? L’intérêt d’une religion est d’aider à creuser ce que l’on pense et à approfondir sa spiritualité sans se laisser aveugler par soi-même. Pour cela, ça aide de s’appuyer sur des millénaires de débats théologiques, philosophiques et de vie spirituelle. Ensuite il est bon de se sentir libre par rapport à ce que pensent les autres avant nous et autour de nous. Il est possible aussi de combiner à la fois un questionnement à partir de textes de la Bible et aussi une réflexion à partir de la Lettre à Ménécée du philosophe Épicure, pourquoi pas ? L’apôtre Paul lui aussi combinait à la fois la philosophie grecque et une libre réflexion sur la Bible et sur la foi du Christ.

Si vous rejetez toute référence à l’évangile du Christ, c’est vrai que c’est difficile de dire que vous seriez chrétienne. Mais est-ce le cas ? Qu’entendez-vous par « je ne crois pas en Jésus » ? Que vous ne pensez pas que Jésus serait Dieu comme le pensent certains chrétiens ? Cela ne serait pas un obstacle, car bien des chrétiens dans les 10 premières générations après la mort de Jésus ne pensaient pas non plus que Jésus serait Dieu, et encore aujourd’hui bien des chrétiens pensent que c’est un humain comme vous et moi, mais qui a eu une importance particulière dans l’histoire de la théologie et de la foi de l’humanité. Vous ne croyez pas à la réalité historique des miracles, peut-être ? Bien des chrétiens les lisent au sens figuré comme parlant des bienfaits d’une foi confiante et sincère en Dieu comme ouvrant nos yeux, nous permettant de nous mettre debout et d’avancer…

Ce Jésus des évangiles n’était pas du tout du genre à dresser des frontières, des critères stricts pour éliminer certaines personnes en fonction de leur foi, de leurs convictions, de leur façon de prier, ou des rites… Pour lui, il n’y a pas d’intérieur ou d’extérieur à la vraie foi (chacun est une personne aimée et pardonnée par Dieu directement). Et l’Evangile ne crée pas une religion, il invite à se réconcilier avec Dieu. Comme vous l’êtes.

Il est possible même d’être chrétien et de ne pas trouver cet homme Jésus particulièrement sympathique. Je connais des chrétiens pratiquants qui pensent cela. Cela n’empêche pas nécessairement de s’intéresser à ce patrimoine de l’humanité que sont les évangiles et la Bible, car leur intérêt est de susciter une interprétation personnelle de ces textes et de sa propre existence, de bâtir son cheminement. Ces textes ont produit 2000 à 3000 ans de débats théologiques philosophiques et d’œuvres artistiques. C’est ce trésor qui intéresse certaines personnes qui participent à des activités d’une église chrétienne sans pour autant être grandes amatrices de la personnalité de Jésus de Nazareth. L’intérêt de ces recherches à partir de la Bible est d’associer une réflexion à une confiance en Dieu. C’est à mon avis quelque chose de très puissant pour nous aider à avancer.

Ensuite, en ce qui concerne l’église, vous avez raison de la relativiser. L’église n’est après tout qu’un club qui se prend souvent trop au sérieux mais qui est bien serviable quand même, et qui nous a transmis des milliers de pensées et de débats d’hommes et de femmes passionnés par Dieu. Il y a du tri à faire mais c’est un grand trésor. En effet, l’église n’est pas meilleure que la moyenne de ses membres, elle a donc des défauts, des limites, mais aussi plein de riches qualités et de dévouements extraordinaires. Vous avez donc bien raison de ne pas la confondre avec Dieu, elle est juste un moyen utile pour nous aider à nourrir notre réflexion et notre prière.

Si vous ne vous intéressez pas du tout au Christ, et ne trouvez pas intéressant ce que proposent les églises chrétiennes, alors oui vous n’êtes pas chrétienne ce qui est bien sûr tout à fait respectable. Il me semblerait utile que vous trouviez alors votre façon de nourrir votre réflexion et votre spiritualité, d’articuler les deux, que l’une nourrisse l’autre et réciproquement, que cela vous aide à trouver votre place, votre vocation pour embellir ce monde autour de vous, éclaire, pacifie, renforce votre être.

Bonne recherche, bonne route à vous, dans la foi en Dieu. Il y en a un seul, donc toute personne qui le cherche dirige ses regards vers la même source ultime.

Dieu vous bénit et vous accompagne.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Samuel Nguessan dit :

    La bonne question c’est qui est JÉSUS? lis la Bible et cherche à savoir qui est Jésus sans préjuger et sans l’influence de personne extérieures pasteurs prêtres mère ami ou autre! une fois découvert qui est jésus Vous découvrirez qui vous êtes!

  2. Jean Bernard dit :

    Je suis né et grandi dans une famille catholique. Maintenant adulte j’ai décortiqué et détecté ce qui me semble vrai du faux. En effet, Jesus me paraît comme un menteur. Il me fait penser à des politiciens. Pour attirer des personnes déçues et démunies, il s’est servi de la ruse à des fins d’intérêt. Parmi ses ruses , un monde extraordinaire. Il aurait le pouvoir que les aveugles aient la vue mais un unique témoin est le concerné ; il a multiplié le pain , un plan divin ahurissant, impossible où est la matière première ;

    Il est mentionné que le divin a choisi Marie qui était encore vierge pour le concevoir.

    Pourquoi aurait-il procédé d’une façon alors qu’il a créé l’homme Adam qui est une forme de parenté?

    Et enfin comme Marie était encore vierge comment Jesus a eu passage pour naître et à l’époque il n’existait de césarienne ?

    Jesus n’est pas un Divin parcontre bien qu’il il prêchait un monde extraordinaire je pense à des fins de tromperie mais ses préceptes que je me voue doivent se retrouver en chaque humain. Mais c’est une impossibilité pour les hommes Égoïstes.

    • Marc Pernot dit :

      Bonjour monsieur
      Il y a d’autre façons de comprendre ces textes que ce que vous dites.
      Quand Jésus dit « vous êtes la lumière du monde », ce n’est pas à comprendre au sens matériel, physique. Nous existons en chair et en os, nous ne sommes pas un rayon de lumière. Cette phrase de l’Evangile est à lire au sens figuré. Évidemment. Cela ne veut pas dire que « vous êtes la lumière du monde » serait un mensonge de Jésus, ou un discours qui nous prend pour des débiles, cela implique seulement qu’il convient de comprendre que cette parole n’est pas à lire au sens matériel, mais au sens théologique et spirituel.
      De même, si d’autres passages des évangiles vous semblent impossible au sens matériel. Cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas de sens, mais qu’il convient de les interpréter autrement. Ce qui n’est pas très compliqué. Par exemple pour les passages que vous citez : qu’il soit bon de se laisser féconder par la Parole de Dieu, s’en nourrir, qu’une bonne nouvelle se multiplie d’autant plus qu’elle est partagée…

  3. Marcus dit :

    Dieu est bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *