Je n’assiste plus à une quelconque célébration, j’ai pourtant essayé diverses formes…

Une jeune femme seule devant un bel olivier en fleurs - Image par Rudy and Peter Skitterians de Pixabay

Même seule, il est possible d’avancer vers le Christ. OK. Peut-être un jour nous aurons la joie de vous voir et de discuter « en vrai ». Ce serait sympa, et même possiblement une bénédiction.

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Bonjour
J’espère que vous ne verrez pas un manque de respect à ma question car ce n’est évidemment pas mon intention.
J’entretiens une relation pour le moins contradictoire avec les églises.

D’un côté, cela fait un moment que je n’assiste plus à une quelconque célébration. J’ai pourtant essayé diverses formes, de la petite église de maison à la grande assemblée anonyme, diverses étiquettes, et à maintes reprises. Une prière communautaire me parait artificielle car je ne peux prier que lorsque je suis seule et même le silence je ne peux pas l’investir, les rituels liturgiques du genre baptême, sainte cène ou les temps liturgiques du genre avent, carême ne me parlent absolument plus et la prédication, à supposer qu’elle soit bien faite, je préfère la lire à tête reposée plutôt que de l’écouter. En fin de compte je trouve que le culte est un objet bien étrange auquel je me sens totalement hermétique. Malgré tout, c’est toujours avec un peu d’envie que j’entends des personnes dire leur joie ou leur besoin de participer à une célébration (et ces derniers temps on l’entend beaucoup !), comme quelque chose qui ne me serait pas accessible.

D’un autre côté, je considère les églises indispensables à la société, au point que j’y contribue financièrement régulièrement parce qu’il y a un vrai bénéfice pour bien des gens. J’ai un profond respect pour des personnes qui ont pris la peine de faire des années d’étude afin de se consacrer à l’annonce de l’Évangile. Mais si tout le monde désertait comme moi il n’y aurait plus d’église et sans église, prêtre, pasteur, sans structure, comment alors diffuser en masse l’Évangile dans le monde et accompagner les personnes qui en ont besoin ? Et ce site que j’aime tant, est bien animé par un pasteur et porté par une église !

Une autre chose m’est étrangère, c’est le sentiment d’appartenance à une même famille. Sentiment qui peut parfois être très fort et inciter à une entraide ciblée. Je ne me sens pas particulièrement plus proche de quelqu’un parce qu’il est chrétien que parce qu’il partage les mêmes opinions politiques ou qu’il aime les fraises (bon, j’exagère un peu !). J’en ai un peu honte, mais la seule expression de « frères et sœurs en Christ » me met mal à l’aise lorsqu’elle sous-entend, et c’est très souvent le cas, autre chose que tout simplement « être humain ». La seule chose que j’affectionne, c’est pouvoir engager une discussion si la personne en face est suffisamment ouverte.

Tout cela me semble faire un ensemble bien hétéroclite et me trotte régulièrement dans la tête. Pour le moment les seuls critères que je retiens, comme une sorte d’autoévaluation, sont mon désir de chercher Dieu et ma volonté d’essayer de traduire ma foi en actes dans mon quotidien, car sans cela à quoi bon ?
J’aurais voulu savoir ce que vous en pensez. Selon vous, est-ce qu’une telle attitude peut-elle faire sens ou bien est-elle trop pleine d’incohérence ? Peut-être n’ai-je rien compris à un aspect fondamental, voire plus, du christianisme, comme on me l’a déjà suggéré, et il est vrai que dans le Nouveau Testament l’aspect communautaire est très souvent évoqué.

En vous souhaitant une bonne journée et en vous remerciant pour le temps que vous consacrez à répondre, même si la question ne vous branche pas trop (dans le lot il doit bien y en avoir !) ou si c’est la dixième fois qu’on vous pose plus ou moins la même question,

Réponse d’un pasteur :

Bonsoir Madame

La bonne pratique religieuse, pour une personne, est ce qui lui permet d’avancer dans sa foi, sa façon de vivre, d’être et d’espérer.
Vous me semblez fort bien partie. Y compris dans votre démarche d’autoévaluation, dans votre façon d’expérimenter, dans votre liberté par rapport à « ce que tout le monde pense », et donc dans votre sincérité, le cœur que vous y mettez.

Bravo de soutenir les églises, c’est vrai que nous aimons bien, par principe, fonctionner sous le régime du tout est offert, chaque don est une grâce.

Ce site est fait en particulier pour que toute personne puisse se sentir libre de venir à l’église ou non. Il n’y a donc pas de honte à ne pas aller à l’église. C’est vrai que d’une manière générale cela nous fait du bien d’avoir cette démarche choisie de sortir de chez soi pour aller à un culte collectif. L’étrangeté surréaliste du bâtiment, de l’ambiance, des personnes très diverses, de textes, prédication et chants venant par surprise… tout cela participe (ou plutôt peut participer) à notre décentrement, une sortie de notre vie quotidienne, afin de pouvoir la mettre en perspective. L’objectif est aussi de sentir que nous formons un corps, que nous ne sommes pas une île perdue au fond de l’océan. Mais ce culte est évidemment un moyen « pédagogique » afin de venir au service de notre cheminement. Ce n’est pas un absolu et si une personne n’y est pas sensible, ce n’est pas la peine de se forcer et de perdre de la bonne énergie à cela. Reste alors à trouver comment avoir ce même effet, et de décentrement et faire corps. Si ce site y participe, tant mieux !

Vous verrez que ici où là, quand je parle du « corps du Christ » je parle de l’humanité, voire du vivant tout entier. Car ce corps du Christ n’est pas seulement le petit club des disciples de Jésus. Mais en Jésus s’accomplit les promesses de bénédiction universelle, sur chacune et chacun, et sur la création tout entière. Nous sommes membre de ce corps. Nous le sentons particulièrement, je pense, en ce moment où un virus de chauve souris contamine des personnes des 4 coins de notre petite et magnifique planète.

Comme visée de foi, je suis parfaitement en phase avec ce que vous mettez en relief « mon désir de chercher Dieu et ma volonté d’essayer de traduire ma foi en actes dans mon quotidien ». C’est d’ailleurs ce que Jésus retient aussi dans son « sommaire de la Loi » (aimer Dieu et aimer son prochain comme soi-même – Marc 12:30-31). Reste peut-être la réconciliation avec soi-même, s’aimer soi-même en vérité, car c’est le 3e point dans ce résumé de Jésus, et cela me semble important.

L’aspect communautaire n’est pas si développé que cela dans l’Evangile du Christ. Il me semble. C’est vrai que Jésus parle aux foules et forme un petit noyau de disciples, mais bien souvent, l’important est la rencontre individuelle, et Jésus est en relation individuelle avec Dieu, à l’écart. Et ce n’est pas seulement par ce qu’il est le Christ, c’est comme cela qu’il nous propose de pratiquer nos exercices spirituels (Matthieu 6).

Donc bravo à vous, je suis convaincu que ce cheminement vous apporte et vous apportera énormément, à vous et à votre entourage.
Dieu vous bénit et vous accompagne.

Cela dit, si nous avions la chance de bénéficier de temps en temps de votre présence en chair et en os, en sourire et en échangeant simplement à la sortie du culte, cela serait certainement une joie pour nous.

par : pasteur Marc Pernot

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. THERESE VANUXEM SPEER dit :

    Merci de ce dialogue qui raisonne tellement en moi ! J’ai encore tellement de chemin à faire pour « essayer de traduire ma foi en actes dans mon quotidien » Je voulais vous remercier (vous, Pasteur et aussi vous Madame qui posez la question) de m’aider à avancer !…. comme vous aidez sans doute tant d’autres personnes !
    Pasteur, vous dites : (aimer Dieu et aimer son prochain comme soi-même – Marc 12:30-31). Reste peut-être la réconciliation avec soi-même, s’aimer soi-même en vérité, car c’est le 3e point dans ce résumé de Jésus, et cela me semble important.
    Oui, si j’ai du mal à traduire ma foi en actes, c’est sans doute que je manque totalement de confiance en moi (la vie ayant fait que…) je me dis souvent que si j’aime les autres « comme moi même », je ne vais pas les aimer beaucoup !! alors oui, je vais travailler à me réconcilier avec moi même, et à devenir plus forte ! Merci ! Que Dieu vous bénisse !

    • Pascale dit :

      Je suis la personne qui a posé la question. Merci pour votre commentaire, je suis bien heureuse d’avoir pu apporter quoi que ce soit à quelqu’un. Lorsque je dis  » ma volonté d’essayer de traduire ma foi en actes « , c’est un idéal et je pense que tout le monde a du mal à le faire dans la réalité. Mais je pense, et j’espère, qui si cela reste mon idéal, cela va nécessairement me faire avancer, même un tout petit peu.

    • Marc Pernot dit :

      Merci pour ce magnifique commentaire. Très inspirant. Voyez, vous êtes bien plus douée que vous ne le pensiez pour apporter quelque chose aux autres !
      Peut-être est-ce aussi la faute de certains discours pieusement moralisateurs appelant le chrétien à l’humilité… discours passablement humiliant, rabaissant. Certes, l’orgueil et l’autosuffisance ne sont pas des attitudes géniales, mais le fait de se sentir nul et incapable de rien non plus. L’amour de Dieu nous aide à prendre conscience de cette merveille que nous sommes, de nos talents, que nous sommes dignes d’apporter quelque chose.
      Dieu vous bénit et vous accompagne.

  2. Val dit :

    C’est étrange aussi comme parfois la forme d’un culte avec toutes ces coupures de rythme dans l’organicité , se lever, s’asseoir, chanter, arrêter de chanter, me coupe aussi de quelque chose… Je ressens plus la Présence quand une église est « vide »… J’aime beaucoup écouter les cultes de Marc Pernot sur internet… Je reçois quelque chose du Saint Esprit tout de suite… Le culte aussi me distancie donc…

    • Marc Pernot dit :

      Merci !!!
      Pourtant, je ne vous ménage pas (je dois avouer que j’ai de l’ambition pour les personnes).
      Beaucoup sont d’accord avec vous quant à la forme du culte, qui est à mon avis intéressante à l’usage quand on y participe, mais par vidéo ou audio, je pense que la lecture de la Bible + prédication est mieux. Je suis bien d’accord avec vous.

  3. Émile Morantin dit :

    Bonjour à tous!
    Pour aller dans le sens de ce qui a été écrit précédemment,voici un extrait d’un livre de Marcel Légaut ,un catholique en marge de son église et dont j’essaie d’être un « disciple » sans me comparer même de très loin à ce qu’il a été!
    « Jésus n’a pas voulu seulement réformer les coutumes et les moeurs de son peuple pour les rendre plus conformes à l’esprit de la Loi.Au contraire, il paraît avoir eu principalement la mission d’amorcer chez les hommes l’avènement d’une religion où la soumission ,même par obéissance intérieure,à une loi aussi parfaite soit-elle,n’épuise pas la fidélité au meilleur de soi-même;d’une religion qui demande à être inventée par chacun plus encore que reçue,car nul ne peut l’enseigner comme nul ne peut l’apprendre sans l’amoindrir au point qu’elle en soit dégénérée ;finalement d’une religion illimitée dans ses exigences,mais les grandissant patiemment de pair avec les croissances de l’humain qu’elle met en oeuvre sans en rien l’évincer ni l’écraser…ce qu’il fait(l’homme)n’est pas dû à l’espoir d’une récompense ni de la crainte d’un châtiment.Ce qu’il devient naît de la rencontre de sa grandeur et de celle de Dieu. »Bonne journée à tous.J’espère ne pas vous avoir ennuyés avec ces longueurs!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *