J’ai la foi, je sais que Dieu nous pardonne et nous aime : Pourquoi ai-je alors si peur ?

peinture de Michel Ange dans la Chapelle Sixtine (Vatican) : un damné effrayé.

Par : pasteur Marc Pernot

Question d’un visiteur :

Cher pasteur

Pourquoi j’ai peur de la mort?
Pourquoi j’ai peur de perdre mes proches?
Pourquoi j’ai peur de Dieu ?
Pourquoi ai-je peur que de l’autre côté je ne les reverrais jamais?

J’ai la foi, je sais que Dieu nous pardonne et nous aime,
mais cette pensée obsède et m’effraye.
Je crois en un Dieu Le père prêt à aider, aimer et pardonner chacun de nous (Bon ou Mauvais).
Mais pourquoi j’ai si peur?

Réponse d’un pasteur :

Cher Monsieur
Cette peur est tout à fait normale. Vraiment. Car effectivement :
Même s’il y a une vie après la mort, il est bon d’aimer cette vie en ce monde et c’est donc dur de la quitter pour le chapitre suivant.
Même si effectivement l’amour est effectivement plus fort que la mort et nous permet d’aimer tout autant une personne que l’on aime et dont le corps a cessé de vivre, sa présence physique à nos côtés dans ce monde est une bénédiction, et quand nous venons à en être privé, cela nous manque, bien sûr. Il est donc naturel de craindre de voir mourir ceux que nous aimons. Les reverrons-nous de l’autre côté ? Oui et non, à mon avis (mais bien entendu, comme tout le monde, j’en parle sans le savoir vraiment). Il me semble plus juste de dire que nous restons avec ceux que nous aimons car l’amour est plus fort que la mort, et qu’aujourd’hui encore une personne que nous aimons et qui a disparue à nos yeux peut encore changer notre être et notre vie quand on pense à elle. Nous ne pouvons les voir avec les yeux mais ainsi nous pouvons les voir avec le cœur, la pensée et les actes. Aujourd’hui en ce monde et dan sle suivant, à mon humble avis.
Même si Dieu est amour et pure source de vie, jamais de souffrance, et donc que nous n’avons absolument rien à craindre de lui, quand on prend un peu conscience de ce qu’il est : d’un ordre sans comparaison avec nous, source de tout ce qui existe de bon dans l’univers, il y a de quoi être pris de vertige. C’est ce que nous voyons souvent dans la Bible, où la crainte fait partait de l’histoire type de « théophanie », c’est à dire de l’expérience de contact avec Dieu.
Donc oui, nous avons de la crainte devant ces réalités que sont la mort et Dieu. Réalités senties qui nous dépassent en grande partie.

Mais il me semble exagéré d’en être obsédé et effrayé. Souvent, la réflexion sur la base de l’Evangile du Christ et la prière régulent cette crainte dans la confiance en Dieu, source de bonnes surprises, jamais de mauvaises. Je vous conseillerais donc de poursuivre la lecture des Evangiles, un peu de participation au culte de temps en temps afin d’élargir votre questionnement, d’en discuter avec d’autres croyants (ce que vous êtes en train de faire), de prier aussi régulièrement, comme une respiration. Et si cela est trop douloureux, angoissant, peut-être que ce n’est pas seulement sur le plan intellectuel et spirituel qu’il vous faut travailler mais aussi à soigner des traumatismes psychologiques en consultant un médecin, il n’y a pas de honte à cela, bien sûr.

Avec mes amitiés fraternelles
Et mes vœux de bénédiction

Marc

par : pasteur Marc Pernot

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *